Aller au contenu principal
Font Size

Chez Florent Duffros, dans les Côtes-d'Armor
Un jeune réinvestit dans le poulet lourd en Bretagne

Trois ans après avoir construit son premier poulailler de 2 000 m2, Florent Duffros a pu financer sans difficulté le second bâtiment planifié dès son installation, en 2016.

« Les engagements pris ont été tenus », martèle Gwenaël Le sourd. Le responsable de l’organisation de production Huttepain Bretagne est très satisfait d’avoir été au bout de l’accompagnement économique et technique de Florent Duffros, et de le faire savoir. En 2014, le jeune éleveur de 27 ans avait pour projet de s’installer à Caulnes, dans les Côtes-d'Armor. Il voulait construire deux grands bâtiments de poulets de chair à côté de ceux de son père, éleveur de poulet export de 1981 à 2014, puis de poulet lourd avec Huttepain Bretagne. D’ici peu, Janick Duffros partira en retraite et son fils Florent dirigera un site de 6 750 m2, avec le salarié passé à temps plein. « J’ai toujours voulu faire ce métier et être agriculteur, déclare Florent, même si je suis passé par une formation en maintenance industrielle. Ces sept années d’expérience dans l’industrie m’aident beaucoup pour tous les aspects techniques (électricité, automatismes, ventilation). »

Deux bâtiments copies conformes

Séparés par une très vaste plateforme bétonnée, les deux bâtiments de 19,7 m de large se font face. « Comme je suis très satisfait des résultats et du comportement du bâtiment, j’ai fait la même chose, mis à part deux fermes supplémentaires. » Le bâtiment neuf compte donc 2 200 m2. C’est une coque Deniau BEBC (6 cm d’isolant en toiture et parois) avec 3 % de surface de lumière naturelle, des leds CBM et un sol en béton, non isolé cette fois-ci. « J’ai 2,5 m isolés sur le pourtour du premier, mais cela se traduit par un écart de température du sol de 5 °C et surtout par une litière qui croûte en périphérie. » Comme Florent prévoit de ne faire que du poulet, il a mis des assiettes Multibeck Le Roy LLC (sur 5 rangées) et des pipettes Impex (sur 6 lignes). La ventilation est intégralement en Fancom. « Je tenais absolument à avoir la trappe Fantura, insiste-t-il. À petite ouverture pour le démarrage, elle permet d’obtenir une veine d’air épaisse sur chaque trappe. De plus, les treuils sont hyperprécis. » Le site est destiné au poulet lourd sexé de 45 jours, car « je préfère qu’il y ait de l’action et du changement en permanence », souligne le jeune éleveur. Le chauffage est désormais à combustion indirecte, avec trois appareils CBX 80 Systel, à la place des Géoss installés sur le premier bâtiment. Une autre différence concerne l’absence de silos près du second poulailler. Posés près du premier, cinq silos alimentent les deux bâtiments via une trémie peseuse Fancom.

Un financement obtenu sans difficulté

Florent Duffros annonce un coût d’investissement de 250 euros par mètre carré, sachant qu’il est intervenu sur le montage des trappes, des extracteurs, du chauffage. Il a facilement pu obtenir un financement auprès du Crédit agricole. « Depuis trois ans, ma moyenne de marge poussin-aliment se situe à 12-13 euros par mètre carré, et Huttepain Bretagne me permet d’avoir une bonne rotation. J’arrive à dégager un salaire correct. Mon comptable me dit que le second va consolider ma structure financière, puisque je ne vais pas doubler mon salaire ! » L’éleveur a obtenu un prêt sur douze ans à un taux intéressant. « Vu le faible coût du crédit, je me dis que j’aurais pu emprunter sur neuf années. » Florent n’a pas eu à faire d’engagement personnel. « Avec toutes les aides (PCAEA, Huttepain Bretagne et FranceAgriMer), j’arrive à 110 000 euros qui ont été complétés par la banque. » Et Florent Duffros ne compte pas s’arrêter là. « Je sais déjà où sera placé le troisième bâtiment. La plateforme en béton a été prévue pour. » En attendant, il lui faudra rénover le Louisiane de son père.

Une alimentation multiphase pour gérer les transitions

À la demande d’Huttepain Bretagne, Laurent Duffros a installé un mélangeur d’aliments. Le système proposé par Fancom gère trois aliments parmi quatre potentiellement disponibles. Pour obtenir la transition progressive entre deux aliments A et B, l’éleveur affiche le début (jour J) et la fin (J + X jours) de la transition. L’automate fait le reste en ajustant la proportion de A et B sur les X jours. La trémie pèse successivement les aliments A et B jusqu’à atteindre les 20 kg qu’elle envoie par le tube de 9 cm de diamètre. Pour éviter tout risque de perte d’étanchéité, ce tuyau a été inséré dans une gaine de 16 cm de diamètre. Pour éviter les à-coups de fonctionnement, une trémie tampon a été placée avant l’entrée dans le second bâtiment.

Gain de 5 à 10 points d'indice de consommation

L’automate calcule aussi les stocks par silo et le ratio eau/aliment. Il est relié à un ordinateur de bureau qui analyse l’ensemble des données récoltées par le système Fancom (débits d’air, paramètres climatiques, eau, aliment, gaz…). Après deux lots menés avec ce système, Florent est très satisfait. « En travaillant sur le rapport eau/aliment et sur la transition, j’ai gagné entre 5 et 10 points d’indice de consommation. Il n’y a pas de gaspillage d’aliment. Et je n’ai pas eu besoin d’apporter d’acides ou d’autres suppléments pour soutenir l’équilibre digestif des poulets. »

Les responsables d’Huttepain Bretagne estiment que ce type d’équipement sera une source d’amélioration des performances des poulets de plus en plus réactifs à la moindre variation alimentaire (présentation et composition). L’équipement complet (automate, trémie peseuse, gaines) coûte de l’ordre de 18 000 à 20 000 euros, selon les configurations.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Installée dans le Gers, Béatrice Laffitte produit en label rouge mention sud ouest © C. Chabasse
La coopérative Euralis cherche des éleveurs de poulets label rouge sous IGP Landes
Le groupe Euralis s’inscrit dans une dynamique de croissance de sa production de volailles sous label rouge. La coopérative…
Forte croissance de l'élevage de poules pondeuses bio en France
L'Agence Bio rapporte une vague d'engagement vers l'agriculture biologique en monogastriques.
Face à une crise structurelle européenne du canard de chair accentuée par la Covid-19, la CFA mobilise ses adhérents pour faire émerger des solutions pour les éleveurs dans les régions Auvergne-Rhone Alpes, Bretagne, Bourgogne et Pays de la Loire qui concentrent cette production. © P. Le Douarin
Le syndicalisme avicole CFA appelle à « agir d’urgence pour sauver les éleveurs de canards de chair »
Au nom de la Confédération française de l’aviculture (CFA), Gilles Lassus éleveur de canards de Barbarie dans l’Ain, appelle l’…
Litière de bouchons de paille © A. Puybasset
La gestion des litières des poulaillers de chair enquêtée
Les chambres d’agriculture de Bretagne ont analysé les pratiques de gestion de litière d’éleveurs de volailles de chair bretons.
Les mises en place nationales de canetons chair ont diminué de 28% en avril par rapport au même mois de 2019 (497 100 têtes par semaine) selon l'interprofession du canard. © P. Le Douarin
Les Pays de la Loire aident les éleveurs de canards Barbarie

Les collectivités territoriales ligériennes viennent au secours des 400 éleveurs de canards de chair.…

Les douze bâiments mobiles de Kevin Comte seront déplacés à chaque lot sur une parcelle de 20 ha. © DR
Kevin Comte démarre son premier lot de volailles en IGP Landes
À Saubrigues (40), Kevin Comte vient d’ajouter un atelier de volailles en IGP Landes sur son exploitation, créée…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)