Aller au contenu principal

La mixité à l’honneur pour la Rouge des Prés

Le Concours national Rouge des Prés s’est tenu pour la première fois dans le Loir-et-Cher, au cœur de la Sologne, dans le prestigieux parc de la fédération française équestre à Lamotte Beuvron.

A Lamotte Beuvron dans le Loir-et-Cher, le national de la race a réuni les 28 et 29 septembre, 24 élevages et 120 animaux. « L’engouement des éleveurs pour ce national est toujours vif. Ils se rencontrent et oublient pendant deux jours les tracas du métier », souligne Christian Perrin, éleveur en Moselle et président de la Sica Domaine Rouge des Prés.

Les sections ont été jugées par Philippe Letessier, éleveur en Mayenne et Jean-Yves Vaugarny, éleveur dans la Sarthe. « On a noté de bonnes choses dans tous les élevages. Il n'y a pas eu un élevage. Aucun ne s'est démarqué plus qu'un autre. Nombreux sont les éleveurs récompensés. On a vu des animaux très homogènes avec particulièrement beaucoup de mixité. Il y avait auparavant un écart plus important entre les bêtes typées élevage et celles typées viande. De gros progrès ont été réalisés dans la race sur les vêlages grâce notamment à l'utilisation par de nombreux éleveurs de taureaux non porteurs du gène culard. Les femelles disposaient d’un bon grain de viande et ce, malgré l’utilisation de taureaux non porteurs. Nous avons placé sur la plus haute marche du podium les animaux alliant qualités bouchères, finalité de l’élevage allaitant et qualités d’élevages (aptitudes fonctionnelles, facilité de vêlages…) », ont fait remarquer les juges.

 

Un travail de fond engagé sur l’AOP

« On ne recherche plus aujourd’hui de gros animaux de concours . On apprécie désormais un modèle harmonieux, avec beaucoup d’épaisseur du dessus (morceaux les plus chers). La sélection doit également porter sur des bêtes vêlant facilement pour tendre vers l’objectif d’un veau par vache et par an », insiste Christian Perrin.

Une réflexion de fond a également été engagée sur l’appellation d’origine protégée Maine-Anjou pour promouvoir la race au travers de l’AOP. Un professionnel de la viande a d’ailleurs été recruté pour optimiser les débouchés par le biais du collectif Ma Box, mis en place pour étendre localement la notoriété et la présence de l’AOP. « Aujourd’hui, on a la chance de bénéficier d'une AOP. Il faut la valoriser. » Une dégustation de viande AOP a d’ailleurs été proposée au public en marge du concours, le dimanche.

L’édition 2020 de ce concours aura lieu à Château-Gontier, dans le cadre de la Fête de la Saint-Fiacre en Mayenne.

 

 

 

Les principaux résultats du palmarès

Challenge Interdépartemental : Maine-et-Loire

Prix d'ensemble Claude Marais, Mayenne

Prix d'élevage Bertrand Salmon, Mayenne

Prix de bande Gaec Elevage Ménard, Maine-et-Loire

Prix de famille par le père Gaec de la Chauffetière, Maine-et-Loire

Le meilleur Eleveur : Stéphane Grimault, Maine-et-Loire

 

Championne adulte Jovial, Earl Gervais, Maine-et-Loire

Championne jeune vache Lisette, Gaec Elevage Ménard, Maine-et-Loire

Championne jeune femelle Neptune, Earl de l’Horizon, Maine-et-Loire

Championne femelle de l’année Orfrance, Earl Ferme du Marronnier, Seine-Maritime

Jeune femelle issue d'IA Neptune, Scea de la Ferme de la Cense, Oise

Vache adulte issue d’IA Imminnence, Earl du Ronceray, Sarthe

Vache la plus lourde Hotesse, Gaec Bourmault, Sarthe

La préférée Immortelle, Claude Marais, Mayenne

 

Champion mâle adulte Mignon, Earl Cadet, Mayenne

Champion jeune mâle New-York, Earl Jaffré, Loir-et-Cher

Champion veau d’automne Oscar, Earl de la Buissonnière, Maine-et-Loire

Champion veau de l’année Prince, Earl Cadet, Mayenne

Champion taureau d’IA Magnolia, Claude Marais, Mayenne

Taureau de station Hangora, Earl du Ranch Perrin, Moselle

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Guillaume Hemeryck élève un troupeau salers de très bon niveau génétique, avec de la taille et de la croissance. © S. Bourgeois
Des Salers bien à leur place dans une grande exploitation de cultures
À la SARL du Bois de Nevert, dans la Somme, le troupeau Salers d’une centaine de vaches valorise des prairies au sein d’une…
[Sursemis des prairies] Dix conseils pour favoriser l’implantation
Pour favoriser le sursemis lors de la rénovation des prairies Bruno Osson de Semae, propose dix conseils à suivre.
Passer du temps à anticiper, à organiser puis, à gérer le pâturage pour le faire durer le plus longtemps possible doit ensuite permettre de limiter le nombre d’heures passées sur un tracteur pour constituer des stocks puis les distribuer. © F. d'Alteroche
Des pistes pour conforter le revenu des élevages bovins viande
Autosuffisance alimentaire, valorisation du produit, productivité numérique, part de l’herbe pâturée dans l’alimentation, coûts…
Le bâtiment mesure 48 m x 19 m. Il est équipé de deux cellules de 120 m3 chacune pouvant stocker 150 tMS au total, d'un automate de ventilation avec variateurs de fréquence et d'une griffe. Des bottes de foin et paille (50 tMS) y sont également stockées. Les panneaux photovoltaïques plein sud couvrent 650 m2 de toit.  © S. Bourgeois
Un séchoir à fourrages pour un élevage bio de 50 charolaises
Benoît Jaunet, éleveur en bio dans les Deux-Sèvres, dispose depuis quatre ans d’un séchoir de fourrages. Un équipement rare en…
© B. Griffoul
Un semoir de semis direct à dents auto-construit
Installés dans l’Aveyron, Fabien Fabre et Bastien Doumayrou ont fabriqué un semoir de semis direct à socs très fonctionnel pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande