Aller au contenu principal

Présidentielle 2022 : La Maison de la bio fait ses propositions

Alors que le second tour de la présidentielle 2022 doit avoir lieu le 24 avril prochain, La Maison de la bio, fédération regroupant les principaux syndicats de la bio, présente ses différentes propositions. 

© Elysée

Avant le second tour de la présidentielle 2022 qui doit avoir lieu le 24 avril prochain, la Maison de la Bio porte une charte et un manifeste, constitués d’un ensemble de propositions pour continuer à soutenir le développement de la bio en France et à stimuler la demande. « Ces propositions sont nées du constat que la Bio était désavantagée sur tous les plans (législatif, politique, financier et dans la communication des filières), et qu’il était nécessaire de rétablir au moins l’équilibre avec le modèle conventionnel », estime la fédération des principaux syndicats de la bio.

Les différents échanges qui ont été organisés avec les représentants des partis présentant un candidat ont permis d’aboutir à ses propositions :

  • Augmenter les moyens humains et financiers pour la recherche publique à destination de la bio et de l’agriculture plus généralement.
  • Faire de la Bio la grande cause d’une des années du quinquennat
  • Sur le plan de l’éducation, sensibiliser à une alimentation équilibrée et respectueuse de l’environnement dans les programmes de l’enseignement primaire.
  • Clarifier les labels autant sur le plan européen que sur le plan français avec la multiplication de ces derniers
  • Maintenir voir renforcer les mécanismes de financement déjà en place (Bpifrance, PIA4) de soutien à la bio.

La Maison de la Bio souhaite également la création d’un « marché pesticides » sur le principe du pollueur-payeur aligné sur le modèle du marché carbone.

Pierrick de Ronne, président de la Maison de la Bio affirme : « La Bio est un des grands enjeux du quinquennat à venir. Ce sujet ne doit plus être mis de côté comme ce fut le cas lors des précédentes mandatures. Un soutien appuyé à la stratégie Farm to Fork serait un marqueur fort d’une vraie volonté politique en faveur de la Bio, et donc de la préservation de la biodiversité et de la santé des Français. Dans une époque marquée par des incertitudes quant à notre souveraineté alimentaire, ne manquons pas cette opportunité ».

Les plus lus

Philippe Camburet, président de la fédération nationale d'agriculture biologique lors d'une audition au Sénat.
« 833 euros, ça n’est même pas le prix d’un pneu ! » : les agriculteurs bio en colère face aux annonces d'Attal
Estimant l’annonce de Gabriel Attal trop faible sur le bio, la fédération nationale d’agriculture biologique demande à tous les…
Marc Fesneau auditionné à l'Assemblée nationale
Crise du bio : « Notre objectif c’est qu’il n’y ait pas de déconversions »
Auditionné à l’assemblée nationale sur les mesures face à la crise agricole, Marc Fesneau s’est dit ouvert à la mise en place de…
manif FNAB Paris
Pourquoi les agriculteurs bio continuent-ils à se mobiliser dans la rue ?
Ce 7 février, à l’appel de la Fnab, des agriculteurs bio ont rejoint la capitale pour venir manifester devant l’Assemblée…
état des lieux bio monde
Bio : forte croissance des surfaces dans le monde, le marché européen en repli
Le rapport annuel de l’Institut de recherche de l’agriculture biologique (FIBL) et d’IFOAM-Organics International, la Fédération…
Evenement Les terrenales pour préserver la biodiversité.
La filière grandes cultures AB bretonne invite les exploitants à réfléchir à leur avenir
Agenda. Le Groupement des agriculteurs biologiques (GAB) de Bretagne invite les exploitants en grandes cultures à deux réunions…
Crise agricole : la bio est deux fois perdante
Les Marches
L’agriculture biologique, prisonnière d’une niche commerciale, n’est rémunérée ni pour ses coûts ni pour ses services. 
Publicité