Aller au contenu principal
Font Size

Un diagnostic pour mieux prévenir l’infestation du pou rouge en poules pondeuses

Elanco propose une démarche d’accompagnement pour aider les éleveurs de poules pondeuses à lutter contre l’acarien Dermanyssus Gallinae.

Pour le pou rouge, l’heure est aussi au déconfinement. À l’arrivée des beaux jours, la durée du cycle de reproduction de Dermanyssus gallinae se réduit avec la hausse des températures et de l’hygrométrie. L’augmentation des populations s’accélère. Cette période oblige l’éleveur de poule pondeuse à davantage de vigilance. L’enjeu est d’agir avant que le bâtiment ne soit infesté, les colonies de poux visibles ne représentant que la partie découverte de l’iceberg. En dehors des repas du sang de la poule réalisés surtout de nuit, le pou se cache dans de multiples interstices. Cela rend la surveillance du niveau d’infestation plus difficile, en particulier dans les bâtiments alternatifs. Les populations de poux sont concentrées dans les endroits où les poules restent immobiles longtemps. « L’étape préalable pour une bonne anticipation est de bien identifier les zones à risques », confirment Aurélien Desroches et Pierre Riner, d’Elanco. Dans les bâtiments au sol, ils conseillent de surveiller en particulier les perchoirs, les assiettes, les systèmes antiperchage, les colliers de serrage des chaînes d’aliment ou les dessous de chaînes plates (voir ci-contre). « Il faut aussi soulever les jonctions de caillebotis, les caches de bandes à œuf à l’extérieur du nid et au niveau des passages d’hommes. » Le niveau d’infestation peut différer selon les zones du bâtiment. Les endroits sous-ventilés sont par exemple plus propices au développement du pou rouge.

Une approche technique globale

Pour aider l’éleveur et le technicien à mieux appréhender ces zones à risques, le laboratoire Elanco a développé un outil de diagnostic personnalisé. Comprenant une quarantaine de points de contrôle, il vise à évaluer le niveau d’infestation (piégeage, identification des stades) et à faire un bilan de la situation sanitaire (pression salmonelle, nervosisme, picage, résultats techniques), des conditions d’élevage (ambiance, gestion de la lumière), des protocoles de prévention et de traitement mis en place. « Avec ce diagnostic, nous revalidons l’ensemble des étapes clés dans la gestion du pou rouge. Bien souvent, les causes sont à identifier dès le précédent vide sanitaire », souligne Pierre Riner. D’une durée d’une heure, le diagnostic permet d’avoir une approche globale de la gestion du pou dans l’élevage et de mettre en avant les points d’amélioration. L’objectif final du diagnostic étant d’aboutir à un programme d’actions personnalisé. À la demande, le laboratoire peut aussi accompagner l’éleveur lors de l’application d’un traitement contre les acariens puis faire une visite de contrôle par monitoring notamment à l’aide de pièges à poux. Cette démarche diagnostique est également déployée dans la gestion du ténébrion en volaille de chair. Elanco sensibilise par ailleurs les éleveurs à l’importance d’un bon matériel pour le traitement réalisé par pulvérisation. « Un équipement adapté permet de réduire considérablement la pénibilité et surtout incite à respecter les dosages. » Il préconise notamment les pulvérisateurs de type électrique et de grande capacité, sur chariot à roulettes avec un long dévidoir (jusqu’à 50 m, tels que le modèle Pyla 50 (1)). 

(1) Tarif inférieur à 300 euros.

Des pièges pour agir au bon moment

 

 
Le kit poux rouges proposé par Elanco aide à identifier le début de l’infestation et à juger du moment opportun pour traiter. Il comprend des pièges dans lesquels est inséré un papier gaufré. Il faut compter huit pièges pour un bâtiment plein air. Les pièges sont fixés sur des supports, hors de portée des poules et dans des zones où les poux sont visibles (les répartir sur les zones caillebotis et nids). La gaufrette est retirée 48 heures après sa mise en place. Les poux sont placés dans un sachet plastique, mis au congélateur pendant 48 heures puis comptabilisés. « Cet outil sert au diagnostic mais est également un bon support d’échanges avec l’éleveur après une application du produit Elector », souligne Aurélien Desroches. « Cet insecticide est autorisé en agriculture biologique et en présence de poules. Il est efficace contre le pou rouge, le ténébrion et la mouche domestique. »

 

5 zones à risque de poux à surveiller en bâtiment alternatif

 

 
1. Les fixations d'assiettes et les systèmes antiperchage. 

 

 

 
2. Les colliers de serrage des chaînes d'aliment ou les dessous de chaînes plates.

 

 

 
3. Les passages d'homme. Soulever les caches de la bande à oeufs.

 

 

 
4. Les intersections de perchoirs.

 

 

 
5. Les dessous de caillebotis. Soulever les jonctions.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Pendant la période dérogatoire du nouveau règlement bio, le parcours pourra faire au minimum 1 mètre de large, à condition que le bâtiment ait été certifié bio avant le 31 décembre 2020 © P. Le Douarin
L’Inao adopte en urgence des règles transitoires pour les poulettes bio
Pour continuer à produire des poulettes bio et bénéficier d’une dérogation européenne, les éleveurs de poulettes devront être…
Les canards Grimaud Frères sexés dans l’œuf dès 2021
Le sélectionneur Grimaud Frères a mis au point un procédé pour déterminer au stade embryonnaire le sexe des canards barbarie et…
Sur le modèle utilisé fin 2018 par Seleggt, les œufs contenant des mâles sont retirés par un bras automatique, après avoir subi le test de détection du sulfate d'œstrogène. © Seleggt
L’Itavi fait un état d’avancement des recherches sur l’ovosexage des poussins
Plusieurs solutions techniques de sexage de l’embryon de poulet in ovo sont en cours de développement dans le Monde, avec des…
 © P. Le Douarin
« Orvia commercialisera des canetons mulards ovosexés en 2021 »
Avec la finalisation du prototype de sexage in ovo de ses canetons, le président du groupe Orvia, Benoît Gourmaud, annonce une…
En développant la volaille traditionnelle chez les petits fermiers africains, comme ici en Éthiopie, l'objectif est d'apporter aux populations rurales une source de protéines et de revenu à travers les œufs et la viande.  © Hendrix Genetics
Sasso contribue au développement du poulet villageois en Afrique
Le sélectionneur de souches colorées Sasso est impliqué dans deux projets de développement de l’aviculture rurale africaine,…
Les odeurs liées aux élevages, autour des bâtiments ou lors de la manutention des effluents, sont parfois ressentis par les riverains comme des nuisances
L’Itavi teste un « nez » électronique pour mesurer les odeurs liées aux élevages
Le nez électronique est une technologie explorée pour détecter plus facilement et plus rapidement les odeurs liées aux élevages…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)