Aller au contenu principal

Bovins Viande : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière viande bovine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches al

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Claude Fuchey, éleveur en Saône-et-Loire
« Un chien, ça change vraiment le travail ! »

Claude Fuchey ne saurait se passer de ses chiens pour conduire ses 300 Charolaises. Il s´est tellement pris au jeu, qu´il est devenu un habitué des finales nationales des concours de chiens de troupeau.


« Je ne l´ai jamais vu comme ça. C´est sa dernière sortie », se désole Claude Fuchey. Son chien Nicky, un puissant mâle âgé de 9 ans, marque le coup à l´issue du parcours, trop long pour ses vieilles pattes. C´est sa quatrième finale, il terminera dixième. Une paisible retraite s´annonce.
Comme tout éleveur accroc de ses chiens de troupeau, Claude Fuchey, éleveur à Saint-Martin de Commune en Saône-et-Loire, a déjà préparé la relève : deux Border collie et un Beauceron, une race rarement présente dans les concours car plus difficile à dresser mais qu´il aime bien : « les Beaucerons sont moins obnubilés par les bêtes et se fatiguent moins que les Border collie ». Il élève 300 vaches charolaises, en Gaec avec ses deux frères. « J´ai des chiens depuis dix ans. Au début, c´était uniquement pour le travail à la ferme. Puis, petit à petit, je me suis mis à faire des concours pour sortir ».
Claude Fuchey se prépare au franchissement du couloir de contention avec l´aide de son chien Nicky. ©B. Griffoul

D´abord l´utilisation au quotidien avec le troupeau
Il évoque la « passion » qui l´anime désormais. Il met d´abord en avant l´utilisation au quotidien. Son cheptel est réparti l´été en « plus de vingt lots » car le terrain est très morcelé. « Je me sers des chiens surtout pour déplacer les animaux entre les parcs et la ferme, mais aussi pour traiter les bêtes jeunes ou les montrer aux acheteurs. C´est intéressant surtout avec les jeunes qui prennent facilement peur. Avec le chien, elles sont beaucoup plus calmes qu´à plusieurs personnes où elles sentent la catastrophe. Pour de la conduite, ça change vraiment le travail. Quand on voit une génisse qui fait un écart, il n´y a pas besoin de courir. Le chien a ses habitudes, il intervient pratiquement sans ordre pour les tâches de routine. » Et ce n´est pas son épouse qui va le démentir, le cri vient du coeur : « Un chien, c´est formidable. C´est une économie de disputes et d´énervement. Souvent, on attendait au dernier moment pour déplacer un troupeau car ça portait peine. »
Bien sûr, pour en arriver à ce résultat, cela demande un certain investissement de la part de l´éleveur, surtout du temps pour dresser le chien, le faire travailler et se former soi-même. Mais, il faut d´abord bien choisir son compagnon. Claude Fuchey achète ses chiens à l´âge de 2 mois chez des éleveurs utilisateurs : « Il faut voir travailler les parents. » Jusqu´à 6 mois, c´est la phase d´éducation du chien : rappel, stop, couché.
Environ dix-huit mois pour dresser un chien
A partir de 6 à 8 mois, il commence à le mettre au contact des animaux, au début sur une petite troupe de moutons. Puis sur des bovins jeunes et guère avant 18 mois sur des vaches avec des veaux : « C´est dur car les Charolaises protègent beaucoup leur veaux. » A cet âge-là, le dressage est terminé mais le chien continue à se perfectionner pendant plusieurs années. Claude Fuchey a participé à trois formations avec ses chiens, une étape indispensable pour acquérir les bases du dressage. « Un chien ne doit pas sauter de la voiture et courir derrière les vaches ». Et pour participer aux concours, il faut même s´astreindre à une discipline supplémentaire : « J´essaie de le mettre en situation de concours. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

graph efficow
Efficow pour repérer les vaches les plus rentables du troupeau
France Conseil élevage proposera un nouveau service pour classer les vaches allaitantes d’un troupeau selon leur rentabilité…
Limousin junior a la particularité d’être la seule démarche label rouge permettant de valoriser des taurillons de race allaitante.  © F. d'Alteroche
L’objectif ambitieux de 40 % de label rouge à échéance 2023
Le plan de filière défini par Interbev dans le cadre des Égalim ambitionne de faire passer à 40 % l’offre de viande bovine…
Les réglages de l’épandeur facilités par les applis
Machinisme
Avec la création permanente de nouvelles formulations d’engrais, le recours à une application sur smartphone permet de profiter…
infomycotoxines.fr
Alltech : un nouveau site web dédié aux mycotoxines

InfoMycotoxines.fr informe sur comment analyser les mycotoxines, et comment les combattre. « Le site web s’…

Coop de France devient La Coopération agricole

En décembre, à l’occasion de son Congrès annuel, Coop de France a dévoilé sa nouvelle identité. La Coopération agricole …

betteraves fourragères Charolais
De bons rendements en 2019 pour les essais variétés betteraves fourragères
Les rendements moyens des essais de variétés 2019 sont supérieurs à 17 tonnes de matière sèche totale par hectare, soit plus de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande