Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

En Allemagne, Wiesenhof entre conventionnel et bio

Le premier volailler allemand veut se démarquer sur le marché avec son propre programme bien-être.

Le jardin d'hiver est considéré comme un élément différenciant du bien-être des poulets tout comme le GMQ ralenti.
© A. Weigel

« Un modèle d’avenir. » Voilà comment Wiesenhof parle de son initiative bien-être, baptisée Privatehof. Il est l’aboutissement d’essais qui ont conduit à tester successivement le libre parcours et le bio à partir des années 2000. Le projet Privatehof a été mis en route en 2011. Wiesenhof a commencé par faire plancher pendant deux ans l’université Ludwig-Maximilian de Münich sur des critères permettant de traduire le bien-être en arguments chiffrés. Les scientifiques ont comparé six lots de Ross 308 conduits de façon conventionnelle à sept lots de Cobb Sasso 175 élevés en mode bien-être, bénéficiant d’un tiers de place et d’un tiers de temps d’élevage en plus.

44,3 grammes de GMQ

La densité est limitée à 25 kg/m² et 15 animaux maximum/m² par bâtiment Louisiane et à 29 kg/m² et 17 animaux si le bâtiment comporte un jardin d’hiver dont l’accès est ouvert au plus tard après 22 jours d’élevage. La durée d’élevage oscille entre 36 et 43 jours selon le type de bâtiment. Les scientifiques ont « mesuré » le bien-être en périodes d’activité et de repos selon des critères comme l’état des pattes, la fréquence des bains de poussière, du picage, de la station debout, de l’abreuvement… Ils ont noté une diminution des dermatites (18,8 % dans le lot bien-être contre 25,4 % en conventionnel), des pattes en meilleur état et moins de problèmes de locomotion (87,2 % d’animaux sans problème contre 12,3 %). La paille et les accessoires de picage ont été très utilisés. Quatre-vingt-dix pour cent des effectifs n’ont pas reçu d’antibiotiques. L’objectif de poids de 1 850 g est quasiment atteint (1 811,9 g) avec un GMQ de 44,3 g avec le même aliment.

De 40 à 70 % plus cher en rayon

« À poids final égal, le poulet a 30 % de place et 30 % de temps d’élevage en plus. Il coûte aussi 30 % plus cher à produire. Ce surcoût est compensé par un prix en rayon plus élevé d’environ 40 % pour un poulet entier et de 60 à 70 % pour les pièces de découpe, résume Josef Bachmeier, directeur d’un couvoir Wiesenhof. Le revenu de l’éleveur est le même. Mais il améliore son image et conduit des lots d’animaux plus robustes, donc plus faciles à élever .» Wiesenhof conclut qu’il est possible de « concilier bien-être et élevage économiquement rentable ». En cinq ans, les volumes abattus sont passés de 20 000 à 160 000 poulets/semaine. « C’est une plus grosse niche que le bio », relève Josef Bachmeier. Le président de Wiesenhof Peter Wesjohann se dit prêt à accompagner ses éleveurs qui souhaitent choisir ce mode de conduite. À une condition cependant, que les enseignes de la grande distribution et les consommateurs partagent cette philosophie et acceptent d’en payer le prix !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

L’influenza aviaire est hors de contrôle en Hongrie
Un sérotype H5N8 hautement pathogène de l’influenza aviaire a très largement diffusé dans le sud-ouest de la Hongrie, alors que…
Tristan Poincloux parle de P5 (5ème bâtiment) pour désigner sa nouvelle chaufferie à biomasse. " C'est comparable en matière d'investissement, de longévité et de rentabilité, mais avec beaucoup moins de temps passé." © P. Le Douarin
Avec sa chaudière à biomasse, Tristan Poincloux recherche de meilleures performances dans son poulailler
Spécialisé en poulet standard, Tristan Poincloux a investi pour réduire son coût de chauffage, mais aussi pour améliorer les…
Poulette non épointée en volière : il est important que les poulettes puissent appréhender au mieux leur environnement dès le jeune âge. © P. Le Douarin
Les conseils de l’Itavi pour limiter les risques de picage entre poules pondeuses
Le projet de recherche appliquée Casdar Epointage a permis d’élaborer un guide technique qui propose des actions pour limiter l’…
La voile repose sur un réseau de câbles tendus entre des poteaux latéraux à 4 mètres du sol © Deltex
Une volière pour protéger les canards mulards
Dans la Vienne, les frères Mitteault ont fait installer une volière pour leurs canards élevés en plein air, afin d’éviter de les…
Nouvelle éleveuse et ex-formatrice, Lucie Gantier fait profiter la filière œuf de sa maitrise de la communication positive sur les réseaux sociaux. © V. Bargain
« Le Covid-19 donne aux éleveurs une occasion de communication positive sur l’élevage avicole »
Pour Lucie Gantier, éleveuse de poules pondeuses plein air très engagée sur les réseaux sociaux, la crise sanitaire actuelle peut…
Éleveur et visiteur doivent se laver les mains soigneusement avant de revêtir l'équipement (charlotte, cotte et bottes) pour entrer dans la zone de vie des volailles. © Claire Jacquinet et Amandine ...
Règles de biosécurité : comment visualiser l’efficacité du lavage des mains
Grâce à une méthode pédagogique visuelle et pragmatique, une vétérinaire et une technicienne donnent un coup de jeune aux…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)