Aller au contenu principal

Gestion du pâturage
Privilégier le pâturage de printemps

Illustration à l´EARL Maupas dans le Maine-et-Loire : on jongle entre les lots et les parcelles pour profiter de tout ce qui peut être pâturé.


Jeannine et Jean-Claude Peltier, éleveurs à Chazé-sur-Argos (49), ont fait pâturer les 28 vaches vêlant au printemps et 30 génisses jusqu´au 15 janvier cette année. Et les génisses ressortiront avant la fin février car l´herbe est déjà là. D´habitude ces animaux sont rentrés fin décembre mais les conditions climatiques ont été particulièrement bonnes cet hiver et elles ont pu continuer plus longtemps à tourner sur les prairies temporaires. Des animaux ont même pu cet automne pâturer des prairies juste implantées. « Cet allongement du pâturage devrait compenser le fait que nous avons obtenu un rendement en foin plus faible que prévu au printemps dernier », estime Jean-Claude Peltier. Lors de la campagne précédente, le scénario était tout autre. L´importance des pluies à l´automne avait obligé les éleveurs à avancer la rentrée des animaux. Mais la récolte de foin avait été suffisante pour couvrir les besoins en stocks supplémentaires. « Quand l´année est moins favorable, je me réserve toujours la solution de faire pâturer à l´automne une ou deux parcelles de prairies qui seront ensuite détruites au printemps pour y semer du maïs. »

Pas de complément au pré, pour les veaux
En cas de manque de stock, il est arrivé aussi à l´éleveur de distribuer en bâtiment de la paille mélassée.
Sur la moitié de l´exploitation, les prairies sont suffisamment portantes pour éventuellement être pâturées tout l´hiver. Mais Jean-Claude Peltier n´est pas partisan de cette pratique et préfère assurer le maintien du potentiel des prairies en leur laissant deux mois de repos hivernal. Le cheptel de soixante-cinq vaches est conduit à cette saison en quatre lots : un de génisses, deux de vaches en vêlage d´automne (veaux mâles et veaux femelles séparés), et un de vaches en vêlage de fin d´hiver. En plein printemps, les lots tournent sur des parcelles de quatre hectares environ à raison de 35 ares par UGB et dès que l´herbe est trop abondante, des parties de ces parcelles sont fauchées.
« Je ne complémente jamais les veaux au pré. Je préfère les sevrer plus tôt que prévu si le manque d´herbe en fin de printemps risque de gêner leur croissance. Je les nourris alors en bâtiment et cela a l´avantage de laisser davantage d´herbe aux mères. »


Deux périodes de vêlage : des besoins en fourrage étalés sur l´année
La double saison des vêlages est motivée par l´écrêtement des pointes de travail, l´étalement de la trésorerie, et aussi par la sécheresse estivale et l´importance des surfaces en prairie. En effet, les besoins des vaches vêlant à l´automne, assurés avec la pousse de printemps, deviennent faibles après le sevrage de leurs veaux au moment du déficit hydrique estival. D´autre part, vu l´importance de la surface en prairie, un pâturage d´automne est nécessaire pour valoriser la pousse de l´herbe mais elle n´est possible que par des animaux à besoins modérés. Des génisses et les vaches taries qui ont vêlé en fin d´hiver y sont bien adaptées.
chiffres clés
Naisseur-engraisseur en zone séchante :
- SAU de 73 hectares dont 10 de blé, 10 de maïs ensilage et 53 d´herbe dont 10 hectares de prairies permanentes plus ou moins humides
- 1,5 UMO
- 64 vêlages en deux périodes
- chargement : 1,60 UGB/ha SFP
- 380 kg viande vive produite/ UGB
- 2,3 t MS de stocks / UGB
- 87 kg N minéral/ha de prairie
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande