Aller au contenu principal

La FNB demande l'interdiction d'acheter en dessous du coût de production

La Fédération Nationale Bovine demande au gouvernement d'interdire l'achat d'un produit agricole à un prix ne couvrant pas le coût de production de référence du vendeur. Pour l'organisation, c'est la seule mesure qui permettra de concrétiser l'ambition des Etats Généraux de l'Alimentation. 

vaches charolaises au pré
© C.Delisle

Tandis que le Ministre de l'agriculture affirme vouloir « multiplier les contrôles » pour garantir la bonne application de la loi Egalim, la Fédération Nationale Bovine lui demande, dans un communiqué du 15 février 2021, d’aller beaucoup plus loin.

L'organisation demande désormais au gouvernement d'instaurer l’interdiction d’acheter un produit agricole à un prix ne couvrant pas le coût de production de référence du vendeur.

Le "juste prix" pour chaque maillon de la filière

Les interprofessions devront définir et diffuser ces coûts de production de référence pour chaque catégorie de produits et pour chaque maillon de la filière. "C’est ainsi que seront, enfin, concrétisés les deux principales « avancées » promises par la loi Egalim : la couverture du coût de production des éleveurs, mais aussi le « ruissellement » permettant une juste répartition de la valeur entre chaque maillon."

La FNB précise que cette interdiction doit s'appliquer à l’ensemble des acteurs de la filière, y compris les coopératives. "En proie à de graves difficultés économiques, celles-ci doivent être accompagnées pour retrouver le sens premier de leur mission – la défense des intérêts de leurs adhérents – et créer de la valeur."

Une sanction ferme est demandée pour les acteurs de la filière qui ne respecteraient pas cette mesure.

Lire aussi : Mercosur : Interbev dénonce l'ambivalence du gouvernement français

« Nous aborderons les pouvoirs publics dans une démarche d’ouverture et de dialogue, mais tenons à les prévenir : nous refuserons fermement de voir utilisées comme justification au rejet de nos demandes les limites du droit européen de la concurrence. Cette justification, nous la connaissons. Mais nous savons aussi aujourd’hui, qu’en situation d’extrême urgence et lorsque l’enjeu le nécessite, les pouvoirs publics savent faire évoluer le droit, avec une grande réactivité » affirme Bruno Dufayet, président de la FNB.

Pour la FNB, cette interdiction est la seule mesure véritablement utile aux éleveurs et adaptée à la gravité de la période qu’ils traversent. "En 2020, c’est avec moins de 700 euros par mois que les éleveurs de bovins de race à viande ont dû continuer de vivre et de produire, tout en préservant un modèle d’élevage familial et durable, plébiscité par les consommateurs". La FNB estime que 2 000 éleveurs disparaissent, déjà, chaque année.

 

Lire aussi : Le revenu des éleveurs bovins viande chute de plus de 20 % en 2020

Lire aussi : « Communiquer positivement sur la viande bovine auprès du grand public »

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

 © Agricentre
Le teff grass, une nouvelle fourragère estivale
Eragrostis tef ou teff grass, graminée cultivée comme céréale secondaire en Afrique, arrive en France comme fourragère. Sa…
Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © M-H André
L’Argentine, cette usine à bœufs qui tourne au ralenti
Dans bon nombre d’élevages naisseurs argentins, le potentiel de production est loin d’être utilisé à 100 % de ses capacités. Une…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine depuis des décennies à obtenir son agrément OS en…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande