Aller au contenu principal

Réseau d´élevage Charolais
Des données commerciales sur 554 049 animaux


Travaillant dans le bassin Charolais du centre de la France, 16 organismes(1) ont fourni 554 049 données commerciales. A partir de cette impressionnante base de données, le réseau d´élevage Charolais vient de faire une synthèse de l´ensemble des prix et poids collectés. L´analyse du prix des broutards sur les trois dernières campagnes de commercialisation met en évidence la fin du double prix depuis le découplage de la PSBM(2). « Dans la gamme de poids 270-380 kilos, l´écart de prix moyen entre les animaux âgés de plus ou de moins de 9 mois est passé de 0,33 euro en 2004 à 0,18 euro en 2005, puis à 0,02 euro en 2006. Dorénavant, la hiérarchie de prix des mâles maigres dépend donc avant tout de leur poids, de leur période de sortie, de leur âge et de leur conformation », précise le réseau d´élevage Charolais.
Le prix des animaux gras analysé comprend une majorité de femelles de boucherie. Les données de 9 structures commercialisant des génisses labellisées et non labellisées ont permis de constituer un sous-échantillon de 21 431 têtes au sein des plus de 30 000 données fournies par les 16 organismes pour cette catégorie commerciale. « Les génisses labellisées qui représentent 17 % de l´échantillon, ont été vendues à un prix moyen de 4,16 euros le kilo de carcasse, soit une hausse de 2,7 % par rapport à 2005. » Le prix des non labellisées est en moyenne de 3,60 euros le kilo de carcasse, soit une hausse moyenne de 3,2 % en un an. En revanche, l´écart de prix reste identique, que les animaux soient labellisés ou non, à savoir 0,56 euro le kilo de carcasse.
Pour les femelles de boucherie, les chiffres analysés par le réseau charolais mettent en avant la progression régulière de l´augmentation des poids de carcasse. ©F. d´Alteroche

Hausse plus nette pour les vaches finies
La hausse du prix moyen des vaches finies est plus nette. Toutes catégories confondues (y compris les animaux commercialisés en démarche qualité), elle atteint 0,11 euro le kilo de carcasse avec un prix moyen de 3,29 euros, sur un échantillon de 60 533 animaux pris en compte. Le poids de carcasse moyen de ces animaux est de 420 kilos contre 417 en 2005 avec surtout une progression de 17 kilos par rapport à 2002 !
Comme pour les génisses, un sous-échantillon de 43 524 animaux a pu être constitué grâce aux chiffres des 9 organismes commercialisant à la fois des vaches labellisées, sous certificat de conformité produit et sans signe officiel de qualité. Le prix moyen des vaches vendues sans signe officiel de qualité est de 3,18 euros par kilo pour un poids moyen de 409 kilos de carcasse. S´il s´agit de vaches certifiées, les poids passent à 428 kilos réglés 3,33 euros le kilo. Des chiffres qui passent à 445 kilos et 3,52 euros pour les animaux labellisés. « Ces écarts de prix entre les différents segments de marché traduisent les effets des démarches qualité (CCP et label), mais aussi l´incidence du poids et de la conformation », rappelle le réseau d´élevage Charolais.

(1) CAPBC, CIALYN, Bourgogne élevage, AEB 21, ADEPV 71, Charolais Horizon, GECSEL, Actis Bovins, COVIDO-BOVICOOP, SICAGIEB, SOCAVIAC, SICABA, CCBE, Cadran de Châteaumeillant, SICAFOME, SICAGEMAC.
(2) Prime spéciale au bovin mâle.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La Fédération Nationale Bovine incite les éleveurs à proposer au plus tôt des contrats à leurs acheteurs
A compter de 2022, l’obligation de contractualiser avec son premier acheteur dans le cadre de la loi Besson-Moreau également…
« J’ai envoyé mes propositions de contrats à mes négociants. Et vous ? »
David Moisan, éleveur de charolaises et président de la section viande bovine de la FNSEA de Loire-Atlantique a interpellé les…
Que nous réserve "l'année viande bovine" 2022 ?

2021 a été une année « bovine » contrastée. Après un début de printemps sec et frisquet, la météo s’…

Patrick Veysset
« Les charges de mécanisation par hectare augmentent avec la taille des exploitations bovins viande »
Patrick Veysset est économiste au centre Inrae de Theix dans l’unité mixte de recherche sur les herbivores. Il constate au fil…
Éric Fabre, éleveur dans le Cantal. « Les résultats ont été meilleurs sur les parcelles sursemées avec un travail du sol plus agressif et un passage de rouleau après les semis de fourragères. »
« Du semis direct de méteil et de fourragères dans mes prairies naturelles exposées à la sécheresse »
Les sécheresses successives ont contraint Éric Fabre, éleveur de 80 mères salers, dans le Cantal, à sursemer du méteil et des…
Top 5 des taureaux d’IA les plus utilisés en 2020 en races allaitantes

L’Institut de l’Elevage a analysé les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande