Aller au contenu principal
Font Size

Forte baisse des antibiotiques vétérinaires

La consommation d'antibiotique a fortement diminué.  © B. Morel
La consommation d'antibiotique a fortement diminué.
© B. Morel

En 2018, les ovins et caprins français ont consommé plus de 27 tonnes de matière active d’antibiotique selon une étude de l’Anses-ANMV. Cela représente 5,8 % des ventes ou 50 mg par kilogramme de poids vifs. Ramenés au kilo, les ovins et caprins reçoivent davantage d’antibiotiques que les bovins (15 mg/kg), les chevaux (17) ou la volaille (38) mais moins que les porcs (59), les chiens et chats (94) ou les lapins (335).

Globalement, la consommation d’antibiotique vétérinaire a baissé de 60 % en 10 ans passant de 1 170 tonnes en 2008 à 470 tonnes en 2018. L’exposition globale des animaux a, elle, baissé des deux tiers sur cette même période. Cette baisse confirme le succès du premier plan Ecoantibio de 2012-2016 et du second en cours (2017-2021).

Antibiorésistance caprine

La surveillance de l’antibiorésistance des bactéries pathogènes animales (Resapath) montre des résistances faibles chez les caprins avec 3 % de souches résistantes au ceftiofur et 4 % pour la cefquinome. La proportion de résistance au florfénicol chez E. coli (15 %) est plus élevée en 2018 que durant les cinq dernières années pendant lesquelles les proportions variaient entre 8 et 10 %. Les pasteurelles, toutes pathologies confondues, ne présentent pas de résistance particulière.

Globalement, les tendances à la baisse de la résistance des bactéries aux antibiotiques critiques se confirment. L’Anses-ANMV juge ces résultats « dans l’ensemble très positifs » et appelle à poursuivre les efforts en vue d’une utilisation prudente et raisonnée des antibiotiques en médecine vétérinaire.

Manifeste pour soigner avec les plantes

Le collectif « plantes en élevage » a publié un manifeste signé par 1 052 éleveurs dans l’illégalité car utilisateurs de plantes pour soigner leurs animaux. Dénonçant le « carcan réglementaire » obligeant à disposer d’une autorisation de mise sur le marché (AMM), le manifeste pointe l’impossibilité d’utiliser des orties, du romarin, du pissenlit ou de la lavande pour soigner les troupeaux. Pour sortir de cette impasse, le collectif propose une nouvelle catégorie juridique, celle de préparation naturelle traditionnelle, composée de substances naturelles à usage biostimulant. Dans son manifeste, le collectif demande aussi à pouvoir « continuer à se former, à expérimenter, échanger et débattre librement sur ces pratiques » tout en rappelant l’enjeu de lutter contre l’antibiorésistance ou contre la contamination des eaux par des médicaments chimiques de synthèse.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les problèmes d'entrée d'air dans les faisceaux trayeurs seraient dus soient au mauvais positionnement du faisceau soit à des conformations de mamelles particulières. © B. Morel
La qualité de la traite influencée par les faisceaux trayeurs
L’Institut de l’élevage a réalisé une étude comparant trois types de faisceaux trayeurs en fonctionnement et d’évaluer leur…
Le prix de base du lait de chèvre s’est établi à 664 euros les 1 000 litres au premier trimestre 2020 en moyenne nationale, soit une progression de près de 17 euros d’une année sur l’autre.
Le prix du lait de chèvre progresse au premier trimestre
Le prix moyen du lait de chèvre a connu une nouvelle progression au premier trimestre, sous l’effet de la hausse du prix de base…
Le salon Capr'Inov se tiendra les 25 et 26 novembre à Niort, dans les Deux-Sèvres. © Capr'Inov
Sommet de l’élevage et Capr’Inov sont maintenus
Alors que le Space est annulé pour cause de Covid-19, le Sommet de l’élevage et Capr’Inov sont maintenus avec des nouveautés à…
Les abattoirs ont continué à collecter les chevreaux pendant le confinement tout en sachant qu'ils ne parviendraient pas à les valoriser correctement. © D. Hardy
Coûte que coûte, libérer les stocks de chevreaux
Les trois opérateurs de la filière chevreau française croulent sous leurs stocks, stigmates restants de la crise du Covid-19.
Les élevages caprins de demain devront s'adapter au changement climatique et à la demande d'une production durable économiquement, socialement et environnementalement.  © D. Hardy
Des pistes pour des élevages caprins durables demain
La recherche et le développement imaginent un élevage de chèvres durable et adapté aux aléas climatiques de demain. Résumés des…
30 mesures pour les coopératives dans l’après-Covid19
La coopération agricole dessine l’avenir de l’agriculture française à travers 30 objectifs pour sortir de la crise du coronavirus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 7.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre