Aller au contenu principal
Font Size

Vers des modèles d’élevage mieux acceptés par la société

Par son approche multidisciplinaire et participative, la recherche peut contribuer à améliorer l’acceptabilité sociale de la production et aider la filière à dépasser les controverses.

Anticiper un projet de construction et favoriser les débats en amont avec les riverains est essentiel pour le mener à bien.
Anticiper un projet de construction et favoriser les débats en amont avec les riverains est essentiel pour le mener à bien.
© A. Puybasset

La controverse est devenue un mode contemporain d’expression sociale. L’agriculture, et en particulier l’aviculture, n’y échappent pas. Les principaux points de contestation portent sur l’environnement, le bien-être, le risque sanitaire, le système d’élevage et la consommation de viande. Celle-ci s’exprime notamment à l’occasion de projets de création ou d’agrandissement. Mieux faire accepter nos modes d’élevage passe d’abord par davantage de dialogue. La recherche peut y contribuer par son approche multidisciplinaire : biotechnique (nutrition, génétique, etc), en sciences sociales et par son expertise collective. Ces dernières années, des instances de discussion réunissant les sphères économiques, scientifiques et politiques ont pu être mises en place. Laure Bignon, de l’Itavi, cite pour exemple la méthode Ovali, qui vise à évaluer des systèmes de production innovants et durables en poulet de chair. « Un groupe participatif a été constitué avec des acteurs de la société civile, de la recherche et de la filière, » précise-t-elle. « Les premiers retours d’expérience sont positifs. Un travail de consensus a démarré. Des pistes de travail ont été identifiées, l’objectif étant de parvenir à une notion de progrès acceptable. »

Lors d’une controverse, l’expertise purement technique ne suffit plus. « Les cadres de l’agriculture devraient être davantage préparés à gérer les incertitudes soulevées par les consommateurs », estime François Purseigle, sociologue et enseignant-chercheur à l’Ensat de Toulouse. « Les filières animales et végétales auraient tout intérêt à mettre en commun des outils méthodologiques pour mieux comprendre les réseaux de contestation. »

Ne pas se justifier mais anticiper son projet

À l’échelle de la filière, on peut agir à différents niveaux pour améliorer l’acceptabilité sociale des élevages. « Il nous faut apprendre à mieux parler de notre métier, avec nos mots d’éleveur, sans abuser de termes techniques et en se référant à la réglementation en place», souligne Isabelle Le Balleur, « et sans opposer les systèmes de production (label, standard, bio) qui sont complémentaires. » Pour l’éleveuse, il est également nécessaire d’ouvrir davantage les élevages au public pour « dédramatiser l’image parfois véhiculée par nos voisins». Anticiper un projet de construction est essentiel pour le mener à bien. Favoriser les débats en amont permet d’expliquer son projet avec des arguments construits et de prendre en compte les différents points de vue. « Il faut aussi accepter qu’il n’y ait pas forcément de consensus final », conclut-elle.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Forte croissance de l'élevage de poules pondeuses bio en France
L'Agence Bio rapporte une vague d'engagement vers l'agriculture biologique en monogastriques.
Face à une crise structurelle européenne du canard de chair accentuée par la Covid-19, la CFA mobilise ses adhérents pour faire émerger des solutions pour les éleveurs dans les régions Auvergne-Rhone Alpes, Bretagne, Bourgogne et Pays de la Loire qui concentrent cette production. © P. Le Douarin
Le syndicalisme avicole CFA appelle à « agir d’urgence pour sauver les éleveurs de canards de chair »
Au nom de la Confédération française de l’aviculture (CFA), Gilles Lassus éleveur de canards de Barbarie dans l’Ain, appelle l’…
Litière de bouchons de paille © A. Puybasset
La gestion des litières des poulaillers de chair enquêtée
Les chambres d’agriculture de Bretagne ont analysé les pratiques de gestion de litière d’éleveurs de volailles de chair bretons.
Les mises en place nationales de canetons chair ont diminué de 28% en avril par rapport au même mois de 2019 (497 100 têtes par semaine) selon l'interprofession du canard. © P. Le Douarin
Les Pays de la Loire aident les éleveurs de canards Barbarie

Les collectivités territoriales ligériennes viennent au secours des 400 éleveurs de canards de chair.…

Installée dans le Gers, Béatrice Laffitte produit en label rouge mention sud ouest © C. Chabasse
La coopérative Euralis cherche des éleveurs de poulets label rouge sous IGP Landes
Le groupe Euralis s’inscrit dans une dynamique de croissance de sa production de volailles sous label rouge. La coopérative…
 © A. Puybasset
France Poultry fait du bénéfice

L’abattoir France Poultry, ex-Doux export à Châteaulin (29), a vendu 152 000 t de poulets et produits…

Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)