Aller au contenu principal
Font Size

Un « rôti trois étoiles » au rayon libre service

La nouvelle dénomination des morceaux de viandes vendues au rayon libre-service des grandes et moyennes surfaces a reçu le feu vert de la DGCCRF.

© S. Leitenberger/archives

Un arrêté est paru le 30 juillet 14. Selon Interbev, la mise en application se fera progressivement et d’ici la fin 2014, la majeure partie des GMS auront intégré et déployé le nouveau dispositif. L’application de cette dénomination des morceaux sera d’ailleurs obligatoire pour les rayons libre-service à compter du 13 décembre 14, mais elle restera facultative pour les rayons traditionnels et pour la restauration commerciale et collective.

La nouvelle dénomination a pour objet de simplifier l’information, de « parler la langue du consommateur ». Elle s’appuie sur trois informations qui ont fait l’objet de tests auprès des consommateurs. Il s’agit d’abord du nom du morceau pour les morceaux bien identifiés : filet, faux-filet, rumsteck, entrecôte, côte, bavette d’aloyau, onglet, hampe, jarret, paleron, queue, joue,... sont conservés. Les autres morceaux sont rassemblés dans des groupes homogènes : « steak », « rôti », « sauté », « bourguignon » ou « pot au feu ».

Le deuxième élément de la dénomination est le potentiel de qualité, exprimé par des étoiles (de une à trois étoiles). Il quantifie la tendreté pour un morceau à cuisson rapide ou le moelleux pour un muscle à cuisson lente.

Enfin, le troisième élément indique le mode de préparation : à griller, à rôtir, à mijoter, cuisson sur pierre, … Par exemple, le rond de tranche affranchi sera désormais dénommé « steack *** à griller ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Les systèmes les plus rémunérateurs ont joué systématiquement sur une part suffisante de céréales autoconsommées (>50 % des concentrés consommés de l’atelier), sur une bonne gestion du poste mécanisation, une productivité des UGB correcte et une productivité de la main-d’œuvre satisfaisante. © C. Delisle
Systèmes d'élevage bovins viande, quelle rentabilité ?
Un traitement statistique des coûts de production, collectés sur trois ans dans les Pays de la Loire et en Deux-Sèvres, a permis…
jeunes bovins ration pommes de terre
Des pommes de terre à saisir pour nourrir le troupeau allaitant
Des disponibilités importantes de tubercules se présentent cette année pour l'alimentation animale. Daniel Platel de la chambre d…
Cinq alternatives à la paille pour la litière des bovins viande
Les disponibilités en paille s'annoncent moins importantes et plus précoces pour la campagne 2020. Différentes possibilités…
Vignette
Un bâtiment d’engraissement « caniculo-compatible »
Pour conforter une installation, le Gaec Civade dans le Cher a investi dans un bâtiment d’engraissement. Entièrement réalisé en…
Le concours national Charolais adultes reporté, le concours des veaux aménagé
Le conseil d’administration du Herd Book Charolais réuni le 25 juin a décidé de reporter le concours national des adultes à une…
rayon viande bovine bio grande distribution Leclerc
La viande bovine bio ignore la crise
L’agriculture biologique continue d’avoir le vent en poupe. Elle semble même surfer sur la vague à la faveur des critiques sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande