Aller au contenu principal

Bovins Viande : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière viande bovine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches al

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Gestion du pâturage
Privilégier le pâturage de printemps

Illustration à l´EARL Maupas dans le Maine-et-Loire : on jongle entre les lots et les parcelles pour profiter de tout ce qui peut être pâturé.


Jeannine et Jean-Claude Peltier, éleveurs à Chazé-sur-Argos (49), ont fait pâturer les 28 vaches vêlant au printemps et 30 génisses jusqu´au 15 janvier cette année. Et les génisses ressortiront avant la fin février car l´herbe est déjà là. D´habitude ces animaux sont rentrés fin décembre mais les conditions climatiques ont été particulièrement bonnes cet hiver et elles ont pu continuer plus longtemps à tourner sur les prairies temporaires. Des animaux ont même pu cet automne pâturer des prairies juste implantées. « Cet allongement du pâturage devrait compenser le fait que nous avons obtenu un rendement en foin plus faible que prévu au printemps dernier », estime Jean-Claude Peltier. Lors de la campagne précédente, le scénario était tout autre. L´importance des pluies à l´automne avait obligé les éleveurs à avancer la rentrée des animaux. Mais la récolte de foin avait été suffisante pour couvrir les besoins en stocks supplémentaires. « Quand l´année est moins favorable, je me réserve toujours la solution de faire pâturer à l´automne une ou deux parcelles de prairies qui seront ensuite détruites au printemps pour y semer du maïs. »

Pas de complément au pré, pour les veaux
En cas de manque de stock, il est arrivé aussi à l´éleveur de distribuer en bâtiment de la paille mélassée.
Sur la moitié de l´exploitation, les prairies sont suffisamment portantes pour éventuellement être pâturées tout l´hiver. Mais Jean-Claude Peltier n´est pas partisan de cette pratique et préfère assurer le maintien du potentiel des prairies en leur laissant deux mois de repos hivernal. Le cheptel de soixante-cinq vaches est conduit à cette saison en quatre lots : un de génisses, deux de vaches en vêlage d´automne (veaux mâles et veaux femelles séparés), et un de vaches en vêlage de fin d´hiver. En plein printemps, les lots tournent sur des parcelles de quatre hectares environ à raison de 35 ares par UGB et dès que l´herbe est trop abondante, des parties de ces parcelles sont fauchées.
« Je ne complémente jamais les veaux au pré. Je préfère les sevrer plus tôt que prévu si le manque d´herbe en fin de printemps risque de gêner leur croissance. Je les nourris alors en bâtiment et cela a l´avantage de laisser davantage d´herbe aux mères. »


Deux périodes de vêlage : des besoins en fourrage étalés sur l´année
La double saison des vêlages est motivée par l´écrêtement des pointes de travail, l´étalement de la trésorerie, et aussi par la sécheresse estivale et l´importance des surfaces en prairie. En effet, les besoins des vaches vêlant à l´automne, assurés avec la pousse de printemps, deviennent faibles après le sevrage de leurs veaux au moment du déficit hydrique estival. D´autre part, vu l´importance de la surface en prairie, un pâturage d´automne est nécessaire pour valoriser la pousse de l´herbe mais elle n´est possible que par des animaux à besoins modérés. Des génisses et les vaches taries qui ont vêlé en fin d´hiver y sont bien adaptées.
chiffres clés
Naisseur-engraisseur en zone séchante :
- SAU de 73 hectares dont 10 de blé, 10 de maïs ensilage et 53 d´herbe dont 10 hectares de prairies permanentes plus ou moins humides
- 1,5 UMO
- 64 vêlages en deux périodes
- chargement : 1,60 UGB/ha SFP
- 380 kg viande vive produite/ UGB
- 2,3 t MS de stocks / UGB
- 87 kg N minéral/ha de prairie
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

« Je suis un passionné », reconnaît bien volontiers Alban Grandidier. Le troupeau, certes de dimension modeste n’en est pas moins conduit aux petits oignons.  © F. d'Alteroche
« La luzerne est bénéfique pour mes Limousines et pour ma rotation »
La luzerne est devenue incontournable chez Alban Grandidier. Elle a conforté l’autonomie protéique de l’exploitation et apporté…
Les réglages de l’épandeur facilités par les applis
Machinisme
Avec la création permanente de nouvelles formulations d’engrais, le recours à une application sur smartphone permet de profiter…
logo médaille or concours général agricole
[Salon de l'agriculture 2020] Le Concours général agricole a 150 ans
Les concours de reproducteurs des races allaitantes se répartissent sur la durée du Salon de l'agriculture, du 22 février au 1er…
L’outil est disponible à l’adresse suivante : idele.fr/decibov/ © Idele
Décibov simule la faisabilité d’un projet
Ce logiciel de simulation apporte un premier niveau de réponse quant à la faisabilité d’un projet de mise en place d’un atelier…
Limousin junior a la particularité d’être la seule démarche label rouge permettant de valoriser des taurillons de race allaitante.  © F. d'Alteroche
L’objectif ambitieux de 40 % de label rouge à échéance 2023
Le plan de filière défini par Interbev dans le cadre des Égalim ambitionne de faire passer à 40 % l’offre de viande bovine…
Mathieu Fromaget. "Les Charolaises passent l’hiver au foin de prairies naturelles et une autre source de stock est recherchée pour sécuriser le système." © S. Bourgeois
« Le sorgho ne convient pas dans notre système »
Avec 30 hectares de prairies naturelles et le reste de la SAU en cultures de vente, le sorgho est semé trop tard pour réussir à l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande