Aller au contenu principal

Produire mieux plutôt que plus : l’appel des professionnels de la bio

Dans une lettre ouverte adressée aux chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne, les organisations française et allemande de l’agriculture biologique appellent à renforcer les engagements de la stratégie Farm to Fork pour « produire autrement » et non davantage.

© Cheick Saidou / agriculture.gouv.fr

« Nous, organisations françaises et allemandes de la bio, alertons sur les risques d’une approche opportuniste et rétrograde qui consisterait à augmenter la production sans faire évoluer notre modèle agricole. Elle ne ferait qu’accroître mécaniquement notre dépendance et engagerait l’Union européenne dans la fuite en avant d’un modèle à bout de souffle ». Ainsi commence le message porté par La Maison de la Bio et le Bölw, les organisations françaises et allemandes des professionnels de la bio.

 

Alors que les appels se multiplient pour produire davantage en réaction à la guerre en Ukraine, ces deux organisations adressent une lettre ouverte aux chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne, réunis le 11 mars à Versailles, afin d’engager « une transition à grande échelle » pour améliorer la souveraineté alimentaire européenne. « Il ne s’agit pas de produire plus mais de produire autrement », assènent-elles.

Pour le président de la Maison de la bio, Pierrick de Ronne, « nous devons engager une transition à grande échelle de notre agriculture et de notre alimentation prenant en compte la souveraineté mais aussi l’écologie, le changement climatique et les impacts sociaux ».

Renforcer la stratégie "Farm to Fork"

Pour Tina Andres, présidente du Bund Ökologische Lebensmittelwirtschaft (Bölw) : « Poursuivre une stratégie agro-industrielle à bout de souffle ne nous permettra pas de construire notre souveraineté alimentaire. Il n’y a donc rien à gagner dans cette voie dont nous connaissons les impacts sur la santé, l’environnement et le social. Il faut au contraire transformer en profondeur notre modèle agricole et notre alimentation – en adhérant et renforçant la stratégie européenne Farm to Fork et en atteignant rapidement l’objectif de 25% Bio! ».

Les professionnels appellent ainsi les institutions européennes « à renforcer les engagements de “Farm to Fork”, stratégie qui permettra d’entamer l’indispensable transition agroalimentaire, de consolider l’autonomie stratégique de l’UE et de répondre aux défis de la crise écologique ».

Les plus lus

Philippe Camburet, président de la fédération nationale d'agriculture biologique lors d'une audition au Sénat.
« 833 euros, ça n’est même pas le prix d’un pneu ! » : les agriculteurs bio en colère face aux annonces d'Attal
Estimant l’annonce de Gabriel Attal trop faible sur le bio, la fédération nationale d’agriculture biologique demande à tous les…
Marc Fesneau auditionné à l'Assemblée nationale
Crise du bio : « Notre objectif c’est qu’il n’y ait pas de déconversions »
Auditionné à l’assemblée nationale sur les mesures face à la crise agricole, Marc Fesneau s’est dit ouvert à la mise en place de…
manif FNAB Paris
Pourquoi les agriculteurs bio continuent-ils à se mobiliser dans la rue ?
Ce 7 février, à l’appel de la Fnab, des agriculteurs bio ont rejoint la capitale pour venir manifester devant l’Assemblée…
état des lieux bio monde
Bio : forte croissance des surfaces dans le monde, le marché européen en repli
Le rapport annuel de l’Institut de recherche de l’agriculture biologique (FIBL) et d’IFOAM-Organics International, la Fédération…
Evenement Les terrenales pour préserver la biodiversité.
La filière grandes cultures AB bretonne invite les exploitants à réfléchir à leur avenir
Agenda. Le Groupement des agriculteurs biologiques (GAB) de Bretagne invite les exploitants en grandes cultures à deux réunions…
état des lieux agriculture bio FNAB
Quelles sont les six demandes de la FNAB pour réaffirmer l’importance de l’agriculture bio ?
A deux jours de l'ouverture du Salon International de l'Agriculture au cours duquel Marc Fesneau doit annoncer son nouveau plan…
Publicité