Aller au contenu principal

Les abattages bio en légère progression

En 2013, les volumes de gros bovins bio abattus ont progressé de 1 %.

© Infographie Réussir

« Une réévaluation des prix d’achat en bio de la majorité des abatteurs à l’été 2013 a permis de réassurer le différentiel de prix entre conventionnel et bio et de limiter la déperdition d’animaux en conventionnel. La baisse des cours du conventionnel au second semestre a également eu un impact évident et la dynamique de développement a nettement repris au premier semestre 2014, explique la commission Bio d’Interbev dans un communiqué. La difficulté s’est surtout fait ressentir au premier semestre 2013 sur la valorisation des jeunes animaux (veaux, jeunes bovins et génisses). »


 

4,51 €  le kilo de carcasse contre 4,27 € en conventionnel


Et de souligner une progression de 400 têtes des abattages des bœufs bio issus du cheptel allaitants. Ils ont été 3791 à avoir été abattus l’an dernier. « Si les bœufs nécessitent une immobilisation sur 3 ans, ils correspondent bien au système de production bio. »
La filière bio est à même de valoriser correctement ces animaux. En moyenne sur 2013, le prix moyen entrée abattoir d’un bœuf bio a été de 4,51 € le kilo de carcasse contre 4,27 € en conventionnel.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Maïs « coupe haute » : un fourrage plus concentré à bien rationner
Alors que les ensilages de maïs sont prometteurs cette année, Arvalis fait le point sur la technique de récolte de l'ensilage de…
Profiter d’une conjoncture plus favorable à la viande bovine pour bâtir un vrai projet de filière
Face à des volumes de production qui s’étiolent et à une pyramide des âges des éleveurs devenue préoccupante, les participants au…
Plusieurs paramètres entrent en jeu pour analyser la différence de rentabilité des systèmes, à commencer par le coût de production.
Les systèmes d’avenir existent déjà en élevages bovins viande !
Après avoir mis en avant les facteurs de variabilité de la rentabilité des exploitations bovins viande des Pays de la Loire et…
Génisses ayant vêlées à deux ans - archives. La stratégie « vêlages à deux ans » stricte ne concerne que 1,3 % des troupeaux allaitants.
Vêlage à deux ans : une piste d’intérêt en bovins viande
En France, le vêlage à deux ans est très peu pratiqué en élevage allaitant. Pourtant, il permet d’améliorer l’efficience des…
David Lachassagne a apprécié la rusticité et le rendement en grain et paille de l'orge hybride.
« J’ai choisi de ne récolter l’orge hybride qu’en grain et paille »
David Lachassagne, éleveur de charolais à Givarlais dans l’Allier, a testé cette année l’orge hybride sur trois hectares. Vu son…
Une enchère record à 15 400 € pour un futur reproducteur Charolais prometteur
Une vente aux enchères conjointement organisée par Charolais Expansion et le herd book charolais à l’occasion du dernier concours…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande