Aller au contenu principal

Réseau d´élevage Charolais
Des données commerciales sur 554 049 animaux


Travaillant dans le bassin Charolais du centre de la France, 16 organismes(1) ont fourni 554 049 données commerciales. A partir de cette impressionnante base de données, le réseau d´élevage Charolais vient de faire une synthèse de l´ensemble des prix et poids collectés. L´analyse du prix des broutards sur les trois dernières campagnes de commercialisation met en évidence la fin du double prix depuis le découplage de la PSBM(2). « Dans la gamme de poids 270-380 kilos, l´écart de prix moyen entre les animaux âgés de plus ou de moins de 9 mois est passé de 0,33 euro en 2004 à 0,18 euro en 2005, puis à 0,02 euro en 2006. Dorénavant, la hiérarchie de prix des mâles maigres dépend donc avant tout de leur poids, de leur période de sortie, de leur âge et de leur conformation », précise le réseau d´élevage Charolais.
Le prix des animaux gras analysé comprend une majorité de femelles de boucherie. Les données de 9 structures commercialisant des génisses labellisées et non labellisées ont permis de constituer un sous-échantillon de 21 431 têtes au sein des plus de 30 000 données fournies par les 16 organismes pour cette catégorie commerciale. « Les génisses labellisées qui représentent 17 % de l´échantillon, ont été vendues à un prix moyen de 4,16 euros le kilo de carcasse, soit une hausse de 2,7 % par rapport à 2005. » Le prix des non labellisées est en moyenne de 3,60 euros le kilo de carcasse, soit une hausse moyenne de 3,2 % en un an. En revanche, l´écart de prix reste identique, que les animaux soient labellisés ou non, à savoir 0,56 euro le kilo de carcasse.
Pour les femelles de boucherie, les chiffres analysés par le réseau charolais mettent en avant la progression régulière de l´augmentation des poids de carcasse. ©F. d´Alteroche

Hausse plus nette pour les vaches finies
La hausse du prix moyen des vaches finies est plus nette. Toutes catégories confondues (y compris les animaux commercialisés en démarche qualité), elle atteint 0,11 euro le kilo de carcasse avec un prix moyen de 3,29 euros, sur un échantillon de 60 533 animaux pris en compte. Le poids de carcasse moyen de ces animaux est de 420 kilos contre 417 en 2005 avec surtout une progression de 17 kilos par rapport à 2002 !
Comme pour les génisses, un sous-échantillon de 43 524 animaux a pu être constitué grâce aux chiffres des 9 organismes commercialisant à la fois des vaches labellisées, sous certificat de conformité produit et sans signe officiel de qualité. Le prix moyen des vaches vendues sans signe officiel de qualité est de 3,18 euros par kilo pour un poids moyen de 409 kilos de carcasse. S´il s´agit de vaches certifiées, les poids passent à 428 kilos réglés 3,33 euros le kilo. Des chiffres qui passent à 445 kilos et 3,52 euros pour les animaux labellisés. « Ces écarts de prix entre les différents segments de marché traduisent les effets des démarches qualité (CCP et label), mais aussi l´incidence du poids et de la conformation », rappelle le réseau d´élevage Charolais.

(1) CAPBC, CIALYN, Bourgogne élevage, AEB 21, ADEPV 71, Charolais Horizon, GECSEL, Actis Bovins, COVIDO-BOVICOOP, SICAGIEB, SOCAVIAC, SICABA, CCBE, Cadran de Châteaumeillant, SICAFOME, SICAGEMAC.
(2) Prime spéciale au bovin mâle.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

 © F. d'Alteroche
Pac : les différentes options sur la table pour les éleveurs bovins viande
Les services du ministère de l’Agriculture ont présenté mi-mars aux professionnels les différentes options envisagées pour le…
Les litières sont composées de paille mais également de plaquettes forestières issues de l’entretien des nombreuses haies présentes sur le parcellaire avec le choix récent d’en laisser « monter » quelque unes pour conforter la ressource en bois sur pied et s’adapter aux évolutions du climat avec davantage d’ombre en été. © F. d'Alteroche
"Un maximum de productivité par UTH et par UGB avec mon troupeau Charolais"
Bonne productivité numérique, mortalité maîtrisée, croissances de bon niveau, vêlage à deux ans de plus en plus fréquent… Tous…
Benoît Dazy. "Nos portes sont ouvertes pour nos clients, aux écoles et à toute personne qui en émet le désir afin de partager notre vision de l’élevage." © S. Bourgeois
" Quarante vaches aubracs vendues en direct "
Benoît Dazy s’attache à garder un système ultra simple, avec 40 vêlages en système bœufs et vente directe. Il trouve un bon …
La Chine fait s'envoler les cours des matières premières pour l'engraissement des bovins
La hausse est impressionnante. Elle ne concerne malheureusement pas le prix de la viande bovine mais celle des différentes…
FCO : des mesures dérogatoires s'appliqueront avec l'Italie et l'Espagne
La Loi de Santé Animale s'applique à partir du 21 avril 2021. GDS France informe que des accords ont été trouvés avec l'Italie et…
signature du partenariat entre Cloé et Charal ayant eu lieu ce jour (Alexandre RAGUET, Directeur de Cloé et Franck LUCAS, Directeur des Etablissements Charal Metz)
Un contrat Label Rouge "gros bovins" entre Cloé, Charal et Cora
L'union de coopératives Cloé a signé le 7 avril 2021 un contrat tripartite avec les établissements Charal de Metz et Cora. Il est…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande