Aller au contenu principal

Céréales/seconde transformation
Blé dur : ruée sur les pâtes bio

Toujours en progression, la filière Pâtes bio française, encore modeste, a profité du confinement pour se faire connaître et apprécier pour sa diversité et sa qualité.

© Marc Descamps-La Dépêche-Le Petit Meunier

Alors que la majorité du blé dur et des pâtes bio viennent d’Italie, l’origine France prend son envol peu à peu, avec une filière blé dur semoulière qui se structure. Celle-ci est née en Camargue, en assolement avec le riz, et s’organise dans le Sud-Est et le Sud-Ouest. Des cultures de blé dur sont mises en place dans le Centre et l’Est, mais restent encore embryonnaires. « Ce n’est que le début, car tous les plus gros fabricants historiques de pâtes s’intéressent de près au marché bio, et comme l’origine française devient recherchée, la filière va monter en puissance », analyse un observateur.

Structurer la filière

Pour promouvoir cette filière, l’association Blé dur français, créée en 2012, réunit les collecteurs historiques Biosud et Agribio Union et, depuis cette année La Dauphinoise, Union Bio Sud-Est et la Drômoise de céréales. Intégrant côté aval le semoulier-transformateur Alpina Savoie et le fabricant ardéchois Ekibio, elle vise à produire et transformer 7 000 t de blé dur français en 2021 et 10 000 t ensuite. Et elle se base sur la contractualisation, avec des prix rémunérateurs pour les producteurs. L’objectif de ce partenariat multi-acteurs est de couvrir 90 % de la production de pâtes française. « Cette filière a mis du temps à se lancer, reconnaît Didier Perréol, fondateur de Ekibio et président du Synabio (syndicat national des transformateurs et distributeurs bio). Mais la demande est là en origine France, renforcée par la crise sanitaire. Nous avons anticipé et, aujourd’hui, nous pouvons y répondre en partie en filières courtes et longues. »

Miser sur la semoule française

Outre Alplina Savoie qui décline sa marque Bio de France, des fabricants de pâtes artisanaux ou semi-industriels comme Biovence, avec sa marque Lazzaretti sautent aussi le pas : la dynamique se renforce. Pour Ekibio et sa marque de pâtes Priméal distribuée en magasins spécialisés, « le confinement a boosté les ventes de 52 % et a doublé les commandes, souligne Didier Perréol. Cette période inédite a élargi le cercle de nos consommateurs qui ont pu apprécier la qualité de la semoule française, et sa démarche solidaire ». La diversité des références (blanches, semi-complètes, complètes, aux goûts châtaigne, safran, citron…) ainsi que les pâtes fraîches sont des atouts supplémentaires, même si, pour répondre au pic de la demande, la gamme a été rétrécie pendant la période de crise. Pour mieux se déployer ensuite.          

Les plus lus

Marc Fesneau, le 17 mai, devant les députés.
Le gouvernement supprime en douce les objectifs de surfaces en bio et en légumineuses du code rural
A l’occasion de l’examen de la loi d’orientation agricole, la majorité soutenue par le gouvernement a supprimé les objectifs…
Manifestation agricole en janvier 2025 en Haute-Loire.
Retard de paiement des aides bio et MAEC : la FNSEA va se mobiliser
Insatisfaite de la réponse du ministre de l’Agriculture sur le retard de paiement des aides bio et de la MAEC, la FNSEA annonce…
15 million supplémentaires aides bio
Aides d’urgence à l’agriculture bio : 15 millions d'euros supplémentaires alloués
Afin de venir en aide aux exploitations biologiques en difficulté une aide additionnelle de 15 millions d’euros vient s’ajouter…
Risques phytos : des évidences souvent oubliées - Contrat de solutions
Portail Reussir
Au lycée agricole de Châteaudun dans l’Eure, une journée spéciale s'est déroulée pour les étudiants et leurs maîtres de stage,…
Viande : Non, les Français n’en mangent pas « moins mais mieux »
Les Marches
Moins mais mieux, le leitmotiv flexitarien des années 2010 sur l’évolution de la consommation de viande, pour la planète, la…
« Le bio consommé en France est principalement made in France »
Les Marches
Les produits bio consommés en France sont, pour une grande partie, issus de l'agriculture française. Il reste néanmoins des…
Publicité