Aller au contenu principal

Claude Fuchey, éleveur en Saône-et-Loire
« Un chien, ça change vraiment le travail ! »

Claude Fuchey ne saurait se passer de ses chiens pour conduire ses 300 Charolaises. Il s´est tellement pris au jeu, qu´il est devenu un habitué des finales nationales des concours de chiens de troupeau.


« Je ne l´ai jamais vu comme ça. C´est sa dernière sortie », se désole Claude Fuchey. Son chien Nicky, un puissant mâle âgé de 9 ans, marque le coup à l´issue du parcours, trop long pour ses vieilles pattes. C´est sa quatrième finale, il terminera dixième. Une paisible retraite s´annonce.
Comme tout éleveur accroc de ses chiens de troupeau, Claude Fuchey, éleveur à Saint-Martin de Commune en Saône-et-Loire, a déjà préparé la relève : deux Border collie et un Beauceron, une race rarement présente dans les concours car plus difficile à dresser mais qu´il aime bien : « les Beaucerons sont moins obnubilés par les bêtes et se fatiguent moins que les Border collie ». Il élève 300 vaches charolaises, en Gaec avec ses deux frères. « J´ai des chiens depuis dix ans. Au début, c´était uniquement pour le travail à la ferme. Puis, petit à petit, je me suis mis à faire des concours pour sortir ».
Claude Fuchey se prépare au franchissement du couloir de contention avec l´aide de son chien Nicky. ©B. Griffoul

D´abord l´utilisation au quotidien avec le troupeau
Il évoque la « passion » qui l´anime désormais. Il met d´abord en avant l´utilisation au quotidien. Son cheptel est réparti l´été en « plus de vingt lots » car le terrain est très morcelé. « Je me sers des chiens surtout pour déplacer les animaux entre les parcs et la ferme, mais aussi pour traiter les bêtes jeunes ou les montrer aux acheteurs. C´est intéressant surtout avec les jeunes qui prennent facilement peur. Avec le chien, elles sont beaucoup plus calmes qu´à plusieurs personnes où elles sentent la catastrophe. Pour de la conduite, ça change vraiment le travail. Quand on voit une génisse qui fait un écart, il n´y a pas besoin de courir. Le chien a ses habitudes, il intervient pratiquement sans ordre pour les tâches de routine. » Et ce n´est pas son épouse qui va le démentir, le cri vient du coeur : « Un chien, c´est formidable. C´est une économie de disputes et d´énervement. Souvent, on attendait au dernier moment pour déplacer un troupeau car ça portait peine. »
Bien sûr, pour en arriver à ce résultat, cela demande un certain investissement de la part de l´éleveur, surtout du temps pour dresser le chien, le faire travailler et se former soi-même. Mais, il faut d´abord bien choisir son compagnon. Claude Fuchey achète ses chiens à l´âge de 2 mois chez des éleveurs utilisateurs : « Il faut voir travailler les parents. » Jusqu´à 6 mois, c´est la phase d´éducation du chien : rappel, stop, couché.
Environ dix-huit mois pour dresser un chien
A partir de 6 à 8 mois, il commence à le mettre au contact des animaux, au début sur une petite troupe de moutons. Puis sur des bovins jeunes et guère avant 18 mois sur des vaches avec des veaux : « C´est dur car les Charolaises protègent beaucoup leur veaux. » A cet âge-là, le dressage est terminé mais le chien continue à se perfectionner pendant plusieurs années. Claude Fuchey a participé à trois formations avec ses chiens, une étape indispensable pour acquérir les bases du dressage. « Un chien ne doit pas sauter de la voiture et courir derrière les vaches ». Et pour participer aux concours, il faut même s´astreindre à une discipline supplémentaire : « J´essaie de le mettre en situation de concours. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Julien Denormandie sommet de l'elevage
FNB : "Un contrat écrit obligatoire pour toutes les catégories de bovins d'ici fin 2022"
Selon un communiqué de la FNB, Julien Denormandie a annoncé lors de sa visite au Sommet de l'Elevage qu'au 1er janvier 2022,…
Maïs « coupe haute » : un fourrage plus concentré à bien rationner
Alors que les ensilages de maïs sont prometteurs cette année, Arvalis fait le point sur la technique de récolte de l'ensilage de…
Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine
Bruno Dufayet, Fédération nationale bovine : « Des signaux de marché au vert, les prix doivent sortir du rouge »
A quelques jours du Sommet de l’Elevage, le président de la Fédération nationale bovine estime que toutes les planètes sont…
Déchargement de broutards français dans un atelier italien - En Italie, la conjoncture actuelle est favorable avec des niveaux de prix nettement plus élevés que ce qui est habituellement pratiqué à cette période de l’année.
Trop peu valorisés, les broutards sont moins nombreux
Le prix du maigre a gagné quelques centimes en fin d’été mais ne progresse pas dans les mêmes proportions que les femelles finies…
Le parc d’attente est un demi-cercle à barrière poussante sécurisée permettant au choix d’orienter les animaux vers un parc, vers le quai de chargement ou vers l’entrée du couloir de contention. Le sol est un béton strié et il a été coulée après avoir bien vérifié que tout fonctionnait. Il est couvert d'un peu de sciure pour ne pas glisser.
[Contention des bovins] Une installation faite maison de haut niveau
Depuis dix ans, le Gaec des Reclous est équipé d’une belle installation associant bois et métal, complétée par un quai de…
« Egalim 2 est un choc culturel » selon Bruno Dufayet, président de la FNB
Dans les allées du Sommet de l’élevage, le président de la fédération nationale bovine est revenu sur la loi Egalim 2 qui va…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande