Aller au contenu principal
Font Size

Un bâtiment dynamique avec jardin d’hiver en dindes

Annabelle et Louis-Marie Pasquier ont testé sur deux lots de dindes l’accès au jardin d’hiver de leur nouveau bâtiment en ventilation longitudinale. Retour d’expériences.

À Cirières dans les Deux-Sèvres, Annabelle et Louis-Marie Pasquier ont investi en 2018 dans deux poulaillers de 1800 m2, dont l’un a la particularité d’avoir un jardin d’hiver et d’être doté d’une salle pédagogique avec une vitre donnant sur la salle d’élevage. Ce projet innovant a été réalisé en partenariat et avec le soutien financier de leur groupement Bellavol (groupe LDC). Son objectif était de disposer d’un site vitrine et d’acquérir des références technico-économiques sur la conduite d’élevage avec jardin d’hiver, notamment sur les réglages de ventilation. Le fait de combiner une ventilation dynamique et un accès à l’extérieur sur des animaux en croissance était un vrai défi. Construit par Dugué, le bâtiment de 1800 m2 (18 m de large) se prolonge sur un seul côté par une véranda large de 6 m, représentant 543 m2 soit 30 % de la surface du poulailler. Son utilisation a pour l’instant été expérimentée sur deux lots, lorsque les températures extérieures étaient plus propices. « Le premier sorti à l’extérieur en juin 2018 a été plutôt facile à gérer. Pour le second lot sorti au printemps 2019, on a dû revoir les réglages de ventilation de la salle d’élevage pour éviter que les vitesses d’air soient trop importantes au niveau des trappes de sortie des animaux, surtout la nuit. Les écarts de température jour/nuit étaient encore assez élevés à cette époque (8°C au petit matin)», se souvient Louis-Marie. C’est le point clé de la gestion du jardin d’hiver ! Maintenant que la phase de réglages et de prise en main du bâtiment est terminée, l’éleveur s’apprête à tester l’accès à la véranda sur un lot d’automne.

Attendre que les animaux soient bien emplumés

Louis-Marie considère schématiquement deux phases de gestion de la ventilation, avant et après l’ouverture des trappes d’accès au jardin extérieur, qui a lieu entre 7 à 9 semaines d’âge. « J’attends que les volailles soient bien emplumées. Une fois relevées, les trappes de sortie restent en position ouverte jusqu’à la fin du lot, de jour comme de nuit. » Les premières semaines, le bâtiment dynamique est géré de manière classique avec une entrée d’air bilatérale. L’extraction progressive est centralisée sur le côté opposé au jardin puis passe en extraction pignon, complétée par des turbines lorsque les besoins de ventilation augmentent (concept Sodalec). « Après l’ouverture du jardin, la salle intérieure n’est plus hermétique à l’air. Pour éviter les vitesses d'air, surtout de nuit au niveau des trappes de sortie, on travaille avec une dépression faible, inférieure à 10 Pa. » Le jardin d’hiver est isolé de l’extérieur par un rideau plein, ouvert en permanence d’au moins 25 cm (écart entre le haut du rideau et la toiture) pour garantir une entrée d’air minimale pour la ventilation du bâtiment. Il est ensuite abaissé progressivement en fonction de la consigne de température de la salle et de l’augmentation des besoins de ventilation (4 paliers d'ouverture du rideau). « Il n’y a pas de consigne de température propre au jardin d’hiver, même s’il dispose de deux sondes. C’est le boîtier de régulation du bâtiment qui gère l’ouverture du rideau, commandée par un treuil électrique. »

Une densité moindre bénéfique

Après 48 à 72 heures d’adaptation, les dindes s’approprient aisément leur nouvel environnement. Le taux d’occupation varie selon les conditions extérieures. « Très présentes en journée, les volailles sont peu nombreuses à y rester la nuit, préférant l’ambiance de la salle intérieure », a observé l’éleveur. C’est l’inverse en période de canicule, comme ce fut le cas l’été dernier. « L’après-midi, les dindes cherchaient la fraîcheur de la salle brumisée et sortaient davantage la nuit. Je n’ai eu aucune perte due à la chaleur dans ce bâtiment, probablement liée aussi à une densité moindre.

Un premier bilan positif

Il est encore trop tôt pour évaluer l’impact du jardin d’hiver sur les performances techniques, notamment sur l’indice de consommation. En comparaison avec le poulailler jumeau construit en même temps et sur le même site (mais sans jardin d’hiver), les éleveurs n’ont toutefois pas constaté d’écart significatif sur les performances de croissance, ni sur le taux de griffures. Il n’y a pas eu de surconsommation de gaz. « C’était pourtant une crainte au départ. » En revanche, le jardin d’hiver induit du travail supplémentaire (paillage, curage et nettoyage) et des charges de litière en plus (2 kg/m2 de paille à l’ouverture, 3 ajouts en cours de lot). Concernant le bien-être animal, l’effet du jardin d’hiver sur le comportement des volailles est visible. « L’été, on parvient moins facilement à descendre en température que dans le poulailler voisin. Malgré cela, les dindes sont beaucoup plus actives et se déplacent davantage. Nous-mêmes apprécions aussi d’y être, car on a vue sur l’extérieur. » C’est donc un choix sans regret pour les éleveurs, en dehors de toute considération économique car il n’existe pas encore de marché pour valoriser le surcoût des jardins d’hiver.

Une véranda représentant 30 % de la surface du poulailler

Le jardin d’hiver de 90 m est situé sur le long pan exposé Est du poulailler de 1800 m2 (18 m de large, conception Dugué). « Il a été volontairement positionné du côté du soleil levant, expliquent Annabelle et Louis-Marie Pasquier. Il est ainsi moins exposé au soleil lors des périodes de forte chaleur. De plus, il ouvre la perspective sur un champ et une parcelle dans laquelle ont été plantés de jeunes arbres, appréciable pour les animaux mais aussi pour nous. » La surface de la véranda est de 543 m2, soit l’équivalent de 30 % de celle du bâtiment. « Prévue initialement à 3 m, la largeur du jardin a été doublée, pour faciliter la circulation des engins lors du nettoyage sans être trop à l’étroit. Elle permet aussi de rentrer aisément un container lors des enlèvements. » L’accès au jardin d’hiver se fait par 11 trappes à guillotines de 2,5 m de long sur 0,8 m de haut. Conçues en panneaux sandwich, elles sont entourées de joints et plaquées contre la paroi par deux barres métalliques pour empêcher toute entrée d’air parasite lorsque l’accès au jardin est fermé. Les deux pignons en panneaux sandwich sont équipés d’un portail. La toiture en tôle comprend aussi une isolation intégrée (pente de 10 %, 3 m de haut à l’extrémité). L’autre long pan de la véranda est délimité par un grillage, posé sur une longrine de 30 cm. Une hauteur qui permet aux volailles de voir à l’extérieur lorsque le rideau isolant est entièrement ouvert. Ce dernier comprend de larges zones translucides pour faire rentrer la lumière naturelle, lorsque le rideau est fermé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Installée dans le Gers, Béatrice Laffitte produit en label rouge mention sud ouest © C. Chabasse
La coopérative Euralis cherche des éleveurs de poulets label rouge sous IGP Landes
Le groupe Euralis s’inscrit dans une dynamique de croissance de sa production de volailles sous label rouge. La coopérative…
Face à une crise structurelle européenne du canard de chair accentuée par la Covid-19, la CFA mobilise ses adhérents pour faire émerger des solutions pour les éleveurs dans les régions Auvergne-Rhone Alpes, Bretagne, Bourgogne et Pays de la Loire qui concentrent cette production. © P. Le Douarin
Le syndicalisme avicole CFA appelle à « agir d’urgence pour sauver les éleveurs de canards de chair »
Au nom de la Confédération française de l’aviculture (CFA), Gilles Lassus éleveur de canards de Barbarie dans l’Ain, appelle l’…
Litière de bouchons de paille © A. Puybasset
La gestion des litières des poulaillers de chair enquêtée
Les chambres d’agriculture de Bretagne ont analysé les pratiques de gestion de litière d’éleveurs de volailles de chair bretons.
Les douze bâiments mobiles de Kevin Comte seront déplacés à chaque lot sur une parcelle de 20 ha. © DR
Kevin Comte démarre son premier lot de volailles en IGP Landes
À Saubrigues (40), Kevin Comte vient d’ajouter un atelier de volailles en IGP Landes sur son exploitation, créée…
Benoît Drouin produit du lait (400 000 l/an) et des volailles de chair (4 bâtiments de 400 m2) en polyculture sur une exploitation sarthoise de 135 ha (80 ha en herbe), convertie depuis 1996, d’abord par le poulet. © P. Le Douarin
« La filière avicole vit un tournant avec la réglementation bio »
Dans un contexte européen de relative libéralisation des conditions de production, Benoît Drouin, président de la commission bio…
 © A. Puybasset
France Poultry fait du bénéfice

L’abattoir France Poultry, ex-Doux export à Châteaulin (29), a vendu 152 000 t de poulets et produits…

Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)