Aller au contenu principal

Alimentation
Dans la Somme, des jeunes bovins engraissés au corn gluten feed

Le corn gluten feed, coproduit issu de l´extraction de l´amidon du maïs a une valeur alimentaire intéressante.


« Le niveau d´énergie et d´azote(1) laisse penser que ce produit peut être donné en plat unique à volonté à des jeunes bovins à l´engraissement », note Daniel Platel de la chambre d´agriculture de la Somme. C´est ce qu´ont testé 21 jeunes bovins Blonds dans le cadre d´un essai réalisé chez des éleveurs de la Somme, au Gaec d´Hellencourt à Domvast, avec la collaboration de la chambre d´agriculture et de l´organisation de producteurs Cobevial. Ils ont été engraissés de 8 mois à en moyenne 16 mois. La ration se composait de corn gluten humide (45 % MS) à volonté, avec deux kilos de pulpe sèche pour sécuriser la ration, de la paille de pois à disposition, un Complément minéral vitaminé adapté à la richesse en potasse du corn gluten et du sel pur, ainsi qu´un stabilisateur du rumen (composé à 70 % de bicarbonate).
Le corn gluten feed a une bonne valeur alimentaire et est bien consommé par les jeunes bovins. ©S. Bourgeois

Bonne réponse à l´engraissement
« Techniquement, la réponse à l´engraissement est bonne avec le corn gluten. Les jeunes bovins ont réalisé une croissance de 1745 g/jour de moyenne sur 235 jours d´engraissement. Ils ont été au-dessus de deux kilos par jour pendant les trois mois suivant le démarrage. » Attention toutefois à réaliser soigneusement la période de transition sur trois à quatre semaines et à s´assurer de la consommation régulière de paille. Le corn gluten est appétent : les jeunes bovins en ont consommé 15 kilos bruts chacun dès un mois après la fin de la transition alimentaire, pour atteindre un peu plus tard une ingestion de 17 kilos par jour. Le produit se conserve globalement bien mais des variations de qualité dans le produit d´une livraison à l´autre ont pu cependant être à l´origine de baisses du niveau de consommation et de perturbations de la courbe de croissance.
Opportunité économique à évaluer
Dans cet essai réalisé en 2006, le corn gluten est revenu à 46 euros la tonne de moyenne pour un coût alimentaire de 264 euros par jeune bovin. Pour cet hiver 2007, il est annoncé à plus de 100 euros la tonne sur la région Picardie. « Cette ration a un coût élevé comparé au système classique ensilage de maïs ou pulpe surpressée. L´opportunité présentée par le corn gluten en plat unique est finalement liée aux fortes croissances possibles qui, théoriquement, permettent d´accélérer la rotation des jeunes bovins en système engraisseur spécialisé. »
Il peut aussi répondre aux besoins d´un naisseur-engraisseur en cas de rupture de stocks. L´association avec le maïs ensilage et la pulpe surpressée est aussi une solution pour améliorer les croissances, mais son intérêt économique reste à évaluer. Des essais sont en cours dans d´autres instances, la conjoncture rend urgente la diffusion des résultats pour aider les engraisseurs à prendre les bonnes décisions.

(1) valeur moyenne donnée par le fournisseur : 45 % de MS, 1,04 UFV, 127 g PDIN, 100 PDIE, 8 P, 3 ca.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande