Aller au contenu principal

Contractualisation : des décennies de pratiques remises en question

La mise en application de la loi Egalim2 suscite la colère de bien des négociants. Lesquels l’on fait savoir au ministre, qui est resté inflexible à leurs revendications présentées à l'occasion d'une manifestation à Aurillac le 3 février 2022.

Les négociants qui ont manifesté dans les rues d’Aurillac le jour du congrès affichaient directement leurs revendications sur leurs camions.
© F.Alteroche

Sur le plan des relations commerciales entre les éleveurs et leurs premiers acheteurs, qu’il s’agisse de négociants privés ou de coopératives, la mise en place d’Egalim 2 bouleverse des décennies de pratique. Cela se traduit par de très vives réactions en particulier de la part de négociants qui voient mal comment répercuter les prix qui seront demandés par les éleveurs à leurs clients et en particulier quand il s’agit de bétail maigre. Une situation il est vrai particulièrement complexe puisque Egalim 2 est une loi franco-française et qu’une grande partie des broutards produits en France sont destinés à l’exportation.

Le jour du congrès de la Fédération nationale bovine à Aurillac, près de 200 bétaillères ont bloqué les principaux axes de circulation tout autour d’Aurillac. Avec une seule revendication de la part des négociants : « on n’est pas contre la contractualisation, mais contre l’obligation généralisée à tous les éleveurs de la mettre en place ». 

C’est ce qu’a d’ailleurs rappelé Dominique Truffaut, président de la FFCB devant le ministre. « Certains commerçants n’ont pas attendu Egalim 2 pour faire des contrats. On est conscient que cette loi doit être appliquée et nous allons travailler là-dessus. Mais sur la forme, je pense qu’il aurait été intéressant que le ministère nous contacte, nous interroge. Cela aurait permis d’éviter certains écueils. On est favorable à la loi mais pas au fait qu’elle soit obligatoire », a expliqué Dominique Truffaut. Et dans la mesure où à peine 2 % de la production française a été contractualisée l’an dernier, il lui semble difficile de passer à 100 % cette année. Et de rappeler que les négociants en bestiaux commercialisaient 75 % du bétail français et que dans ces conditions il était difficile de mener à bien ce type de réforme sans les associer.

Julien Denormandie lui a rétorqué une fin de non-recevoir. En clair la loi est actée et il va falloir s’y plier. Pas question pour autant de faire des fleurs à la coopération. Le ministre de préciser tout de go que « les coopératives sont strictement tenues de respecter la loi Egalim 2. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La nette érosion en cours et probablement à venir du cheptel allaitant va mathématiquement se traduire par une réduction des disponibilité en animaux maigres laquelle commence à sérieusement préoccuper les opérateurs de l'aval, qu'ils soient français, espagnols ou italiens.
Net recul de la production de viande bovine à échéance 2030
Entamée il y a six ans, l’érosion du cheptel bovin français commence à donner des sueurs froides aux intervenants de l’aval. Et…
A Lanaud, un taureau limousin adjugé à 17 200 euros
Les premières ventes aux enchères de la campagne 2022-2023 de la race limousine se sont déroulés les 16 et 17 novembre, dans le…
Les chiffres des premiers croisés Limousine x Angus de la ferme expérimentale de Thorigné
À la ferme expérimentale de Thorigné-d’Anjou, une expérimentation de longue durée analyse l’intérêt du croisement Angus sur des…
Jean-Pierre Boyer, négociant en bovins : "Un prix résulte d’une confrontation entre offre et demande"
Jean-Paul Boyer, négociant en bovins : "Un prix résulte d’une confrontation entre offre et demande"
La loi Egalim 2 et l’obligation de contractualisation ont pris du retard. Négociant dans l’Aveyron, Jean-Paul Boyer n’a jamais…
Quatre nouveaux taureaux limousins « qualités maternelles » chez Créalim
Pour cette campagne, Créalim entre au catalogue quatre taureaux labellisés « qualités maternelles » aux profils relativement…
Les derniers chiffres de la décapitalisation en élevage bovin

Entre décembre 2016 et décembre 2021, le troupeau allaitant français a perdu 330 000…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande