Aller au contenu principal

Crise du lait de chèvre
La Fnec alerte la grande distribution sur la hausse des coûts de production

La Fédération des éleveurs de chèvres maintient la pression auprès de la grande distribution pour que les laiteries puissent vendre leur fromage plus cher et ainsi augmenter le prix du lait.

Les hausses des prix des fromages en magasin sont nécessaires pour faire face à la hausse du coût de l'alimentation animale en élevage.
Les hausses des prix des fromages en magasin sont nécessaires pour faire face à la hausse du coût de l'alimentation animale en élevage.
© D. Hardy

La Fédération nationale des éleveurs de chèvre (Fnec) a rencontré hier la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD) pour l’alerter sur la hausse des charges qui pèse sur les exploitations caprines depuis 2010.

Un communiqué paru le 25 juillet précise qu'alors "que le coût de l’alimentation animale flambe, il est vital pour les producteurs d’obtenir une répercussion de cette hausse vers l’aval. Face à une situation exceptionnelle, l’immobilisme ne peut être de mise."

Alors que les importants surstocks qui paralysaient la filière sont en train de se résorber grace aux efforts de maîtrise de la production, 2013 pourrait bien connaitre une situation inverse avec une pénurie de lait de chèvre. La fédération des éleveurs s'alarme en effet du nombre importants d'éleveurs qui cessent leur activité. Elle appelle les laiteries et la grande distribution à négocier ensemble afin de répercuter la hausse de coût de l’aliment subie par les éleveurs laitiers.

"La filière laitière française ne peut manquer ce rendez-vous. Cette prise de conscience doit aller de pair avec la recherche de la meilleure valorisation possible de tout le lait français" précise le communiqué.

Pour Jacky Salingardes, le président de la Fnec, "il faut retrouver de la confiance dans la filière pour qu'il y ait des producteurs demain. Un éleveur de chèvre travaille aujourd’hui pour deux euros de l’heure ! Ce n'est pas acceptable"

Selon Jacky Salingardes, les représentants de la grande distribution ont semblé être assez réceptifs aux arguments des éleveurs. D'autres rencontres sont prévues cet automne.

Les plus lus

Griffe du séchoir à foin
« J’ai investi dans une fabrique d’aliments à la ferme et un séchage en grange pour le confort de travail et l’autonomie alimentaire du troupeau de chèvres »
Dans l’Aveyron, Étienne Espinasse a fait évoluer son système alimentaire en remplaçant l’ensilage de maïs par du foin de luzerne…
Les lactations longues en élevage caprin
Nouveau guide pratique sur les lactations longues en élevage caprin
L’Institut de l’élevage publie un guide de 64 pages pour aider les éleveurs de chèvres à maîtriser les lactations de plus de 16…
Vue extérieur de la fromagerie Soignon
Soignon étudie un gros déménagement
La fromagerie Eurial qui fabrique les fromages de chèvre Soignon pourrait quitter son site historique des Deux-Sèvres pour s’…
Chèvre alpine au pâturage au Pradel en Ardèche
Une vraie rupture pour assainir le pâturage des chèvres
Ne pas faire revenir les chèvres pendant plus de trois mois dans une prairie en été a permis d’éliminer en moyenne 90 % des…
Christophe Maudet et Benoît Gavaland
Terrena réfléchit à une offre de chevreaux de sept jours
L’OP caprine de Terrena veut collecter une partie des chevreaux à sept jours afin d’étaler le pic de production de février.
Etirement à la salle de traite
« L’éleveur est un sportif qui s’ignore »
Le travail en élevage demande une bonne condition physique. Comme un sportif, un éleveur doit s’équiper correctement, s’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre