Aller au contenu principal

En Allemagne, Wiesenhof entre conventionnel et bio

Le premier volailler allemand veut se démarquer sur le marché avec son propre programme bien-être.

Le jardin d'hiver est considéré comme un élément différenciant du bien-être des poulets tout comme le GMQ ralenti.
© A. Weigel

« Un modèle d’avenir. » Voilà comment Wiesenhof parle de son initiative bien-être, baptisée Privatehof. Il est l’aboutissement d’essais qui ont conduit à tester successivement le libre parcours et le bio à partir des années 2000. Le projet Privatehof a été mis en route en 2011. Wiesenhof a commencé par faire plancher pendant deux ans l’université Ludwig-Maximilian de Münich sur des critères permettant de traduire le bien-être en arguments chiffrés. Les scientifiques ont comparé six lots de Ross 308 conduits de façon conventionnelle à sept lots de Cobb Sasso 175 élevés en mode bien-être, bénéficiant d’un tiers de place et d’un tiers de temps d’élevage en plus.

44,3 grammes de GMQ

La densité est limitée à 25 kg/m² et 15 animaux maximum/m² par bâtiment Louisiane et à 29 kg/m² et 17 animaux si le bâtiment comporte un jardin d’hiver dont l’accès est ouvert au plus tard après 22 jours d’élevage. La durée d’élevage oscille entre 36 et 43 jours selon le type de bâtiment. Les scientifiques ont « mesuré » le bien-être en périodes d’activité et de repos selon des critères comme l’état des pattes, la fréquence des bains de poussière, du picage, de la station debout, de l’abreuvement… Ils ont noté une diminution des dermatites (18,8 % dans le lot bien-être contre 25,4 % en conventionnel), des pattes en meilleur état et moins de problèmes de locomotion (87,2 % d’animaux sans problème contre 12,3 %). La paille et les accessoires de picage ont été très utilisés. Quatre-vingt-dix pour cent des effectifs n’ont pas reçu d’antibiotiques. L’objectif de poids de 1 850 g est quasiment atteint (1 811,9 g) avec un GMQ de 44,3 g avec le même aliment.

De 40 à 70 % plus cher en rayon

« À poids final égal, le poulet a 30 % de place et 30 % de temps d’élevage en plus. Il coûte aussi 30 % plus cher à produire. Ce surcoût est compensé par un prix en rayon plus élevé d’environ 40 % pour un poulet entier et de 60 à 70 % pour les pièces de découpe, résume Josef Bachmeier, directeur d’un couvoir Wiesenhof. Le revenu de l’éleveur est le même. Mais il améliore son image et conduit des lots d’animaux plus robustes, donc plus faciles à élever .» Wiesenhof conclut qu’il est possible de « concilier bien-être et élevage économiquement rentable ». En cinq ans, les volumes abattus sont passés de 20 000 à 160 000 poulets/semaine. « C’est une plus grosse niche que le bio », relève Josef Bachmeier. Le président de Wiesenhof Peter Wesjohann se dit prêt à accompagner ses éleveurs qui souhaitent choisir ce mode de conduite. À une condition cependant, que les enseignes de la grande distribution et les consommateurs partagent cette philosophie et acceptent d’en payer le prix !

Les plus lus

Grippe aviaire : Où se trouvent les foyers ?
La rédaction de Réussir Volailles vous propose de visualiser sur une carte interactive la localisation des foyers d’influenza…
Julien Courbet Capital M6 poulet brésilien
L’importation de poulet brésilien épinglée par Capital sur M6
Peut-on encore manger en toute confiance ? Dans une émission diffusée le 22 janvier Capital pointe la différence de qualité entre…
La mesure du bien-être via l'application Ebene est intégrée dans l’ensemble des cahiers des charges internes et dans la charte Nature d’éleveurs du groupe LDC.
LDC veut évaluer le bien-être des volailles grâce à Ebene
Avec l’outil digital d’évaluation du bien-être Ebene, le groupe LDC veut mesurer de façon objective l’impact des cahiers des…
François Kerscaven, éleveur de dindes à Taulé (Finistère)
"La grippe aviaire : on n'en sort pas indemne", témoigne l'éleveur de dindes
L’élevage de François Kerscaven a été touché par la grippe aviaire dans le Finistère. Impacté moralement, il a choisi de parler…
Avec la hausse de l'énergie, les échangeurs de chaleur pourraient faire un retour en force.
Économies de chauffage : l’offre en échangeurs de chaleur a évolué en avicole
Les sociétés françaises Systel et Lead Le Roy Concept (LLC) dominent le marché des échangeurs de chaleur (ERC) qui a commencé à…
Un exercice négatif de 756 000 euros pour Volinéo : « pas de produit mais des charges en hausse », résume sans appel Guy Marie Brochard, son président (à l'extrême droite).
Cavac : Des activités volailles dans la tempête
Sur fond d’exercice satisfaisant pour le groupe coopératif vendéen Cavac, toutes les activités avicoles du groupement spécialisé…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)