Aller au contenu principal

Covid-19
30 mesures pour les coopératives dans l’après-Covid19

La coopération agricole dessine l’avenir de l’agriculture française à travers 30 objectifs pour sortir de la crise du coronavirus, compilés dans un document remis au ministère de l’agriculture.

La France est passée d’une crise sanitaire qui a nécessité une mobilisation d’urgence absolue à une crise économique sans précédent. Tous les secteurs économiques ont été impactés et l’agriculture ne fait pas exception. Lors de sa conférence de presse du 4 juin, la Coopération agricole a annoncé que les coopératives membres avaient perdu en moyenne 28 % de chiffre d’affaire, toutes filières confondues. Entre la perte de marchés et les surcoûts engendrés par la crise (équipement de protection individuelle, primes aux salariés ou encore stockage supplémentaire, les coopératives entrevoient déjà la difficulté qu’elles vont avoir à présenter un résultat positif en fin d’année et cela sera malheureusement d’autant plus marqué que la structure est de petite taille.

« Notre avenir s’articule autour de la restauration de notre souveraineté alimentaire et celle-ci doit se jouer à l’échelle européenne », assène Dominique Chargé, président de la Coopération agricole. La crise l’a montré, dépendre de trop de pays pour s’approvisionner en matières premières ou en produits transformés conduit immanquablement à des situations de pénurie. « Nous allons devoir reconquérir le marché intérieur et regagner des parts sur les marchés mondiaux », poursuit le président de la fédération des coopératives.

La coopération agricole a ainsi dessiné son plan d’avenir dans un document remis au ministère de l’agriculture. Ce plan de relance présente 30 mesures réparties dans les quatre axes de travail que sont :

  • Le renforcement de la compétitivité de l’agriculture et de l’agroalimentaire français (investissement dans la recherche et développement, la génétique, la robotisation, autonomie en protéines végétales, etc.)
  • Le renforcement du modèle coopératif avec un soutien massif des coopératives sur les territoires, avec une facilité d’accès à la connaissance autant pour les agriculteurs que les conseillers et techniciens (via la formation par exemple)
  • Le renforcement des outils pour la transition agroécologique (soutien de la décarbonation des systèmes agricoles afin que cela ne soit pas un frein à la compétitivité, encouragement à la finance verte et soutien d’une PAC plus verte)
  • La promotion des produits français pour une amélioration de la qualité alimentaire (augmentation et amélioration de l’information aux consommateurs (numérisation et traçabilité), incitation de la restauration hors-domicile à consommer du « fabriqué en France », renforcer le rôle actif des distributeurs, soutien  de l’export des produits agricoles et agroalimentaires ou encore renforcer le rôle des coopératives dans les plans d’approvisionnement des collectivités

« La pénurie alimentaire a été évitée et nous avons fait face mais les coopératives sortent de cette solidarité hors-norme exsangues et ne peuvent en aucun cas être oubliées dans le plan de soutien du gouvernement », conclut Dominique Chargé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

Le matériels pour la culture, la récolte des espèces riches en protéines, le séchage des légumineuses fourragères ainsi que le stockage sur l’exploitation peut être cofinancé à 40 %, 50 % pour les jeunes agriculteurs. © A. Villette
Profitez des mesures du plan de relance agricole
Le plan de relance agricole cofinance du matériel agricole et des semences. Ne tardez pas car les premiers arrivés seront les…
Ségolène, Schiappa ou Sissi ? © D. Hardy
Des noms commençant par la lettre S en 2021
Les éleveurs ont pris l’habitude de nommer leurs animaux en débutant par une même lettre chaque année. Cela permet de retrouver…
Une fois sorties des cases d'apprentissage, les petites chevrettes ont un accès privilégié à la louve avant d'être confrontées aux plus âgées. © DR
Une nurserie pour apprendre à téter
« Notre coin chevrette comporte une aire spécifique pour le biberonnage, c’est-à-dire l’apprentissage de la tétée. Sur l’aire…
Les éleveurs de la ferme de la Fringale misent sur le bien-être animal et leur confort de travail, en accord avec leur vision de l'élevage.  © B. Morel
Le bien-être pour les chèvres et les éleveurs à la Fringale
Au Gaec de la Fringale, les éleveurs se soucient du bien-être de leurs chèvres, tout comme du leur, au travail et dans leurs…
Les chèvres peuvent se régaler des anciens sapins de Noël.
Les chèvres recyclent les sapins de Noël
Une fois dépouillés de leurs décorations, les sapins de Noël peuvent compléter utilement la ration des chèvres. 
Replacer l'engraissement du chevreau à la ferme permettrait à la filière de gagner en qualité tout en donnant à l'éleveur la visibilité sur l'importance de la conduite. © C. Boyer
ValCabri collecte des données sur la viande de chevreau
La viande de chevreau a besoin de visibilité auprès des éleveurs, de la filière et des consommateurs. C’est l’objectif du projet…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre