Aller au contenu principal

Dinde : un modèle de production à faire évoluer

Pour Antoine Rousseau, de Techna, la filière dinde gagnerait à réduire les densités en élevage pour mieux exprimer le potentiel génétique et optimiser le rendement viande.

Peu d’informations circulent sur le rendement filet obtenu selon les différents modes d’élevage.
Peu d’informations circulent sur le rendement filet obtenu selon les différents modes d’élevage.
© Pascal Le Douarin

La France est championne dans la course à la productivité en élevage de dindes. En 20 ans, le poids produit par mètre carré et par an est passé de 165 à 200 kg, soit une progression de 17%. À travers son observatoire « Bourse d’échange Techna » initié en 1992, la firme services a retracé l’évolution des performances en élevages. « L’augmentation de la densité a été un levier historique pour améliorer la productivité. Mais les changements les plus spectaculaires portent sur la dernière décennie et en particulier sur le poids des mâles à l’abattage. Entre 2004 et 2014, il est passé de 11,4 à 14,6 kg, sous l’effet d’un alourdissement des souches et d’une augmentation des durées d’élevages », a souligné Antoine Rousseau, de Techna lors de la session dindes organisée par l’Itavi. «Mais cette course à la productivité n’est pas forcément un gage de compétitivité sur le coût de production de la viande.» Caractérisé par un élevage en bâtiment unique, le schéma de production à la française diffère des systèmes à l’allemande, avec un démarrage en poussinière à double densité puis un transfert à plus faible densité en bâtiments d’engraissement (brood and move). « Notre modèle de production singulier, et qui a largement contribué à améliorer notre compétitivité par kilo de poids vif, a atteint ses limites et n’est plus assez robuste pour gagner de la compétitivité sur le coût de viande

Un écart de 10% sur l’expression du potentiel génétique

Durant la dernière décennie, l’alourdissement des poids finaux s’est fait sans réduction des densités. Les bâtiments ont en outre peu évolué (ventilation, équipement…). De fait, le pic de chargement à 85 jours, juste avant le départ des femelles, est passé de 50 kg à pratiquement 60 kg/m2. Au même âge, les bâtiments d’engraissement d’un système Brood and Move ont un chargement deux fois moins élevé. Pour le nutritionniste, la densité plus élevée sur cette période bride la croissance des dindons, et en particulier le dépôt de muscle (rendements carcasse et filet pénalisés) . « Selon les essais réalisés à la station expérimentale Euronutrition, nous réalisons 85% du potentiel d’une génétique quand les systèmes Brood and Move en expriment 94% », précise le nutritionniste.

Une hausse du prix de revient en vif à compenser

Sur le terrain, l’idée de baisser les densités au démarrage fait progressivement son chemin. Mais l’impact sur les performances n’est pas toujours évident à démontrer en élevage, du fait de la diversité des bâtiments comme de la technicité des éleveurs. Certains, qui l’ont expérimenté, ne s’y retrouvent pas financièrement. « L’augmentation du poids des mâles à l’abattage n’a pas compensé la baisse de densité au démarrage. La MPA par lot s’est détériorée », explique un éleveur. De même, peu d’informations circulent sur le rendement viande. Selon Antoine Rousseau, l’impact de toute évolution de schéma de production doit être mesuré à l’échelle de la filière, et pas seulement du seul point de vue de l’abatteur ou de l’éleveur. « La densité est un levier intéressant pour améliorer notre compétitivité sur la valeur viande. Selon une simulation des coûts de production en vif et sortie abattoir, la filière gagnerait à baisser les densités de démarrage de 0,5 tête, soit passer de 7,3 à 6,8 en moyenne. Cela implique que la baisse de productivité en élevage soit compensée par une hausse du prix du vif payé par l’abattoir, qui de son côté valorise mieux la carcasse. » Par ailleurs, le fait de réduire la densité va dans le sens du bien-être animal (gestion des litières et de la qualité des pattes) et des objectifs de démédication.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Thierry Poincloux sur le merlon en terre masquant son élevage. Sur cette parcelle idéalement placée, rien ne laissait présager une opposition malgré tout restée limitée.
« Ne jamais préjuger de la facilité à monter un projet de poulailler»
Tristan Poincloux a défendu bec et ongles son autorisation d’exploiter face à un adversaire déterminé. Il est aujourd’hui…
Le premier site a été installé avant l'été en Loire Atlantique sur un parcours de canards .
Un nouvel agrivoltaïsme sur les parcours de volailles
Associant agroforesterie et photovoltaïque, la jeune société NovaFrance Energy fait le pari de séduire les éleveurs de plein air…
Chaque circuit d'assiettes en boucle compte deux descentes d'aliment pour une meilleure régularité de la distribution.  © A. Puybasset
Une vaste poussinière de 3200 m2 pour futurs repros chair
À l’EARL Chevillard, le bâtiment neuf, dynamique et obscur, est équipé pour atteindre une parfaite maîtrise de l’homogénéité des…
Eclosion à la ferme (concept X-Treck)
Les Pays-Bas passent à l’alimentation précoce des poussins de chair
D’ici septembre 2024, tous les poussins de chair nés aux Pays-Bas devront avoir accès à l’alimentation dans les 36 heures qui…
Les appréhensions légitimes du voisinage peuvent être aplanies par de patients efforts de communication en amont du projet de création ou d'extension.
Communiquer sur son projet d’élevage
De nombreux projets de créations ou d’extensions d’élevages génèrent des inquiétudes dans leur voisinage, lesquelles peuvent…
Défense de l'élevage : l’Anvol appelle les Français à se mobiliser pour les volailles françaises
L’interprofession de la volaille française (Anvol) appelle tous les acteurs de la société française à soutenir le secteur…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)