Aller au contenu principal

Le fumier stocké au champ ne présente pas de risque de pollution nitrique

D'après un essai à la ferme expérimentale de Derval, le stockage du fumier compact ou très compact en andain au champ, après deux mois de maturation en bâtiment ou sur un ouvrage de stockage, ne présente pas de risque de pollution ponctuelle nitrique.

tas de fumier compact maturé stocké au champ
© Institut de l'Elevage

Sylvain Foray de l’Institut de l’Elevage a présenté lors des journées 3 R une expérimentation menée à la ferme expérimentale de Derval (Loire atlantique) sur les risques de lixiviation de l’azote dans le dépôt au champ de fumiers compacts.

L’expérimentation a montré que le stockage du fumier compact ou très compact en andain au champ, après deux mois de maturation en bâtiment ou sur un ouvrage de stockage, ne présente pas de risque de pollution ponctuelle nitrique.

Moins de 2 % de l’azote contenu dans un fumier compact ou très compact maturé deux mois dans des installations dédiées est susceptible d’être transféré dans les horizons agronomiques du sol.

Cette expérimentation a aussi montré que la couverture végétalisée du sol réduit la percolation sous le tas : la quantité d’azote transférée dans le sol pendant la période de stockage représente moins de 1 % de l’azote contenu dans les fumiers à la mise en tas quand il est confectionné sur une prairie notamment (ou un CIPAN).

Cette pratique de stockage en bout de champ avait été remise en cause il y a quelques années par la Commission européenne. « On ne disposait pas de référence sur ce sujet, et on espère que cette expérimentation pourra être utile si négociations il y a sur ce sujet un jour. C'est d'ailleurs pour cette raison que nous l'avons fait" explique Sylvain Forey.

Dans la pratique, un tas de fumier de 60 tonnes installé sur une parcelle de deux hectares, pour épandre à la dose de 30 unités par hectare, représente d'après ces résultats au maximum 9 kilos d'azote transférées au compartiment sol (et non perdues), voir moins de 3 kilos d'azote seulement si le tas est installé sur de l'herbe. Rappelons que le stockage est réalisé sur la parcelle où le fumier sera épandu, et donc change d'endroit d'une année à l'autre. Le risque est donc très limité.

Lire aussi :

Effluents : Quelle est la part d’azote rapidement disponible ?

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande