Aller au contenu principal
Font Size

Congrès FNB
Les éleveurs allaitants déçus par l’absence d’annonces de Stéphane Le Foll

Le discours de Stéphane le Foll à l’occasion du dernier Congrès de la Fédération National Bovine était vierge de toute nouvelle annonce relative au mode d’attribution des aides couplées pour la prochaine PAC.

Stephane Le Foll, lors du dernier Congrès de la Fédération Nationale Bovine, en Vendée.
Stephane Le Foll, lors du dernier Congrès de la Fédération Nationale Bovine, en Vendée.
© F. d'Alteroche

éçus, mécontents et quelque peu inquiets pour la suite des événements. Tel était l’état d’esprit de bien des éleveurs à l’issue de l’intervention de Stéphane Le Foll à l’occasion du dernier Congrès de la Fédération Nationale Bovine qui a eu lieu les 5 et 6 février aux Sables d’Olonne, en Vendée. Le ministre de l’Agriculture était très attendu sur les derniers arbitrages relatifs aux différentes aides couplées propres à ce secteur de production dans le cadre de la prochaine PAC et plus particulièrement le futur montant de la PMTVA (prime au maintien du troupeau de vaches allaitantes). « On ne peut pas vivre avec seulement 40 vaches. Il faut cibler cette aide sur les élevages spécialisés et ne pas la disperser sur des exploitations qui tirent leur revenu d’autres productions » revendiquait Pierre Chevalier, Président de la FNB.

Stéphane Le Foll s’est contenté de confirmer que cette aide serait bien de 200 €/tête pour les 40 premiers animaux. « Mais je m’inscris en faux sur les chiffres qui circulent pour les suivantes. Jamais il n’a été dit ou écrit que l’on serait à 60 €/vache. Ce ne sera pas 60 €, ce sera davantage. » a précisé le Ministre en se gardant bien de faire des annonces sur le montant précis de ce chiffre malgré les demandes insistantes de son auditoire. Rien n’a été dévoilé non plus quand à la possibilité de rendre une certaine proportion de génisses éligibles à cette aide. Pas davantage de précision sur les modalités d’attribution de l’enveloppe de 150 millions d’euros relative à l’aide couplée aux protéagineux.

En revanche, le ministre s’est montré en phase avec les souhaits des responsables de la FNB qui entendent conforter les débouchés sur les pays tiers de façon à soutenir les prix à la production.  Stéphane Le Foll a d’ailleurs annoncé la mise en place d’une cellule export. Opérationnelle à compter du prochain Salon de l’Agriculture, elle regroupera les différents  ministères concernés et les services du commerce extérieur. Elle s’appuiera sur le réseau des attachés agricoles présents dans les différentes ambassades de façon à ouvrir les portes et accompagner les professionnels à la recherche de nouveaux marchés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande