Aller au contenu principal

Pathologies bovines
Un vaccin bien administré baisse les frais vétérinaires

Depuis octobre 2004, le protocole sanitaire ne tient plus compte des vaccins administrés chez leur propriétaire pour les veaux admis à la station de Lanaud. Associé aux améliorations techniques des bâtiments cela a contribué à réduire les frais vétérinaires lors de la dernière campagne.


En Haute-Vienne, la station de Lanaud est la plus importante station d´évaluation en race allaitante. 700 taureaux répartis en quatre bandes y sont évalués chaque année. « Ces animaux proviennent de toute la France. Sur la dernière campagne, il y avait 289 élevages représentés », souligne Jean-Louis Ripoche, responsable technique de la station. Compte tenu de cette diversité de provenance avec des animaux dont la valeur unitaire est susceptible d´être importante, le protocole sanitaire retenu par Jean-Yves Nicolas et Jean-Michel Debenest, les deux vétérinaires en charge du suivi de la station, est très rigoureusement appliqué. A côté des traitements antiparasitaires, tous les veaux sont systématiquement vaccinés contre les affections respiratoires et la pasteurellose à l´entrée en station.
Vacciner les veaux dès l´entée en station
Le jour où l´animal arrive, il doit être obligatoirement accompagné d´une fiche sanitaire commémorative préalablement remplie par le naisseur. Cette dernière récapitule les éventuelles pathologies (respiratoires, digestives, ostéoarticulaires, cutanées.) auxquelles le veau récemment sevré a pu être confronté avant son entrée en station, dans l´élevage où il est né. Cette même fiche doit aussi faire état des différents vaccins pratiqués sur l´animal sans en omettre la date.
« Auparavant, une seule injection de vaccin était réalisée sur des veaux logiquement déjà pré-vaccinés chez leur naisseur.

Depuis octobre 2004, nous conseillons toujours aux éleveurs de vacciner leurs veaux retenus pour qu´ils soient mieux protégés, et ce dès leur entrée en station, mais face au risque de maladie respiratoire, nous avons choisi de retenir le principe de précaution ou de biosécurité en améliorant l´efficacité de la protection vaccinale », souligne Jean-Michel Debenest.

Utiliser une aiguille jetable de 4 cm
Tous les animaux sont donc vaccinés le lendemain de leur arrivée avec des consignes claires concernant l´administration du vaccin. « Pas question de se contenter seulement d´un bloquage au cornadis. Les veaux sont vaccinés après avoir été immobilisés dans une cage de contention et puisqu´il s´agit d´une intramusculaire profonde, la vaccination est réalisée avec une aiguille jetable de 4 cm », précise Jean-Louis Ripoche. Pour Jean-Yves Nicolas, ce mode d´administration se justifie compte tenu de l´âge et du format des animaux. Lors de leur arrivée à Lanaud, ces futurs reproducteurs alors âgés de 8 à 9 mois pèsent déjà pour la plupart entre 400 et 450 kg. Ils ont donc une peau assez épaisse et une certaine masse musculaire au niveau de l´encolure. « Des aiguilles plus courtes seraient plus pratiques, mais ne permettraient pas d´injecter suffisament profondément dans le muscle. » Un rappel est ensuite réalisé systématiquement entre trois et quatre semaines après la première injection.
Attention au stockage
Les deux vétérinaires en charge du suivi de la station ayant opté pour un vaccin vivant atténué et non pour un vaccin inactivé, ont bien rappelé aux soigneurs des animaux, les précautions d´usage nécessaire tant pour ce qui est de l´administration que du stockage de ces vaccins. « On demande de ne pas préparer les vaccins à l´avance de façon à ce qu´ils restent le moins de temps possible à des températures ambiantes de plus de 10ºC. Il faut un protocole vaccinatoire irréprochable en particulier sur la température de conservation du vaccin pour avoir une bonne efficacité de ce dernier ».

Un message bien compris par Jean-Louis Ripoche. « Quand on vaccine les animaux, on ne sort du réfrigérateur que le nombre de doses nécessaires pour vacciner pendant une heure de temps. »
Suite à la mise en place de ce protocole en septembre 2004, les futurs taureaux ont été moins affectés par les pathologies respiratoires.

Réduction des pathologies respiratoires
La réduction du montant des frais vétérinaires est la meilleure preuve de cette amélioration de l´état de santé des animaux. « Pour les frais relatifs à des visites liées à des pathologies respiratoires et aux médicaments qui leur sont associés, le montant de la facture en frais véto a été réduit par deux », précise Jean-Michel Debenest.
Certes, jusqu´alors tous les veaux n´étaient pas touchés par ces affections, mais pour les animaux concernés, les pathologies respiratoires se traduisaient par de moindres performances en station qui pouvaient pénaliser les résultats finaux d´un animal comparativement à ses contemporains, avec la possible moins-value qui en aurait découlé au moment du passage de l´animal dans le ring de vente.

A côté de ces évolutions dans la pratique de la vaccination, il est important de préciser que suite à un diagnostic des conditions d´ambiance dans les stabulations utilisées, certaines de ces dernières ont bénéficié d´améliorations sur le plan technique qui sont elles aussi allées dans le sens d´un plus grand confort pour les animaux.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © Agricentre
Le teff grass, une nouvelle fourragère estivale
Eragrostis tef ou teff grass, graminée cultivée comme céréale secondaire en Afrique, arrive en France comme fourragère. Sa…
Les atouts du caillebotis pour les vaches allaitantes
Les stabulations intégrant au moins une partie de caillebotis sur fosse sont courantes en élevage laitier, plus rares en système…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine depuis des décennies à obtenir son agrément OS en…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande