Aller au contenu principal

Adaptation au changement climatique
Ce qu’il faut retenir des conclusions du Varenne de l’eau

Le Premier ministre Jean Castex a conclu les travaux du Varenne de l’eau et de l’adaptation au changement climatique en annonçant plusieurs mesures dont l’optimisation des retenues d’eau existantes et 100 millions d’euros pour créer des infrastructures innovantes.

Jean Castex et Julien Denormandie
Jean Castex a conclu mardi 1er février les travaux du Varenne de l'eau.
© Ministère de l'Agriculture

Après neuf mois de travail, ayant réuni plus de 1400 participants et 520 organismes, Jean Castex, Julien Denormandie et Bérangère Abba ont rendu mardi 1er février les conclusions du Varenne de l’eau et de l’adaptation au changement climatique. Ils ont énoncé la série de mesures décidées à l’issue de cette réflexion collective pour aider les agriculteurs à faire face au changement climatique.

Tour de piste des différentes actions :

  • Concernant les retenues d’eau, le Premier ministre a annoncé vouloir optimiser les ouvrages existants d’ici fin 2022. Un inventaire exhaustif des retenues d’eau en France (supérieures à 0,1 hectare) va être lancé ainsi qu’un suivi des volumes stockés par méthodes satellitaires en lien avec le Centre National d’Études Spatiales (CNES) pour une mise à disposition avant la fin 2022. Mi-2022 sera lancé un appel à manifestation d’intérêts pour la sélection d’une dizaine de territoires pilotes pour explorer les voies de remobilisation des volumes stockés non-utilisés. « Cette réactivation des ouvrages, nous allons la commencer rapidement sur une dizaine de territoires pilotes, puis nous élargirons le périmètre dès que nous aurons un premier retour d’expérience. À cet effet et à très court terme, nous allons mobiliser 13 millions d’euros de France relance en plus, pour financer les projets bien identifiés par les préfets de bassin », a précisé Jean Castex.
     
  • Le gouvernement s’est engagé à : consolider et améliorer les projets de territoire pour la gestion de l’eau (PTGE), en intégrant les pistes d’amélioration identifiées par les travaux du Varenne. Par voie réglementaire, le rôle du préfet de département se verra renforcé « afin d’améliorer les modalités de concertation, le calendrier et la prise de décisions nécessaires ». L’objectif affiché par Jean Castex : accélérer, via les préfets de départements, les 17 PTGE suivis par la task-force nationale.
  • En complément des mesures du plan France 2030, deux lignes supplémentaires seront déployées dès 2022 : 100 millions d’euros pour financer l’acquisition d’équipements et de matériels innovants, et 100 millions d’euros pour la mise en place d’un appel à projet pour le soutien à l’innovation afin d’accélérer la transition des filières agricoles et alimentaires. Sur cette deuxième enveloppe, une part ira au soutien aux investissements dans les projets collectifs pour l’amélioration ou la création d’infrastructures hydrauliques en particulier mobilisant les technologies les plus innovantes. Cela concerne le pilotage intelligent des stockages, l’expérimentation pour récupérer les pluies diluviennes l’hiver, la réutilisation des eaux usées.
     
  • Un observatoire dédié à la réutilisation des eaux usées sera créé et des expérimentations locales lancées en particulier sur l’utilisation d’eaux usées traitées dans les entreprises alimentaires.    
  • La réforme de l’assurance récolte est sur les rails. Cette réforme a été votée le 13 janvier à l’Assemblée nationale et sera examinée le 8 février par le Sénat. L’objectif est une adoption définitive avant la fin de la mandature et une pleine opérationnalité en 2023, rappelle le gouvernement.
     
  • Afin de mieux anticiper l’évolution des ressources disponibles en eau, une étude prospective « Explore 2 » (portée par le ministère de la Transition écologique, de l’Inrae et des Instituts techniques) qui devrait évaluer les conséquences hydrologiques des derniers scénarii climatiques du Giec. En parallèle, les comités de bassins lanceront d’ici la fin 2022 des exercices de prospective stratégique sur certains axes fluviaux.
     
  • Pour permettre aux agriculteurs d’anticiper les conséquences des phénomènes météorologiques, Météo France devrait proposer dès 2023 une base d’indicateurs complète destinée aux agriculteurs, avec le soutien du ministère de la Transition écologique.
     
  • Toutes les filières doivent finaliser cette année une stratégie d’adaptation au changement climatique et mettre en place un plan d’actions d’ici à 2025, sous la houlette de FranceAgriMer.
     
  • L’Etat s’engage à revoir la pertinence de certaines règlementations dans le contexte du changement climatique. Pour la vigne, par exemple des travaux seront engagés dans les semaines à venir pour adapter les dispositions réglementaires encadrant l’irrigation des vignes. « Les dates fixes doivent pouvoir évoluer au regard de l’évolution du contexte climatique », reconnait le gouvernement.
     
  • Un délégué interministériel sera nommé dans les prochaines semaines, a également annoncé le gouvernement. Il sera chargé du suivi des actions et travaux engagés dans le cadre du Varenne et rendra compte de leur avancement aux ministres de la Transition écologique et de l’Agriculture et de l’Alimentation.

« Egalim 2 sera respectée et appliquée », glisse au passage Jean Castex

A l’occasion de la conclusion du Varenne de l’eau, le Premier ministre Jean Castex a tenu à apporter son soutien au monde agricole alors que se terminent les négociations commerciales avec la grande distribution. « Je suis de très près, en ce moment, les négociations commerciales en disant ici haut et fort que le gouvernement de la République entend bien que la loi de la République – Egalim 2 en l’espèce – soit respectée et appliquée », a-t-il déclaré en tribune.

Les plus lus

Le meilleur de l'humour des agriculteurs sur les réseaux sociaux
L'humour agricole est une vieille tradition qui a trouvé sa place sur les réseaux sociaux. Autodérision, humour vache, absurde,…
Sophie Renaud, Miss France agricole 2021 : « On voit qu’il y a des femmes en agriculture grâce à Instagram »
Sophie Renaud s’est installée sur la ferme familiale en 2016. Elle communique beaucoup pour défendre son métier et la place des…
Preview image for the video "😱 18 BATTEUSES DANS 1 PARCELLE - Dernières moissons à l'ETA GABARD".
18 batteuses dans une parcelle, qui est derrière la vidéo qui fait le buzz ?
Mise en ligne vendredi 29 juillet sur Youtube, la vidéo cumule les vues. Elle est signée Honoré Sarrazin, jeune vidéaste et futur…
L’agriculture bio tire le marché des produits phytos vers le haut
Les ventes de produits phytopharmaceutiques aux distributeurs pour l’année 2021 ont augmenté. C'est l'agriculture bio qui a…
Benoît Le Baube de la ferme de Cagnolle répond à la vidéo du Parisien sur le maraîcher de Marcoussis Marc Mascetti.
[Video] Faire pousser des légumes sans eau ? La ferme de Cagnolle répond au maraîcher de Marcoussis
Alors que la France traverse une sécheresse historique, une vidéo du Parisien sur Marc Mascetti, maraîcher à Marcoussis,…
Production de fourrages : quel sera l’impact du changement climatique en 2070 ?
Le changement climatique s’accélère et l’agriculture est directement impactée. Quid des années futures avec le réchauffement…
Publicité