Aller au contenu principal
Font Size

Une volière supplémentaire de 18 000 pondeuses en Bretagne

Pour transmettre à leur fils dans de bonnes conditions économiques, Brigitte et Bruno Le Berre ont investi dans un troisième bâtiment pour loger leurs poules en volière.

L’histoire de la famille Le Berre, installée à Plounévézel (Finistère), résume bien l’évolution de la production d’œufs de consommation en Bretagne. À peine âgés de 20 ans en 1981, Brigitte et Bruno se sont installés avec un puis deux bâtiments construits coup sur coup, totalisant 36 000 poules en cage. Dès leur installation, ils ont subi la crise de l’œuf de 1981, qui a marqué les mémoires. « Elle nous a plombés pendant dix ans », témoigne Brigitte. Les éleveurs ont toujours travaillé sous contrat à 100 % avec la même organisation (coopérative Unicopa) puis à partir de 2012 avec Nutréa.

En 2011, le couple a arrêté la cage. Avec deux petits bâtiments, ils ont préféré passer en volière (Boleg terrace) avec accès à un parcours, ce qui a fait tomber l’effectif de 39 %, à 22 000 places. Ils ont récupéré l’effectif initial avec la construction d’un troisième bâtiment abritant 18 000 poules en volière. Le projet a mis trois années à se concrétiser. « Administrativement, cela n’a pas été simple, car il nous a fallu acheter des terres à moins de 4 km (dans les Côtes d’Armor) pour les échanger avec celles que nous avons récupérées ici dans le Finistère. Nous sommes à la limite départementale. » Techniquement, le couple a dû faire des concessions. « Idéalement, je voulais conserver le même modèle, souligne Brigitte, mais mon partenaire Nutréa ne pouvait pas me garantir que les poulettes viendraient d’élevages ayant le modèle équivalent. Nous sommes donc partis sur la Natura Nova Twin de Big Dutchman. »

Un site refait à neuf pour une bonne transmission

Arrivant en fin de carrière, Brigitte et Bruno n’auraient pas investi sans le retour de leur fils Romain, âgé de 32 ans. Ayant grandi avec les poules, il n’appréhende pas son installation après douze ans passés dans l’abattage des poules de réforme. Il a pu bénéficier d’une aide à la création d’entreprise pour s’associer avec ses parents en 2018.

Romain Le Berre va disposer d’un site remis totalement à neuf. Outre le bâtiment de 1 428 m2 (17 m par 84 m), la partie emballage a été refaite à neuf pour être commune aux trois bâtiments et le site répond aux normes de biosécurité (un sas sanitaire par bâtiment). L’ensemble a coûté 22 euros par poule en le calculant sur les 40 000 places, sachant que toute la partie convoyage a aussi été refaite dans les deux bâtiments existants. L’EARL devrait toucher le plafond des aides PCAE, c’est-à-dire 30 000 euros (soit 0,75 euro par poule logée !). Par ailleurs, la famille détient un bâtiment de 1 700 m2 hors du site pour élever des poulettes au sol. « Pour nous, il n’est pas question de le transformer en volière, devance Brigitte. Je laisse Romain s’en occuper après notre départ en retraite. Mais c’est une autre histoire. »

Le compromis de la volière portique

Pour Brigitte Le Berre, le modèle de volière Natura Twin est un bon compromis entre ses aspirations et les contraintes de fourniture en poulettes. Cette volière est composée de deux rangées à deux niveaux, avec les lignes d’eau et d’aliment, qui sont reliées par un portique portant de chaque côté deux lignes de nids superposés, faciles d’accès pour les poules et l’éleveur via un couloir de circulation intérieur. Le dessous du portique est aussi accessible aux poules et à l’éleveur, tandis que le dessus est une aire de repos pourvue uniquement de perchoirs. La volière comprend 30 modules de 2,4 m de long correspondant à 600 poules par module. Lors des 10-15 jours suivant le transfert, les poules restent confinées dans le système pour s’y habituer : un filet tendu entre le plafond et le bas du système rend impossible l’accès au gisoir sur les côtés comme sous le portique. Pour améliorer le raclage des fientes au sol, le fabricant a mis au point un racleur avec une chaîne en mode aller et retour et une poulie à noix à chaque bout de ligne. Cela remplace le système des deux racleurs accouplés avec des câbles qui sautaient et des poulies qui se bloquaient. Le bâtiment (Dugué) est à ventilation statique avec des volets latéraux continus, insérés de fenêtres claires en Macrolon (non obscurcissables) et un lanterneau ascenseur régulé en deux zones. Quatre turbines en pignon complètent le dispositif. Avec un portique arrivant à 2,6 m, il fallait un bâtiment de grand volume, en l’occurrence 3,5 m de hauteur sur le côté pour obtenir un circuit d’air en adéquation.

Voir le diaporama complet de la visite sur www.reussir.fr/volailles en rubrique « Équipement ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Pendant la période dérogatoire du nouveau règlement bio, le parcours pourra faire au minimum 1 mètre de large, à condition que le bâtiment ait été certifié bio avant le 31 décembre 2020 © P. Le Douarin
L’Inao adopte en urgence des règles transitoires pour les poulettes bio
Pour continuer à produire des poulettes bio et bénéficier d’une dérogation européenne, les éleveurs de poulettes devront être…
Bernard Guignard a commencé à planter massivement en même temps  qu'il a fait construire. © L. Vuillen
Des poulets sous les cerisiers et les abricotiers
Dans la Drôme près de Romans sur Isère, Bernard Guignard a associé l’élevage des poulets label rouge de l’Ardèche avec la…
Les mises en place nationales de canetons chair ont diminué de 28% en avril par rapport au même mois de 2019 (497 100 têtes par semaine) selon l'interprofession du canard. © P. Le Douarin
Les Pays de la Loire aident les éleveurs de canards Barbarie

Les collectivités territoriales ligériennes viennent au secours des 400 éleveurs de canards de chair.…

L'utilisation d'un pulvérisateur électrique sur chariot à roulettes, muni d'un long dévidoir, réduit la pénibilité lors de la pulvérisation du traitement contre les poux.  © P. Riner
Un diagnostic pour mieux prévenir l’infestation du pou rouge en poules pondeuses
Elanco propose une démarche d’accompagnement pour aider les éleveurs de poules pondeuses à lutter contre l’acarien Dermanyssus…
Forte croissance de l'élevage de poules pondeuses bio en France
L'Agence Bio rapporte une vague d'engagement vers l'agriculture biologique en monogastriques.
D'ordinaire réalisée en élevage (et pas à l'abattoir), la sérologie permet de suivre les traces du passage d'un virus dans un lot. © Synalaf
Les poulets plein air sont peu exposés à l’Influenza aviaire
Selon une enquête réalisée en 2018, les poulets label rouge et biologique, élevés en plein air, seraient indemnes de contact avec…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)