Aller au contenu principal
Font Size

Les exportations espagnoles de vif doublées en 2012

L’Espagne a doublé ses exportations de bovins vivants en 2012 avec les pays tiers comme principale destination.

Avec un poids et un prix plus en adéquation avec la demande de certains pays, les animaux espagnols bénéficient de l’atout proximité pour exporter sur pays tiers.
Avec un poids et un prix plus en adéquation avec la demande de certains pays, les animaux espagnols bénéficient de l’atout proximité pour exporter sur pays tiers.
© DR

Moins de 60 000 têtes en 2011, près de 110 000 en 2012 ! L’an dernier, les exportations espagnoles de bovins vivants de plus de 300 kilos ont tout bonnement doublé. Ces chiffres concernent le cumul entre les animaux finis et semi-finis. Cette évolution est liée à l’explosion de l’activité sur différents pays tiers du pourtour méditerranéen. « En 2012, les envois hors Union européenne ont atteint plus de 58 000 têtes vers le Liban, 16 000 têtes vers la Libye et 5 000 têtes vers l’Algérie », explique l’Institut de l’élevage dans une récente étude sur les filières des ruminants en Espagne.
Ces nouvelles parts de marché ont permis d’apporter un peu d’air à la filière bovine espagnole confrontée à une lente érosion de la consommation intérieure de viande.
« L’Espagne bénéficie d’une position géographique idéale pour fournir ces marchés méditerranéens au départ de quatre ports : Carthagène, dans la région de Murcie, qui est de loin le plus actif, Tarragone près de Barcelone, habilité à exporter des animaux vivants depuis avril 2012, Alicante et Valence qui a obtenu l’habilitation début 2013. »
Les animaux concernés par ces débouchés sont globalement des animaux moins lourds mais également un peu moins chers que le bétail français. « Ce sont surtout des JB frisons de 10 à 12 mois pesant entre 350 et 420 kilos et des croisés de 12 à 14 mois pesant entre 550 et 600 kilos. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande