Aller au contenu principal

Forte baisse des antibiotiques vétérinaires

La consommation d'antibiotique a fortement diminué.  © B. Morel
La consommation d'antibiotique a fortement diminué.
© B. Morel

En 2018, les ovins et caprins français ont consommé plus de 27 tonnes de matière active d’antibiotique selon une étude de l’Anses-ANMV. Cela représente 5,8 % des ventes ou 50 mg par kilogramme de poids vifs. Ramenés au kilo, les ovins et caprins reçoivent davantage d’antibiotiques que les bovins (15 mg/kg), les chevaux (17) ou la volaille (38) mais moins que les porcs (59), les chiens et chats (94) ou les lapins (335).

Globalement, la consommation d’antibiotique vétérinaire a baissé de 60 % en 10 ans passant de 1 170 tonnes en 2008 à 470 tonnes en 2018. L’exposition globale des animaux a, elle, baissé des deux tiers sur cette même période. Cette baisse confirme le succès du premier plan Ecoantibio de 2012-2016 et du second en cours (2017-2021).

Antibiorésistance caprine

La surveillance de l’antibiorésistance des bactéries pathogènes animales (Resapath) montre des résistances faibles chez les caprins avec 3 % de souches résistantes au ceftiofur et 4 % pour la cefquinome. La proportion de résistance au florfénicol chez E. coli (15 %) est plus élevée en 2018 que durant les cinq dernières années pendant lesquelles les proportions variaient entre 8 et 10 %. Les pasteurelles, toutes pathologies confondues, ne présentent pas de résistance particulière.

Globalement, les tendances à la baisse de la résistance des bactéries aux antibiotiques critiques se confirment. L’Anses-ANMV juge ces résultats « dans l’ensemble très positifs » et appelle à poursuivre les efforts en vue d’une utilisation prudente et raisonnée des antibiotiques en médecine vétérinaire.

Manifeste pour soigner avec les plantes

Le collectif « plantes en élevage » a publié un manifeste signé par 1 052 éleveurs dans l’illégalité car utilisateurs de plantes pour soigner leurs animaux. Dénonçant le « carcan réglementaire » obligeant à disposer d’une autorisation de mise sur le marché (AMM), le manifeste pointe l’impossibilité d’utiliser des orties, du romarin, du pissenlit ou de la lavande pour soigner les troupeaux. Pour sortir de cette impasse, le collectif propose une nouvelle catégorie juridique, celle de préparation naturelle traditionnelle, composée de substances naturelles à usage biostimulant. Dans son manifeste, le collectif demande aussi à pouvoir « continuer à se former, à expérimenter, échanger et débattre librement sur ces pratiques » tout en rappelant l’enjeu de lutter contre l’antibiorésistance ou contre la contamination des eaux par des médicaments chimiques de synthèse.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

La valorisation des chevreaux est toujours au cœur des inquiétudes de toute la filière avant le début de la campagne.
Incompréhensions sur les chevreaux
Alors que la campagne 2021-2022 va débuter, les relations entre naisseurs, engraisseurs et abatteurs ne semblent pas apaisées.
À la SCEA du Soleil Levant, Sophie et Dimitri Gallard ne laissent rien au hasard pour permettre au troupeau d'exprimer pleinement son haut potentiel génétique. Et cela commence pas des bâtiments bien conçus et adaptés à chaque âge.
À chaque âge son bâtiment à la Ferme du Soleil Levant
Simplicité, diminution de la pénibilité et du temps d’astreinte guident les choix de Dimitri et Sophie Gallard dans la conception…
Les acteurs de la filière caprine ont jusqu'au 1er janvier 2022 pour mettre en œuvre la contractualisation écrite entre producteurs et laiteries.
L’accord sur la contractualisation en lait de chèvre étendu par les pouvoirs publics
2 600 éleveurs caprins sont concernés par cet accord interprofessionnel mettant en conformité la filière caprine avec la loi…
Des bâtiments sains pour des chèvres en bonne santé
Des bâtiments sains pour des chèvres en bonne santé
Le bâtiment d’élevage, en tant que lieu de vie des caprins, joue un rôle essentiel dans la santé et le bien-être des animaux. C’…
Les produits primés à découvrir au Space et au Sommet de l’Élevage
Les produits caprins primés à découvrir au Space et au Sommet de l’Élevage
Les salons reprennent, et avec eux l’occasion de découvrir les nouveautés côté équipement et services pour les caprins. Voici…
[Conseil] - Tarir ses chèvres sans stress
« Le tarissement, c’est une phase d’environ deux mois qui conditionne la réussite de la future lactation. Cette période…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre