Aller au contenu principal
Font Size

Dinde : un modèle de production à faire évoluer

Pour Antoine Rousseau, de Techna, la filière dinde gagnerait à réduire les densités en élevage pour mieux exprimer le potentiel génétique et optimiser le rendement viande.

Peu d’informations circulent sur le rendement filet obtenu selon les différents modes d’élevage.
Peu d’informations circulent sur le rendement filet obtenu selon les différents modes d’élevage.
© Pascal Le Douarin

La France est championne dans la course à la productivité en élevage de dindes. En 20 ans, le poids produit par mètre carré et par an est passé de 165 à 200 kg, soit une progression de 17%. À travers son observatoire « Bourse d’échange Techna » initié en 1992, la firme services a retracé l’évolution des performances en élevages. « L’augmentation de la densité a été un levier historique pour améliorer la productivité. Mais les changements les plus spectaculaires portent sur la dernière décennie et en particulier sur le poids des mâles à l’abattage. Entre 2004 et 2014, il est passé de 11,4 à 14,6 kg, sous l’effet d’un alourdissement des souches et d’une augmentation des durées d’élevages », a souligné Antoine Rousseau, de Techna lors de la session dindes organisée par l’Itavi. «Mais cette course à la productivité n’est pas forcément un gage de compétitivité sur le coût de production de la viande.» Caractérisé par un élevage en bâtiment unique, le schéma de production à la française diffère des systèmes à l’allemande, avec un démarrage en poussinière à double densité puis un transfert à plus faible densité en bâtiments d’engraissement (brood and move). « Notre modèle de production singulier, et qui a largement contribué à améliorer notre compétitivité par kilo de poids vif, a atteint ses limites et n’est plus assez robuste pour gagner de la compétitivité sur le coût de viande

Un écart de 10% sur l’expression du potentiel génétique

Durant la dernière décennie, l’alourdissement des poids finaux s’est fait sans réduction des densités. Les bâtiments ont en outre peu évolué (ventilation, équipement…). De fait, le pic de chargement à 85 jours, juste avant le départ des femelles, est passé de 50 kg à pratiquement 60 kg/m2. Au même âge, les bâtiments d’engraissement d’un système Brood and Move ont un chargement deux fois moins élevé. Pour le nutritionniste, la densité plus élevée sur cette période bride la croissance des dindons, et en particulier le dépôt de muscle (rendements carcasse et filet pénalisés) . « Selon les essais réalisés à la station expérimentale Euronutrition, nous réalisons 85% du potentiel d’une génétique quand les systèmes Brood and Move en expriment 94% », précise le nutritionniste.

Une hausse du prix de revient en vif à compenser

Sur le terrain, l’idée de baisser les densités au démarrage fait progressivement son chemin. Mais l’impact sur les performances n’est pas toujours évident à démontrer en élevage, du fait de la diversité des bâtiments comme de la technicité des éleveurs. Certains, qui l’ont expérimenté, ne s’y retrouvent pas financièrement. « L’augmentation du poids des mâles à l’abattage n’a pas compensé la baisse de densité au démarrage. La MPA par lot s’est détériorée », explique un éleveur. De même, peu d’informations circulent sur le rendement viande. Selon Antoine Rousseau, l’impact de toute évolution de schéma de production doit être mesuré à l’échelle de la filière, et pas seulement du seul point de vue de l’abatteur ou de l’éleveur. « La densité est un levier intéressant pour améliorer notre compétitivité sur la valeur viande. Selon une simulation des coûts de production en vif et sortie abattoir, la filière gagnerait à baisser les densités de démarrage de 0,5 tête, soit passer de 7,3 à 6,8 en moyenne. Cela implique que la baisse de productivité en élevage soit compensée par une hausse du prix du vif payé par l’abattoir, qui de son côté valorise mieux la carcasse. » Par ailleurs, le fait de réduire la densité va dans le sens du bien-être animal (gestion des litières et de la qualité des pattes) et des objectifs de démédication.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Pendant la période dérogatoire du nouveau règlement bio, le parcours pourra faire au minimum 1 mètre de large, à condition que le bâtiment ait été certifié bio avant le 31 décembre 2020 © P. Le Douarin
L’Inao adopte en urgence des règles transitoires pour les poulettes bio
Pour continuer à produire des poulettes bio et bénéficier d’une dérogation européenne, les éleveurs de poulettes devront être…
Les canards Grimaud Frères sexés dans l’œuf dès 2021
Le sélectionneur Grimaud Frères a mis au point un procédé pour déterminer au stade embryonnaire le sexe des canards barbarie et…
Sur le modèle utilisé fin 2018 par Seleggt, les œufs contenant des mâles sont retirés par un bras automatique, après avoir subi le test de détection du sulfate d'œstrogène. © Seleggt
L’Itavi fait un état d’avancement des recherches sur l’ovosexage des poussins
Plusieurs solutions techniques de sexage de l’embryon de poulet in ovo sont en cours de développement dans le Monde, avec des…
 © P. Le Douarin
« Orvia commercialisera des canetons mulards ovosexés en 2021 »
Avec la finalisation du prototype de sexage in ovo de ses canetons, le président du groupe Orvia, Benoît Gourmaud, annonce une…
L'essai comparatif de trois stratégies de protection de poulets certifiés vis-à-vis des coccidies E.acervulina et E. tenella, 24 groupes de 40 animaux élevés jusqu'à 48 jours en station expérimentale. © Itavi
L’Itavi a expérimenté trois solutions de prévention de la coccidiose du poulet
Un essai mené en station expérimentale par l’Itavi sur des poulets certifiés montre qu’un programme d’additifs anticoccidiens est…
En développant la volaille traditionnelle chez les petits fermiers africains, comme ici en Éthiopie, l'objectif est d'apporter aux populations rurales une source de protéines et de revenu à travers les œufs et la viande.  © Hendrix Genetics
Sasso contribue au développement du poulet villageois en Afrique
Le sélectionneur de souches colorées Sasso est impliqué dans deux projets de développement de l’aviculture rurale africaine,…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)