Aller au contenu principal

Elections 2022
10 conséquences pour l’agriculture si la Nupes et Mélenchon gagnent aux législatives

Zoom sur dix propositions pour l’agriculture de la Nouvelle union populaire, écologique et sociale (Nupes) qu’un sondage (Ipsos-FranceTV) place en tête des intentions de votes au premier tour des législatives.

Jean-Luc Mélenchon, Nupes, agriculture, législatives
Jean-Luc Mélenchon, tête de file de la Nupes, lors de la 10e marche mondiale contre Monsanto-Bayer et l'agrochimie le 21 mai 2022.
© Capture d'écran youtube

La Nouvelle union populaire, écologique et sociale (Nupes) emmenée par Jean-Luc Mélenchon est en tête des intentions de vote au premier tour des élections législatives, selon le sondage Ipsos-Sopra Steria pour Radio France et France Télévisions, publié ce 9 juin.

La Nupes totalise 28% des intentions de vote, devant Ensemble (27%) qui représente la majorité présentielle puis Rassemblement national (19,5%), les Républicains, UDI et Divers droite totalisant 11% des intentions de vote, si l’on en croit les résultats de ce sondage réalisé du 6 au 7 juin dernier sur un échantillon de 2000 personnes représentation de la population française, inscrite sur les listes électorales, âgées de 18 ans et plus (méthode des quotas).

Toujours selon ce sondage, la Nupes pourrait espérer remporter 175 à 215 sièges sur les 577 sièges que compte l’Assemblée nationale, le parti présidentiel en aurait 260 à 300. Brice Teinturier, directeur général délégué de l’institut de sondage Ipsos, met toutefois en garde sur l’incertitude qui règne sur cette élection. « Il y a vraiment une certaine fragilité parce que tout dépend des reports que nous aurons entre le premier et le second tour. Nous avons 127 sièges qui se jouent à deux points et 62 sièges qui se jouent à un point », indique-t-il à France Info.


Dix propositions de la Nupes pour l'agriculture

Des chiffres qui incitent à regarder de près le programme officiel de Nupes en ce qui concerne l’agriculture. Parmi les propositions de la Nouvelle union populaire, écologique et sociale, sélection des dix principales :

  • mettre en place une caisse de défaisance pour reprendre les dettes agricoles des convertis au 100 % bio
     
  • Réviser immédiatement le Plan stratégique national (dans le cadre de la nouvelle PAC) pour répartir plus justement les aides et les orienter vers l’agriculture écologique et paysanne, avec l’objectif d’atteindre 30 % de la surface agricole utile en agriculture biologique en 2030 et 100 % en 2050
     
  • Planifier la sortie progressive des engrais et de pesticides de synthèse, interdire immédiatement « les plus dangereux » (glyphosate, néonicotinoïdes), avec accompagnement financier si nécessaire
  • Encadrer les prix agricoles par des prix maximaux établis par un coefficient multiplicateur à partir des coûts de production et limiter les marges de la grande distribution, « pour permettre à chacun de se nourrir, tout en assurant des revenus dignes pour les paysans »
     
  • Créer un ministère de la Production alimentaire 
     
  • Fixer des taux maximaux de sel, de sucre et d’acide gras saturés dans les aliments transformés et garantir l’application de la loi y compris dans les Outre-mer et rendre le Nutri-score obligatoire « pour en finir avec la désinformation de la grande distribution »
     
  • Interdire la publicité alimentaire sur tous les supports (radiophonique, audiovisuel et électronique) à destination des enfants et adolescents
     
  • Expérimenter une garantie universelle d’accès à des aliments choisis comme premier jalon d’une « sécurité sociale de l’alimentation », « afin de permettre à chacune et à chacun d’accéder à des aliments, notamment des fruits et légumes, de saison et bio, dans des magasins de proximité publics ou associatifs »
     
  • Garantir en permanence l’accès à cinq fruits et légumes de saison à prix bloqués et réduire la TVA sur les produits bio
     
  • Porter progressivement l’alimentation dans la restauration collective à 100 % local et biologique, réduire la part des protéines carnées et y proposer une option végétarienne quotidienne

Guerre en Ukraine : Mélenchon veut réquisitionner les stocks de blé et bloquer les prix

La mesure n’est pas officiellement dans le programme de Nupes mais Jean-Luc Mélenchon s’est par ailleurs exprimé récemment sur les conséquences de la guerre en Ukraine sur notre souveraineté alimentaire.

Sur le plateau de BFMTV le 29 mai dernier, le chef de file de la Nupes a déclaré : « nous avons intérêt à réquisitionner les stocks de céréales pour être certains que les Français ne seraient pas privé du blé qui part à l’export ». Conscient de la dépendance de certains pays d’Afrique aux céréales ukrainiennes aujourd’hui bloquées dans les ports, Jean-Luc Mélenchon a poursuivi : « si je suis le Premier ministre j’irai voir le Premier ministre de l’Algérie et je lui dirai : " je vous garantis du blé mais en échange vous me garantissez du pétrole et du gaz à des tarifs supportables pour notre population " ».

 

Soutien de la Confédération paysanne

La Confédération paysanne a apporté son soutien dès le 12 mai à la démarche de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) « la plus à même d’offrir des perspectives de nouveaux droits sociaux et paysans et de mettre en œuvre la transition agroécologique », selon le syndicat minoritaire agricole.

« Il ne s’agit pas d’un soutien aux partis qui composent cette union. L’indépendance de notre syndicat et sa stratégie demeurent intactes : la Confédération paysanne portera ses revendications auprès des futures députés comme du prochain ministre de l’agriculture », a tenu à préciser la Confédération paysanne qui compte notamment « gagner le maintien de l’élevage plein-air » et « imposer la fin des mégabassines ».
 

Les plus lus

Hugo Clément le 16 novembre sur France Inter.
Antibiotiques : comment Dr Toudou et des éleveurs répondent à Hugo Clément sur Twitter
A la suite de l’émission Sur le Front d’Hugo Clément sur l’usage des antibiotiques dans un élevage de lapin, plusieurs voix se…
Julien Revellat, directeur associé du bureau parisien de McKinsey
Comment McKinsey compte influencer l’évolution de l’agriculture française
Le cabinet de consultants McKinsey a mis en place un simulateur d'agriculture régénératrice hébergé sur le campus Hectar, créé…
niveau des nappes phréatiques au 1er novembre 2022
Niveaux des nappes phréatiques toujours bas : le BRGM appelle à limiter les prélèvements en eau
Les pluies du début d’automne n’ont pas compensé les déficits accumulés depuis le début de l’année : les nappes phréatiques…
biodiversité HVE
Certification HVE : tout savoir sur le nouveau cahier des charges
La refonte de la certification Haute valeur environnementale est officielle avec la publication de deux textes au journal…
Alexis Duval, président d'Intact.
Agriculture régénératrice : Alexis Duval lance Intact, start-up valorisant l’amidon de légumineuses
Soutenu par Axéréal, l’ex-président du directoire de Tereos, se lance dans la fabrication bas carbone d’ingrédients à base de…
Laurie Poussier, future agricultrice : « je veux juste parler de mes petits bonheurs parce que je suis heureuse au quotidien »
Laurie Poussier sera officiellement éleveuse en 2023, avec comme projet la création d’une savonnerie artisanale à la ferme. La…
Publicité