Aller au contenu principal

Volailles : Actualité agricole et agroalimentaire des filières poulets, poules pondeuses, canards, dindes, œufs, foie gras dédié

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

En Allemagne, Wiesenhof entre conventionnel et bio

Le premier volailler allemand veut se démarquer sur le marché avec son propre programme bien-être.

Le jardin d'hiver est considéré comme un élément différenciant du bien-être des poulets tout comme le GMQ ralenti.
© A. Weigel

« Un modèle d’avenir. » Voilà comment Wiesenhof parle de son initiative bien-être, baptisée Privatehof. Il est l’aboutissement d’essais qui ont conduit à tester successivement le libre parcours et le bio à partir des années 2000. Le projet Privatehof a été mis en route en 2011. Wiesenhof a commencé par faire plancher pendant deux ans l’université Ludwig-Maximilian de Münich sur des critères permettant de traduire le bien-être en arguments chiffrés. Les scientifiques ont comparé six lots de Ross 308 conduits de façon conventionnelle à sept lots de Cobb Sasso 175 élevés en mode bien-être, bénéficiant d’un tiers de place et d’un tiers de temps d’élevage en plus.

44,3 grammes de GMQ

La densité est limitée à 25 kg/m² et 15 animaux maximum/m² par bâtiment Louisiane et à 29 kg/m² et 17 animaux si le bâtiment comporte un jardin d’hiver dont l’accès est ouvert au plus tard après 22 jours d’élevage. La durée d’élevage oscille entre 36 et 43 jours selon le type de bâtiment. Les scientifiques ont « mesuré » le bien-être en périodes d’activité et de repos selon des critères comme l’état des pattes, la fréquence des bains de poussière, du picage, de la station debout, de l’abreuvement… Ils ont noté une diminution des dermatites (18,8 % dans le lot bien-être contre 25,4 % en conventionnel), des pattes en meilleur état et moins de problèmes de locomotion (87,2 % d’animaux sans problème contre 12,3 %). La paille et les accessoires de picage ont été très utilisés. Quatre-vingt-dix pour cent des effectifs n’ont pas reçu d’antibiotiques. L’objectif de poids de 1 850 g est quasiment atteint (1 811,9 g) avec un GMQ de 44,3 g avec le même aliment.

De 40 à 70 % plus cher en rayon

« À poids final égal, le poulet a 30 % de place et 30 % de temps d’élevage en plus. Il coûte aussi 30 % plus cher à produire. Ce surcoût est compensé par un prix en rayon plus élevé d’environ 40 % pour un poulet entier et de 60 à 70 % pour les pièces de découpe, résume Josef Bachmeier, directeur d’un couvoir Wiesenhof. Le revenu de l’éleveur est le même. Mais il améliore son image et conduit des lots d’animaux plus robustes, donc plus faciles à élever .» Wiesenhof conclut qu’il est possible de « concilier bien-être et élevage économiquement rentable ». En cinq ans, les volumes abattus sont passés de 20 000 à 160 000 poulets/semaine. « C’est une plus grosse niche que le bio », relève Josef Bachmeier. Le président de Wiesenhof Peter Wesjohann se dit prêt à accompagner ses éleveurs qui souhaitent choisir ce mode de conduite. À une condition cependant, que les enseignes de la grande distribution et les consommateurs partagent cette philosophie et acceptent d’en payer le prix !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Vignette
La coopérative des volailles de Loué réagit à la baisse des ventes de poulet entier label rouge
Surpris par le recul du poulet entier et la stagnation de l’œuf sous labels rouges, le leader national prépare une nouvelle…
Vignette
La course au sexage des embryons de poule
Parmi les nombreuses start-up qui travaillent sur l’ovosexage, la société allemande Seleggt semble avoir pris un temps d’avance,…
Vignette
La volaille est le dindon de la farce de l’accord entre l’Union européenne et le Mercosur
Signé le 28 juin, l’accord commercial bilatéral entre l’Union européenne et le Mercosur pénalise fortement le secteur agricole…
Vignette
Le groupe coopératif Terrena investit dans ses filières de volailles différenciées et les PAI
La page Doux est tournée chez Terrena. Le groupe investit désormais dans les filières différenciées, notamment avec un nouvel…
Vignette
LDC en pole position européenne
Avec ses acquisitions, le groupe LDC accroît ses performances et se positionne en leader européen, mais il stagne dans les GMS en…
Vignette
Nombreux cas d’influenza H3N1 en Belgique
Depuis fin avril, plusieurs dizaines d’élevages des Flandres belges ont été atteints par un virus influenza en principe…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Aviculture
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Aviculture
Newsletter COT'Hedbo Aviculture (tendances et cotations de la semaine)