Aller au contenu principal

Une édition spéciale avec un concours national Rouge des Prés hors berceau à Metz

Le concours national Rouge des prés s'est déplacé auprès du noyau d'éleveurs de l'Est. Le palmarès a mis à l'honneur des animaux de grand gabarit avec des muscles bien disposés dans le dos.

© OS Rouge des Prés

Cette année, le concours national Rouge des Prés a été organisé dans l'Est, région où une quinzaine d'éleveurs sélectionneurs oeuvrent pour la promotion de la race. C'est dans le cadre du salon Agrimax à Metz du 6 au 8 novembre que cette manifestation a eu lieu.


« Tout a commençé par une boutade lancée par l'éleveur mosellan Christian Perrin en conseil d'administration : à quand un concours national dans l'Est ? » raconte Hervé Ménard, président de l'OS. « Et puis nous sommes à Metz, et ravis d'être là ». Ce concours a constitué une jolie vitrine de la race, avec certes un effectif réduit par rapport à un national organisé dans le berceau de race, mais avec la présence des plus grands champions adultes actuels et de nombreux jeunes animaux prometteurs.

Christian Perrin, éleveur à Sainte Barbe en Moselle et administrateur de l'OS, a été la cheville ouvrière de ce projet. Il a monté un troupeau Rouge des Prés il y a environ 30 ans car il avait gardé de son enfance un souvenir tenace de grands boeufs rouge et blanc, Maine Anjou à l'époque, engraissés par sa famille. Et puis il a fait des émules dans sa région. Pour ce concours, sept élevages de Moselle et du Bas Rhin ont représenté les éleveurs de l'Est avec 25 animaux, alors que du berceau  de la race, près de 50 animaux ont fait le voyage. Pour l'occasion, les règles ont été un peu changées pour favoriser la représentation d'un nombre maximum d'élevages. « On avait 170 candidats pour 75 places. Nous avons limité la participation à deux animaux par élevage avec tri sur le niveau génétique. »

Depuis huit ans environ, les pays limitrophes de l'Est démontrent un certain intérêt pour la Rouge des Prés. « Ils recherchent des animaux de type élevage, plus rustiques que leur Fleckvieh, avec davantage de gabarit et bien adaptés aux systèmes herbagers », explique Christian Perrin. Une délégation de 25 éleveurs allemands (qui représentaient leur syndicat récemment créé - environ 200 vaches de race pure y sont inscrites), ainsi que quelques éleveurs belges et luxembourgeois étaient présents pour le concours. « La demande porte sur des taureaux de gabarit et nous avons déjà des commandes pour des femelles pour le printemps prochain. » C'était aussi l'occasion d'encourager les éleveurs français de l'Est dans leur travail de sélection, et de développer les échanges entre ce noyau d'éleveurs et ceux du berceau de race.

Le dossier a été très bien monté, parvenant à l'autofinancement pour le transport avec quatre camions. Le concours a été impeccable, avec aussi un accueil lorrain fort apprécié. « On reviendra, on ne sait pas quand, mais on reviendra sûrement » songeait Albéric Valais, directeur de l'OS à l'issue du concours.

Le juge unique Damien Clémenceau, éleveur en Mayenne, a mis en avant des animaux au fort gabarit avec des masses musculaires bien placées dans le filet et l'aloyau. « Aujourd'hui on revient un peu sur la recherche de développement squelettique, dans le standard de la race, et ceci avec de la viande bien placée dans le dos. » Les commentaires ont aussi rappelé l'attention à accorder aux qualités maternelles, notamment le lait et l'ouverture pelvienne. « L'ouverture pelvienne se transmet très bien du taureau à ses filles. Aujourd'hui nous avons au catalogue des taureaux qui présentent de bonnes facilités de naissance, non porteurs du gène mh et avec de belles qualités bouchères. »

 

Championne vaches adultes

Epatente est toujours la vache rêvée de tout éleveur de Rouge des Prés. Et c'est Jean-Claude Pichon (Mayenne) qui la possède. Elle est imposante avec ses 1190 kilos et elle produit très bien, avec un IVV de 358 jours. Elle est issue du très judicieux croisement As /Vartan qui a donné d'autres très bons animaux.

 

Champion mâles adultes

Flâneur est exceptionnel dans son développement squelettique. Ce taureau de 4 ans et demi, fils d'Ambitieux, appartient à Hervé Ménard (Maine-et-Loire).

Forban appartenant à Anthony Gervais (Maine-et-Loire), frère d'Epatente, a obtenu le rappel de championnat.

 

Championne jeunes femelles

Hirondelle est une fille d'Acajou appartenant à Philippe Scharff (Moselle). Elle est très plaisante avec énormément de longueurs et un bon bassin.

 

Champion jeunes mâles

Hidol, au Gaec Bourmault (Sarthe), est remarquable dans sa taille et dans son dos avec ses épaisseurs musculaires. Il présente une belle robe, un bon bassin et une très bonne démarche.

Le reste du palmarès

Championne femelle de l'année : Ivoire, Gaec de la Chauffetière (49)

Championne femelle de l'année IA : Girondelle, EARL Gervais (49)

Championne jeune femelle et jeune femelle IA : Hirondelle, Philippe Scharff (57)

Championne jeune vache : Fleurette, Hervé Ménard (49)

Championne vaches adultes IA et « la préférée » : Evane, EARL de l'Horizon (44)

Rappel de championnat mâle adulte et « le préféré » : Forban, EARL Gervais (49)

1er prix d'ensemble : Hervé Ménard (49)

1er prix d'élevage jeune : Claude Marais (53)

1er prix d'élevage : Gaec Bourmault (72)

1er prix challenge départemental : Loire atlantique

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande