Aller au contenu principal

Après des contaminations de cultures bio, appel à interdire le prosulfocarbe

Après la contamination des cultures de agriculteurs bio dans le quart nord-ouest de la France, la Fnab et Générations futures appellent à suspendre l’autorisation de mise sur le marché du prosulfocarbe.

Sarrasin
En mai dernier, des producteurs et productrices bio ont été victimes d’une contamination de leurs cultures de sarrasin et de chia par le prosulfocarbe.
© Christian Gloria (Reussir SA)

En mai dernier, des producteurs et productrices bio ont été victimes d’une contamination de leurs cultures de sarrasin et de chia par le prosulfocarbe, dénoncent la Fédération nationale d’agriculture biologique, Biocer (coopératives 100% bio), Forebio et l’ONG Générations futures ce jour dans un communiqué.

14 agriculteurs bio seraient concernés, répartis sur le quart nord-ouest de la France, selon la coopérative biologique Biocer qui a fait les analyses et « a détruit l’ensemble des lots pour protéger le consommateur », indiquent les organisations qui estiment les pertes à 100 000 euros pour les agriculteurs.

Contaminations

« Aucun système d’indemnisation n’est prévu par l’Etat, aucun recours n’est possible », déplorent-elles demandant au ministère de l’Agriculture « la suspension de l’autorisation de mise sur le marché du prosulfocarbe avant les prochains traitements d’automne ».

Utilisé comme désherbant en agriculture conventionnelle, notamment sur les cultures de céréales, c'est le 4e produit phytosanitaire le plus utilisé en France. Il s’agit d’une molécule très volatile. Depuis 4 ans des cas de contamination sont remontées par plusieurs filières à l’Anses. Les organisations d’agriculteurs bio affirment avoir alerté depuis plus d’un an sur des risques de contamination de cultures bio par cette molécule interdite en agriculture bio.

« J’ai commencé ma conversion à l’agriculture biologique il y a 3 ans et cette récolte de sarrasin était ma première livraison certifiée bio. Tous ces efforts pour finalement jeter ma récolte à la poubelle… C’est vraiment du gâchis » témoigne Mathilde Siguré, céréalière bio en Eure-et-Loir, citée dans le communiqué.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bio.

Les plus lus

Gaël Blard agriculteur bio : « Être présent sur les réseaux sociaux aide à se dépatouiller »
Portail Reussir
Gaël Blard est agriculteur bio dans la Drôme. Ses cultures et ses brebis remplissent bien ses journées de travail. Pourtant…
Agriculture biologique : les surfaces continuent de croître en grandes cultures
Grandes Cultures
Les surfaces certifiées bio ont continué d'augmenter en grandes cultures en 2020, mais les surfaces en cours de conversion…
Miel bio : une production localisée dans le Sud de la France
Les Marches
La production française de miel biologique est surtout localisée dans le sud de la France, rapporte FranceAgriMer. 23 % des…
La démarche « Récoltons l’avenir » d’E.Leclerc offre ses premiers fruits
Fruits et Légumes
Le distributeur E.Leclerc proposera, à partir du mois d’octobre, un nouveau jus de pomme 100% français sous sa marque Bio Village…
Contamination des Français au cadmium et au cuivre : le bio impliqué mais pas seulement
Portail Reussir
La consommation de céréales influence l'imprégnation en cadmium de la population, la consommation de céréales et de légumes…
Une ferme allemande sur 10 est bio
Les Marches
Entre 2010 et 2020, le nombre d'exploitations allemandes certifiées bio a progressé de 58 %. Ce sont désormais 10 % des fermes…
Publicité