Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Prairies
La clôture ne tient pas qu´à un fil !

Différents types de clôtures coexistent sur le terrain. Coûts, mise en place et efficacité prêchent plutôt en faveur des fils électrifiés. L´arbitrage entre les diverses solutions est, comme toujours, source de discussions.


L´utilisation des prairies est incontournable en élevage allaitant. En dehors du volet engraissement - qui a lieu le plus souvent en bâtiment - les troupeaux sont à l´herbe huit à neuf mois par an dans les zones de plaine. Par nature très liés au sol et à la valorisation de l´herbe pâturée, ces élevages sont aussi de grands consommateurs de clôtures. Plusieurs millions de kilomètres de fils de fer barbelés et autres fils électriques, un nombre incalculable de pieux et poteaux sont nécessaires pour faire en sorte que les vaches soient bien gardées et ne génèrent pas d´accidents liés à leur divagation sur la voie publique.
En élevage bovin, les bonnes clôtures font aussi les bons voisins ! Quoi de plus désagréable que de retrouver au matin le taureau holstein du voisin en pleine action dans son lot de génisses charolaises au préalable soigneusement triées pour assurer le renouvellement de son troupeau.

Dans un système pastoral, la clôture est l´un des éléments du gardiennage et de la bonne gestion fourragère. ©S. Leitenberger

Chaque région d´élevage a longtemps eu ses habitudes en matière de gardiennage des troupeaux. Après que bergers et bergères ont progressivement disparu des campagnes, différents modes de clôture des parcelles ont souvent contribué à assurer une certaine typicité aux paysages ruraux dans les régions d´élevage français. Haies de haut jet dans le pays d´Auge, haies basses soigneusement taillées dans les collines du Charollais, haies vives savamment entrelacées du bocage bourbonnais, ou petits murets de granit s´étendant à perte de vue jusqu´à l´horizon dans les grandes estives du plateau de l´Aubrac. partout ces éléments, forgeant l´identité des paysages de nos régions, ont longtemps eu comme fonction première d´éviter que les troupeaux se mélangent. Chacun chez soi et les vaches seront bien gardées !
Tout au long du vingtième siècle, le fil de fer barbelé est venu en renfort pour assurer une plus grande efficacité à ces types traditionnels de clôtures. L´arrivée des fils électrifiés a également apporté sa contribution à la modification des habitudes de gardiennage des troupeaux.
Actuellement, les méthodes utilisées pour clore les parcelles n´ont pas toutes le même coût ni forcément la même efficacité et longévité. Autant de différences qui tendent à faire pencher la balance du côté de la clôture électrique. Mais ce qui est vrai en France ne l´est pas forcément partout dans le monde. En Argentine, autre pays à forte tradition d´élevage, les éleveurs de la Pampa demeurent souvent fidèles aux systèmes traditionnels de ces régions : plusieurs rangées de fils lisses non électrifiés énergiquement tendus entre de gros pieux solidement amarrés.


Pour en savoir plus
Voir dossier de Réussir Bovins Viande de février 2008 (RBV nº146, p. 14 à 37).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

[Covid-19] La « renationalisation » des achats de viande bovine doit aussi profiter aux éleveurs
Alors que suite à l’arrivée du coronavirus les enseignes de la grande distribution ont vu leurs ventes gonfler suite au…
Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande