Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Pays de Loire
L´AOC Maine-Anjou a dynamisé la Rouge des Prés

Avec l´obtention de l´AOC Maine-Anjou, la Rouge des prés retrouve des couleurs. Des projets renaissent avec des systèmes de production qui retrouvent une crédibilité.


Le vent aurait-il tourné ? Tout au long des années 90 et 2000, la race Rouge des prés, anciennement Maine-Anjou, n´en finissait pas de perdre des effectifs. Enrayer son déclin en valorisant les spécificités de la race et d´un mode d´élevage herbager extensif (un hectare d´herbe par vache), tel était le pari des éleveurs sélectionneurs qui se sont engagés dans la démarche AOC, il y une dizaine d´années. Quelques années après l´obtention de l´appellation d´origine pour la viande Maine-Anjou en 2004, le pari semble en voie d´être gagné. Avec un effectif se stabilisant autour de 47 000 vaches, la baisse est désormais minime, les inséminations repartent à la hausse. « La tendance est en train de se retourner. Mais l´effectif n´est pas un but en soi. L´essentiel est que les éleveurs gagnent bien leur vie et soient bien dans leur tête. L´AOC a permis de ressouder tout un public autour de la race et de refonder le projet racial », assure Albéric Valais, directeur de l´Upra.
Grâce à l´AOC, la race Rouge des prés retrouve une meilleure image et fait de nouveau l´objet de projets d´installation. ©S. Bourgeois

Visibilité à long terme
C´est bien de ce point de vue-là, - la structuration d´un projet collectif - , que l´AOC a eu les effets les plus bénéfiques, bien plus que sur le strict plan économique. En soi, le développement n´est pas spectaculaire, quelques dizaines d´animaux de plus tous les ans (1257 bêtes estampillées AOC en 2006, parmi lesquelles 130 boeufs, fournies par 205 éleveurs).
Mais, l´ambiance autour de la race Rouge des prés et de la viande Maine-Anjou a changé. « On commence à retrouver des projets d´installation de jeunes qui reprennent des troupeaux en disant clairement qu´ils le font parce qu´il y a l´AOC. On voit aussi des projets de création de troupeaux. L´AOC donne une visibilité à long terme sur le marché et permet de structurer le projet. » Et le directeur de l´Upra de constater avec satisfaction que, côté organismes de développement ou financiers, « les gens ne nous rigolent plus au nez. Nous avons remis en place des partenariats et des programmes de recherche-développement dont on ne rêvait plus. Nous avons beaucoup travaillé pour changer notre image dans notre environnement. »

Reste sans doute maintenant à donner davantage d´envergure économique à la filière. Environ 90 % de la production est aujourd´hui commercialisée dans une quinzaine de magasins Auchan, de la région de production principalement. Un « partenariat sympathique », affirme Albéric Valais, qui n´en dira pas plus. « Il a manqué un peu d´offre en 2006 », concède-t-il. Les éleveurs sont payés selon une grille qui leur attribue une plus-value d´environ 10 % par rapport aux cotations régionales ; le prix moyen des vaches s´élevait à 3,63 euros par kilo carcasse en 2006 pour un poids moyen de 472 kg, soit un prix global de 1713 ?. « Notre objectif est de développer la filière, l´organiser comme il faut puis d´autres projets arriveront », conclut-il. Des projets de transformation par exemple (steak haché.) pour notamment valoriser les avants dont « une partie n´est pas forcément distribuée en AOC ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
[Covid-19] La « renationalisation » des achats de viande bovine doit aussi profiter aux éleveurs
Alors que suite à l’arrivée du coronavirus les enseignes de la grande distribution ont vu leurs ventes gonfler suite au…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande