Aller au contenu principal

Le Sommet de l'élevage fait le plein d'exposants

Les clignotants sont au vert pour cette 23e édition du Sommet de l'élevage, du 1er au 3 octobre à Cournon-d'Auvergne. En dehors du problème récurrent de surface d'exposition qui bride l'expansion de ce salon.

Jacques Chazalet et Fabrice Berthon, respectivement président et commissaire général du Sommet.
Jacques Chazalet et Fabrice Berthon, respectivement président et commissaire général du Sommet.
© F. d'Alteroche

« On est complet. Même en optimisant la gestion des surfaces, nous avons été obligés de refuser des exposants », expliquait Fabrice Berthon, commissaire général du Sommet de l'élevage à l'occasion d'une conférence de presse organisée en prélude à l'ouverture de ce salon. Et de remettre une nouvelle fois sur la table le problème des infrastructures qui ne suivent pas la dynamique de ce salon et brident son expansion. « De nouveaux exposants étrangers frappent à la porte, c'est quand même rageant de ne pouvoir y répondre. » Et de rappeler aussi les retombées économiques du salon pour l'agglomération de Clermont-Ferrand. Elles sont estimées à 40 millions d'euros, principalement répartis entre l'hébergement et la restauration des visiteurs et des exposants. Pour les éditions à venir, des aménagements sont planifiés. Ils permettront de conforter les surfaces d'exposition. Envisagée dans un premier temps, la construction d'un second hall en dur a finalement été abandonnée faute de pouvoir financer un projet avoisinant 25 millions d'euros.
La solution retenue consistera en une nouvelle extension des surfaces d'exposition (environ 3 hectares) côté nord en prenant sur des espaces jusqu'à présent occupés par des parkings. Elle sera accompagnée de la création de nouveaux parcs de stationnement sur des parcelles actuellement classées en réserves foncières et situées sur la périphérie nord du parc des expositions. Cette solution nettement moins coûteuse a été préférée par la région Auvergne, propriétaire des lieux. « Son président René Souchon envisagerait même que cela soit fait pour 2015. Nous sommes confiants mais pas naïfs. Nous savons très bien que l'argent public se fait rare, alors à nous, avec nos partenaires de trouver la bonne articulation économique et juridique pour que le projet aboutisse », ajoutait Jacques Chazalet, nouveau président du Sommet de l'élevage en précisant que ces aménagements correspondent à un investissement de 4 à 5 millions d'euros.

Les Aubrac et Simmental mises à l'honneur


Cette année, c'est au tour des races Aubrac et Simmental d'être plus particulièrement mises à l'honneur. Les organisateurs ambitionnent d'accueillir 85 000 visiteurs, dont une proportion croissante d'étrangers. « Les étrangers viennent au minimum deux journées. Ils apprécient la possibilité d'associer une journée de présence sur le salon à d'autres visites professionnelles (élevages ou sites agro-industriels) », ajoute Benoît Delaloy, en charge de la promotion à l'international. Et de souligner qu'il travaille pour assurer la promotion de cet événement avec 19 agents de terrain qui permettent de couvrir 22 pays différents. L'an dernier, la présence de 34 journalistes étrangers a permis d'avoir de bonnes retombées médiatiques traitant tant de l'événement que des problématiques de l'élevage français.

Roger Blanc a passé le témoin à Jacques Chazalet

 

Après avoir été à l'initiative de cette manifestation devenue en vingt-deux ans l'un des plus important salon européen de l'élevage, Roger Blanc a choisi d'en céder la présidence. Son successeur est Jacques Chazalet, éleveur d'ovins et de volailles à Celle sur Durolle dans l'est du Puy-de-Dôme. Ce dernier a rendu un hommage appuyé au président fondateur qui a su « faire du Sommet de l'élevage le salon qu'il est devenu ». Dans la continuité de son prédécesseur, Jacques Chazalet entend poursuivre deux axes clés de développement : la poursuite de l'élargissement vers l'international et l'amélioration des infrastructures sur le site d'exposition.

Au programme

. Concours et présentations bovins viande

Mercredi 1er octobre
. 8 h 30-13h  Concours Aubrac
. 13h-15h15  Concours Limousin
. 15 h 15-16h  Présentation produits d'IA
. 16h-18h45  Concours Charolais


Jeudi 2 octobre
. 9h-11h Concours Blond d'Aquitaine
. 11h-11h30 Présentation produits d'IA
. 11 h 30 Présentation Bazadaise
. 12h-13h30 Concours Gascon
. 13 h 30-14h Présentation Ferrandaise
. 14h-19h Concours Aubrac


Vendredi 3 octobre
. 9h-11h15 Concours Salers
. 11 h 15-12 h 30 Concours Parthenais
. 12 h 30-13 h 15 Présentation Hereford, Blanc Bleu, Rouge des Prés
. 13 h 15-14h Sabots d'Or
. 14h-18h Concours Aubrac

Cette année tous les concours seront filmés et retranscrits sur la web TV du Sommet via le site www.sommet-elevage.fr et pourront être visionnés en direct ou en replay.



. Principales conférences pour le secteur bovins viande

Mercredi 1er octobre
. 10 h 30-12h  Les enjeux pour l'élevage herbivore français organisé par l'Institut de l'élevage et les chambres d'agriculture
.  14h-16h  Valorisation en bio de tous les bovins dans les élevages en AB, organisé par
la commission bio d'Interbev.
.  14 h 15-16 h 30  La PAC... et après, organisé par la chambre régionale d'agriculture d'Auvergne


Jeudi 2 octobre
. 10h-13h Réponses de nos filières bovines aux attentes des pays du pourtour méditerranéen, organisé par Interbev
. 10 h 30-12h Enjeux environnementaux en élevage allaitant organisé par l'Institut
de l'élevage
. 15h-17h Évolution des marchés, réforme de la PAC : quels leviers pour améliorer
la rentabilité des élevages bovins viande.


Vendredi 3 octobre
. 10h-12h Enjeux et perspectives commerciales en Russie et pays limitrophes organisé par
l'ambassade de France à Moscou.
. 10h-12h30 Du local au mondial, le potentiel économique des filières lait et viande, organisé par Coop de France.

 

Pour en savoir plus et connaître les nouveautés présentées sur le salon, voir dossier Sommet de l'élevage dans Réussir Bovins viande de septembre 2014. RBV n°218, p. 26 à 48.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

 © C.Delisle
Un « RIP » qui agace bien des acteurs de la ruralité
Un Référendum d’initiative partagée pour les animaux a été lancé début juillet par le journaliste Hugo Clément. Cette initiative…
Vignette
Photovoltaïque, une énergie simple à mettre en œuvre
Produire une énergie décarbonée tout en finançant la construction d’un bâtiment, c’est l’opportunité qu’offre le photovoltaïque…
Vignette
Voyage au centre de la bouse de vache
La bouse de vache est un écosystème fascinant. Elle intéresse depuis longtemps les entomologistes, scientifiques spécialisés dans…
Claude Piet (à droite) et Mickaël Lelaure de Terrena. « Le changement le plus net est que les jeunes bovins sont plus calmes et passent plus de temps couchés. » © S. Bourgeois
Une alimentation compacte pour éviter tout tri de la ration
Au Gaec des Puits dans le Maine-et-Loire, de l’eau est ajoutée dans la ration complète des jeunes bovins, depuis deux ans. Ce…
 © C. Mandin
Cédric Mandin, FNB : « il faut se focaliser sur les indicateurs de marché »
Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la Fédération nationale bovine, tire le bilan de l’action de retenue en…
Le bâtiment de la Sepab permet de faire le tampon entre l’arrivée des animaux et leur chargement sur le bateau dans des conditions confortables. A Tarragone (Espagne), principal concurrent de Sète, ils attendent dans les camions ! © Sepab
Sète, le seul port européen certifié bien-être animal
À Sète, les animaux sont choyés dans un bâtiment flambant neuf. L’acheminement et le séjour au port sont certifiés bien-être…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande