Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Évolution positionne son offre sur la notion de "performance viande"

L'arrivée de la génomique fonde le positionnement d'Evolution sur les innovations, avec la vocation double d'apporter de la valeur ajoutée aux éleveurs et aux filières.

Bernard Rocher, président de la filière viande Evolution : " Notre position est bien que la génomique soit, demain, accessible à tous les éleveurs. "
Bernard Rocher, président de la filière viande Evolution : " Notre position est bien que la génomique soit, demain, accessible à tous les éleveurs. "
© S. Bourgeois

Depuis quelques années, l'arrivée de nouvelles technologies en races allaitantes s'accélère. En 2010, c'était le lancement du monitoring, en 2013 celui de la semence sexée et 2015 constitue l'an 1 de la génomique. Evolution affiche sa volonté d'accompagner les éleveurs et leurs filières dans ce mouvement. C'est en jouant la carte collective du programme Gembal qu'Evolution se positionne en proposant une offre de génotypage XPerf. Les caractères concernés sont les facilités de naissance, l'aptitude au vêlage, l'aptitude à l'allaitement, la croissance, le développement musculaire et le développement squelettique. Sont également disponibles la vérification de la compatibilité génétique, le gène culard, et en races Charolaise et Limousines le gène sans cornes (ainsi que l'anomalie veau tourneur en race Rouge des Prés).

La carte du programme collectif

En race Charolaise, dont la population de référence permet un démarrage cet automne, l'offre est identifiée sous la signature « Charolais Original », une signature qui sera partagée avec les coopératives partenaires d'Evolution dans le schéma Charolais Univers. Elle est ouverte aux mâles inscriptibles au herd-book Charolais ainsi qu'aux femelles qui sont au contrôle de performances en VA4. « La volonté de l'OS Charolais est de rester sur cette définition de la population cible, et nous restons totalement dans la démarche définie avec nos partenaires », explique Bernard Rocher, président de la filière viande Evolution. « Evolution, de part sa taille, porte une responsabilité sur le progrès génétique vis-à-vis des éleveurs. Nous jouons la carte du programme collectif avec toute la profession. L'enjeu est cependant de disposer d'une population de référence la plus informative possible, et que le progrès profite à l'ensemble des éleveurs allaitants. Nous avons la ferme volonté d'avancer dans cette voie. »

En pratique, Evolution s'appuie sur son expérience acquise en génotypage sur races laitières. Un prélèvement de cartilage auriculaire est effectué par le technicien, l'analyse est réalisée par Labogena (appartenant à Evolution depuis fin 2013) et les résultats sont remis en main propre à l'éleveur, dans la logique de proximité et d'accompagnement par la coopérative. Le tarif pour « Charolais Original » est dégressif pour les éleveurs qui génotypent des mâles et des femelles. Il démarre à 95 euros pour une femelle et 56 euros pour un mâle. En race Limousine et Blonde, dont les populations de référence se construisent, le lancement est prévu prochainement. La Rouge des Prés et la Parthenaise accèderont à l'offre de génotypage avec un peu de délai.

La génomique est d'autre part déjà valorisée dans le schéma Charolais Univers. « Les gains de précision apportés par la génomique sont précieux en élevage allaitant, fait valoir Jean-Michel Roguet, directeur de la filière viande à Evolution et directeur de Charolais Univers. On accélère le processus. Des taureaux pourront être diffusés pendant qu'ils sont en confirmation de descendance comme Estival par exemple. C'est aussi le cas d'un jeune taureau homozygote pour le gène sans cornes, Imperator, disponible depuis le mois de mars."

Près de 178 000 IAP en 2014

Le 1er janvier 2016, les activités d'insémination des coopératives Amélis, Génoé et Urceo qui sont réunies dans Evolution depuis janvier 2013 fusionneront, comme cela était déjà annoncé. Evolution est maître d'oeuvre du schéma de sélection Parthenais, associé aux schémas Charolais et Rouge des Prés, et partenaire des schémas Blond d'Aquitaine et Limousin. La coopérative oeuvre sur 16 départements, soit environ 800 000 vaches allaitantes et plus de 10 000 éleveurs.

En 2014, Evolution a réalisé 42 194 IAP (inséminations artificielles premières) en race Charolaise, 16 176 en race Charolaise pour le croisement, 15 327 en race Limousine, 16 533 en race Limousine pour le croisement, 16 633 en race Blonde d'Aquitaine, 3421 en race Blonde pour le croisement, 7831 en race Parthenaise, 46 067 en race Blanc Bleu Belge pour le croisement, 6661 en race Rouge des Prés, et 6784 pour d'autres races allaitantes. « Ceci en fait, avec près de 400 000 IA totales, le premier acteur français pour l'insémination en races allaitantes pures et croisement, ce dernier segment étant en forte croissance l'an dernier », présente Jean-Michel Roguet.

D'autre part, Evolution se positionne pour la création de Breed Societies (BS) non seulement en races laitières mais également en races allaitantes, où elle favorise déjà l'émergence de dispositifs raciaux ouverts, maîtrisant collectivement les ressources génétiques (par Gembal et Dégéram) au profit de tous les éleveurs allaitants.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
[Covid-19] La « renationalisation » des achats de viande bovine doit aussi profiter aux éleveurs
Alors que suite à l’arrivée du coronavirus les enseignes de la grande distribution ont vu leurs ventes gonfler suite au…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande