Aller au contenu principal

En Haute Loire chez Eric Freychet
Un revenu de 20300 € avec 20 hectares

A Saint-Romain Lachalm, Eric Freychet produit une cinquantaine de veaux gras par an avec vingt Montbéliardes et sur ses vingt hectares dégage un revenu jugé correct.

La possibilité d'acheter des limousins naissants est une bonne opportunité. Les croisés charolais montbéliard sont de loin préférés aux croisés limousin montbéliard.
La possibilité d'acheter des limousins naissants est une bonne opportunité. Les croisés charolais montbéliard sont de loin préférés aux croisés limousin montbéliard.
© F.Alteroche

Quelle autre production de viande bovine que le veau sous la mère peut permettre de dégager un revenu de 20300 euros avec seulement 20 hectares de SAU à 850 mètres d’altitude et 20 vaches auxquelles s’ajoute il est vrai, un poulailler label de 400 mètres carrés (3,5 lots/an) ? Certes chez Eric Freychet, l’ancienne étable entravée n’a rien de rutilant, mais ramené à la vache présente ou à l’hectare de SAU, le chiffre d’affaires et le revenu dégagé le sont davantage. Les 20652 € d’EBE de l’an dernier (355 € d’annuités) attestent de l’efficacité de cette production pour dégager du revenu sur une structure de taille modeste, lorsque la production est bien conduite. « Je me suis installé comme double actif en 1988 sur 10 hectares à la suite de mes parents alors producteurs laitiers avec 28 000 litres de quota », explique Eric Freychet. Choix est alors fait de conserver la dizaine de Montbéliardes, mais de cesser le lait et d’opter pour du veau gras en travaillant avec des bouchers. Après 10 ans de double activité, un nouveau pas est franchi en s’installant à temps complet après avoir opté pour la volaille label en complément, acheté 10 hectares qui se libéraient dans le voisinage et doublé le nombre de vaches. « C’était pour moi la dernière année où il était possible d’avoir la dotation jeune agriculteur (DJA) et puis faire les deux x huit dans une usine de plasturgie, plus le travail à la ferme était devenu éprouvant. »

Le choix des Montbéliardes

C’est aussi à cette période que le choix est fait d’adhérer à la coopérative des veaux des Monts du Velay Forez et de continuer à travailler avec des Montbéliardes. Pas question d’opter pour une race à viande spécialisée. « Si j’avais des Limousines ou des Blondes, je vendrais peut-être les veaux plus cher, mais une vache ne me permettrait d’allaiter qu’un seul veau, alors que l’an dernier, j’ai engraissé 52 veaux avec une vingtaine de vaches auxquelles s’ajoutent les quatre génisses de renouvellement conduites leurs premiers mois presque comme des veaux de lait. » L’essentiel des vaches sont des Montbéliardes, mais avec du recul, Eric Freychet regrette de ne pas s’être orienté vers la Simmental dont les veaux sont mieux valorisés avec un niveau de production laitière quasi identique compte tenu du mode de conduite. « Je fais inséminer 4 vaches avec du Simmental pour mon renouvellement, avec au besoin rachat de velles laitières et le reste du troupeau est en croisement. Je mets du Blond sur les génisses et du Charolais ou de l’Inra 95 sur les vaches. » Des petits veaux sont régulièrement achetés au fil des départs de veaux gras pour valoriser au mieux le lait disponible avec l’objectif d’engraisser le plus possible d’animaux ramenés à la vache présente. « Je les achète autour de 5 semaines en prenant surtout des croisés Charolais Montbéliard et en évitant absolument les croisés Holstein. J’achète aussi parfois des veaux naissants limousins. » Les 33 achats de l’an dernier (dont deux velles montbéliardes pour le renouvellement) ont été payés une moyenne de 427 € et le prix moyen de l’ensemble des veaux gras commercialisés a approché les 850 € (128,6 kg de carcasse à 6,90 € du kilo pour la plupart classés 2U2). Pour les veaux achetés, l’objectif est de doubler le prix d’achat avec comme dans toute activité d’engraissement plus ou moins de réussite suivant le potentiel de départ des animaux. « Je vends les femelles vers 4 mois et les mâles vers 4,5 mois. » Les ventes ont lieu tout au long de l’année en essayant d’éviter juillet et août sans pour autant se l’interdire (1).

15 À 20 veaux à l'étable toute l'année

« Je cherche surtout à maximiser le nombre de veaux produits par vache en faisant inséminer les animaux au plus tôt après le vêlage. » En procédant ainsi, les rentrées d’argent sont régulières avec bien entendu l’obligation de faire téter des veaux tout au long de l’année. Certes le bâtiment utilisé est loin d’être des plus fonctionnel, mais il a limité les investissements et les conditions de travail demeurent acceptables en cantonnant le troupeau à 20 vaches. « J’ai une moyenne de 15 à 20 veaux à l’étable toute l’année et jusqu’à 30 à certaines périodes. Je compte environ une heure à chaque tétée, plus une heure et demi matin et soir en hiver pour affourager (foin et enrubannage) et curer les 25 vaches et génisses à l’attache. » 

(1) En 2008, 44 veaux ont été vendus à la Coopérative des Veaux des Monts du Velay Forez, dont 3 en janvier, 8 en février, 1 en mars, 4 en avril, 4 en mai, 4 en juin, 1 en juillet, 3 en août, 6 en septembre, 6 en octobre, 1 en novembre et 3 en décembre.

Chiffres clés

■ 20 ha de SAU dont 11 ha de prairie permanente, 6 ha de prairie temporaire et trois ha de triticale ;

■ 20 vaches de type mixte et deux fois 4 génisses de renouvellement pour une cinquantaine de veaux engraissés par an. 26 droits PMTVA;

■ un poulailler label de 400m2.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande