Aller au contenu principal

B2E, le broutard d’excellence d’Elvea

Pour Elvea France, « la démarche B2E s’inscrit parfaitement dans les objectifs de diminution des usages des antibiotiques mis en avant par le gouvernement dans le cadre du plan Ecoantibio 2017 ».
© F. d'Alteroche

La démarche « Broutard d’excellence » B2E a officiellement été lancée par Elvea France, le réseau des organisations de producteurs non commerciales (OPNC), à l’occasion du dernier Sommet de l’élevage. Ce projet initié il y a deux ans correspond à des animaux offrant aux engraisseurs différentes garanties sur le plan sanitaire, dans la mesure où ils ont déjà été déparasités et vaccinés chez leur naisseur. L’objectif est de ne pas avoir à renouveler ces interventions chez l’engraisseur. « C’est la première et seule démarche de ce type existant sur le territoire français », précise Philippe Auger, président d’Elvea France. Toutes les OPNC sont partie prenante dans cette démarche. Elle concerne principalement les mâles, mais pourra également s’appliquer à des laitonnes. Au moins dans un premier temps, le nombre d’animaux susceptibles d’être concernés est estimé à 200 000 têtes, lesquelles proviendront d’élevages adhérents aux OPNC fédérées par Elvea France et engagés dans la charte des bonnes pratiques en élevage.

Maladies pulmonaires et infections parasitaires

B2E est une des réponses proposées par Elvea France pour faire baisser la consommation d’antibiotiques, et bénéficie en cela de la caution du ministère de l’Agriculture dans le cadre du plan Ecoantibio. Le protocole sanitaire cible principalement les maladies pulmonaires et les infections parasitaires, tout en prenant en compte les aspects bâtiment et conduites d’élevage. Les animaux devront être vaccinés contre les virus RSV, PI3 et la pasteurelle. La vaccination BVD reste optionnelle. Il doivent également avoir été déparasités (parasites internes et externes) dans les quinze jours précédant le départ de chez l’éleveur naisseur. Autant de critères contrôlés par un organisme certificateur indépendant.

Cette démarche est, au moins dans un premier temps, destinée en priorité aux engraisseurs français. Seuls les animaux commandés par les acheteurs seront qualifiés afin de garantir au naisseur qu’ils seront vendus certifiés B2E. Les éleveurs naisseurs devraient percevoir une plus-value de 30 à 40 euros par bête, correspondant grossièrement au prix des différentes interventions réalisées sur les animaux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

 © F. d'Alteroche
Pac : les différentes options sur la table pour les éleveurs bovins viande
Les services du ministère de l’Agriculture ont présenté mi-mars aux professionnels les différentes options envisagées pour le…
Les litières sont composées de paille mais également de plaquettes forestières issues de l’entretien des nombreuses haies présentes sur le parcellaire avec le choix récent d’en laisser « monter » quelque unes pour conforter la ressource en bois sur pied et s’adapter aux évolutions du climat avec davantage d’ombre en été. © F. d'Alteroche
"Un maximum de productivité par UTH et par UGB avec mon troupeau Charolais"
Bonne productivité numérique, mortalité maîtrisée, croissances de bon niveau, vêlage à deux ans de plus en plus fréquent… Tous…
Benoît Dazy. "Nos portes sont ouvertes pour nos clients, aux écoles et à toute personne qui en émet le désir afin de partager notre vision de l’élevage." © S. Bourgeois
" Quarante vaches aubracs vendues en direct "
Benoît Dazy s’attache à garder un système ultra simple, avec 40 vêlages en système bœufs et vente directe. Il trouve un bon …
La Chine fait s'envoler les cours des matières premières pour l'engraissement des bovins
La hausse est impressionnante. Elle ne concerne malheureusement pas le prix de la viande bovine mais celle des différentes…
FCO : des mesures dérogatoires s'appliqueront avec l'Italie et l'Espagne
La Loi de Santé Animale s'applique à partir du 21 avril 2021. GDS France informe que des accords ont été trouvés avec l'Italie et…
signature du partenariat entre Cloé et Charal ayant eu lieu ce jour (Alexandre RAGUET, Directeur de Cloé et Franck LUCAS, Directeur des Etablissements Charal Metz)
Un contrat Label Rouge "gros bovins" entre Cloé, Charal et Cora
L'union de coopératives Cloé a signé le 7 avril 2021 un contrat tripartite avec les établissements Charal de Metz et Cora. Il est…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande