Aller au contenu principal

Volailles de chair : Une lutte biologique efficace contre les ténébrions

Retour d’expérience d’un éleveur technicien sur l’utilisation d’une solution de lutte biologique intégrée contre les ténébrions en élevage de volailles bio.

« Les ténébrions adultes n’ont pas de prédateurs connus et plus il fait chaud, plus ils prolifèrent. Ces insectes dégradent les matériaux d’isolation dans les bâtiments, explique Paul Daugreilh, éleveur de volailles bio à Monclar dans le Lot-et-Garonne et technicien chez Terres du Sud. Ils sont porteurs de maladies et facteurs de stress pour les volailles… En plus, il y en a toute l’année. Le ténébrion évolue la nuit et creuse des galeries dans le sol (litière) et les isolants. »

 

 
Il est recommandé de pulvériser la solution en bas des murs et parois des bâtiments
Il est recommandé de pulvériser la solution en bas des murs et parois des bâtiments © C. Chabasse

 

Depuis 2019, l’éleveur-technicien a adopté Darwin un insecticide naturel contre les ténébrions, constitué de vers parasites. C’est pour être en adéquation avec l’éthique de production des éleveurs de poules pondeuses ou volailles de chair bio. Les nématodes Darwin tuent préférentiellement les larves, mais aussi les nymphes et les adultes en pénétrant dans leurs voies respiratoires.

Commercialisé par l’entreprise Appi, le produit se présente sous la forme d’une poudre en sachet à diluer dans 20 à 40 litres d’eau (selon l’humidité du milieu) et à pulvériser dans le bâtiment d’élevage sur environ 250 m2 selon la prescription du fournisseur.

Un traitement au long cours

 

 
La pose de pièges dans le bâtiment permet d'évaluer l’efficacité du traitement.
La pose de pièges dans le bâtiment permet d'évaluer l’efficacité du traitement. © P. Daugreilh

 

« Pour gérer l’efficacité d’une solution, il est indispensable d’évaluer la population. Je combine donc des pièges à ténébrions (type Tenedrop) et la pulvérisation de ces micros vers, analyse Paul Daugreilh. Au début, je pouvais relever jusqu’à 3,5 kg de ténébrions par bande dans un bâtiment de 400 m2 ! Je pulvérisais deux sachets de Darwin en fin de lot parce que ces nuisibles ne vivent que dix jours."

En appliquant le produit à la dixième semaine d’élevage, on atteint ainsi davantage de larves, comme le préconise Appi. " Depuis trois bandes, je constate que l’infestation a diminué et sur le lot sorti en décembre, j’ai relevé moins de 300 g de ténébrions avec les pièges. Je suis donc convaincu que cette lutte biologique intégrée peut stabiliser l’infestation. Mais attention, ce doit être un traitement au long cours."

Sur des bâtiments infestés, Paul Daugreilh estime que l’on peut procéder avec une phase d’attaque combinant un produit chimique autorisé en élevage bio de type Spinosad, puis la pulvérisation de Darwin associée au piégeage. « Darwin est un produit efficace et raisonné alors il suffit que les éleveurs soient prêts à utiliser le piégeage en complément (environ 4 pièges pour un bâtiment de 400 m2) », conclut-il.

Autres astuces pour limiter la prolifération : le curage de toute la litière (ne pas laisser de résidus), un bon réglage des mangeoires pour éviter de nourrir les ténébrions, placer du papier sous les mangeoires pour ramasser les cadavres de ces insectes macrophages et éviter les liaisons non jointives entre les panneaux d’un bâtiment.

 

Les plus lus

L'élevage alternatif est devenu dominant, mais la cage résiste très bien au delà d'un atelier de 50 000 poules.
Recensement agricole en volailles : La poule pondeuse a le vent en poupe

L’évolution des modes de production sous la pression du bien-être animal s’est traduite par une mutation structurelle…

Foie gras : Delpeyrat va fermer deux abattoirs de canards

Delpeyrat va fermer ses abattoirs de canards gras de La Pommeraie-sur-Sèvre (85) et de Vic-Fezensac (32). Cette décision vise…

Éric Baldo, responsable technique de la Ciab, suit de près les performances des deux bâtiments atypiques de Ludovic Drapeau conçus pour répondre à tous les cahiers des ...
Poulet "bien-être" : La coopérative Ciab a investi pour mesurer le surcoût des attentes sociétales

La coopérative Ciab a supporté financièrement le Gaec des Grandes Roussières pour chiffrer les attentes sociétales avec deux…

Jérôme Perrodin avec son épouse Linda : « J’ai opté pour un système de volière qui incite les poulettes à circuler verticalement mais aussi horizontalement, et ceci ...
« Ma volière favorisera la mobilité en 3D des poulettes »

Jérôme Perrodin a investi dans un bâtiment neuf pour poulettes futures pondeuses d’œufs bio, équipé d’une volière facilitant…

Anis Farhat, directeur d’exploitation de Taissir, entouré de Fabrice Poisbeau et de Guirec Rollando, de Sodalec Distribution : « La filtration d’air a largement ...
En Tunisie, des poules pondeuses sous air filtré pour en finir avec les salmonelles

Filtrer l’air des bâtiments de poules pondeuses de l’entreprise tunisienne Taissir a été une mesure sanitaire clé pour enrayer…

Avec l’IA, Jean-Luc Martin compte passer de la correction des dysfonctionnements des bâtiments d’élevage au copilotage de leur conduite par l’éleveur.
Big Data : Tell Élevage vise la supervision des poulaillers avec l’intelligence artificielle

La start-up Tell Élevage prévoit d’utiliser l’intelligence artificielle (IA) pour créer un outil de conseil au pilotage en…

Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)