Aller au contenu principal

Un nouveau vaccin Gumboro pour les poulettes

Novamune se présente sous la forme d’une suspension congelée à diluer dans un solvant avant l’injection (0,2 ml/oiseau d’un jour). © Ceva santé animale
Novamune se présente sous la forme d’une suspension congelée à diluer dans un solvant avant l’injection (0,2 ml/oiseau d’un jour).
© Ceva santé animale

Le laboratoire Ceva Santé animale a lancé Novamune, un vaccin contre la maladie de Gumboro, spécifiquement destiné aux poulettes et aux poulets à croissance lente (de type label rouge). Il est injecté au couvoir. C’est un vaccin vivant congelé contenant la souche Syza 26, différente de celle employée dans le vaccin qui protège le poulet de chair à croissance rapide(1).

La formulation du vaccin « immun complexe » — associant le virus antigène à des anticorps anti-Gumboro — apporte une couverture vaccinale qui prend progressivement le relais des anticorps maternels diminuant naturellement avec l’âge. L’oiseau est en permanence protégé des virus sauvages, et ce jusqu’à la fin de sa vie.

Les avantages de la vaccination au couvoir sont d’injecter chaque animal, d’éviter un stress en élevage, de décharger l’éleveur de cette tâche et d’être sûr du résultat (bonne dose au bon moment pour 100 % des oiseaux).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Évolution comparée des indices d’exposition en médecine vétérinaire et médecine de ville (hors hôpitaux)Les indices d’exposition comparés mesurent les durées d’exposition aux antibiotiques de la biomasse animale et celle des humains en médecine de ville (hôpitaux exclus). © LegiVeille/Auzalide ...
Réduction des antibiotiques : l’élevage fait mieux que la médecine
Depuis dix ans, le secteur de l’élevage a divisé par trois l’exposition des animaux aux antibiotiques.
Vue de la poussinière de poulettes bio de 13, 5 m de large. Pour respecter la réglementation bio, il a fallu placer 8 rangées de supports © P. Le Douarin
En poulettes Bio, le perchoir complique le travail de l'éleveur
Le nouveau réglement Bio impose plus de perchoirs pour les poulettes, mais pour les éleveurs ce sont des coûts et des contraintes…
Après une saison festive sauvée, la volaille face à trois défis majeurs
Malgré un bilan positif des ventes de volailles de fin d’années, l’interprofession Anvol alerte sur les mauvaises perspectives de…
La coopérative gersoise Vivadour mise sur Cocorette pour installer encore une dizaine d'élevages dans les deux ans à venir. © VIvadour
Dans le Gers, Vivadour developpe l'œuf Bio
La production d’œufs bio est en plein essor à la coopérative gersoise Vivadour. Associée à Cocorette, elle cherche de nouveaux…
Benoît Drouin, éleveur à Rouez en Champagne et président de la commission bio au sein du Synalaf: « En volaille plein air, l’accès au parcours vaut le meilleur des enrichissements. Les dispositifs de perchage dans les bâtiments n’apportent qu’un plus. » © A. Puybasset
Les poulets de Loué ont aussi leurs perchoirs
Pour se conformer au référentiel de l’étiquetage sur le bien-être animal, les Fermiers de Loué ont équipé leurs poulaillers de…
Valérie du Retail est séduite par l’autonomie due aux stocks d’aliment et d’eau et les automatismes qui lui permettent de ne pas être dépendante des horaires des poules. Elle préfère se consacrer aux volailles quand bon lui semble pour les observer, leur parler et les soigner. © L. Gouverne
Un petit poulailler mobile pour des poules Bios
À Die dans la Drôme, Valérie du Retail a choisi un poulailler mobile pour son projet agrotouristique écologique. Elle élève 225…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)