Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Une convention contre les malveillances dans les exploitations signée dans la Drôme

Le 2 octobre dernier, la chambre d’agriculture de la Drôme a signé, avec la gendarmerie, la police nationale et les instances agricoles locales, une convention relative à la sécurité du milieu agricole confronté à des intrusions à caractère délictueux.

La convention, signée par les forces de sécurité et les instances agricoles, a pour but la sécurisation des exploitations agricoles face aux intrusions d’associations activistes militantes.
© Amandine Priolet

C’est sur l’exploitation des frères Barbeyer, éleveurs à Allex dans la Drôme, que s’est signée, le 2 octobre, une convention relative à la sécurité du milieu agricole en présence du procureur de la République, Alex Perrin et du préfet de la Drôme, Hugues Moutouh.

Depuis plusieurs mois, le département est touché par de nombreux actes de malveillance engagés par des défenseurs de la cause animale ou de l’environnement, de plus en plus radicalisés et adeptes d’actions à forte résonance médiatique.

Pour enrayer ce phénomène, le préfet de la Drôme a installé, en avril dernier, le comité de prévention des actes de malveillance contre le monde agricole, composé des forces de l’ordre, de la Chambre d’Agriculture de la Drôme, de la fédération départementale des chasseurs, de la direction départementale des territoires et de la direction départementale de la protection des populations. Le but ? Rassurer les consommateurs, les filières et les exploitants, aider les agriculteurs sur le plan juridique et judiciaire, dissuader et prévenir les actes malveillants.

La convention vise à resserrer les liens entre les forces de l’ordre et les éleveurs afin de renforcer la vigilance à travers des patrouilles mais également par le biais d’un dispositif « Vigi Agri 26 ». Ce dernier permettra d’avertir en temps réel des éventuels préjudices subis par le monde agricole.
 

Voir aussi : Les politiques commencent à réagir à l'agribashing

 

Télécharger la convention signée le 2 octobre à Allex

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

L’influenza aviaire est hors de contrôle en Hongrie
Un sérotype H5N8 hautement pathogène de l’influenza aviaire a très largement diffusé dans le sud-ouest de la Hongrie, alors que…
Tristan Poincloux parle de P5 (5ème bâtiment) pour désigner sa nouvelle chaufferie à biomasse. " C'est comparable en matière d'investissement, de longévité et de rentabilité, mais avec beaucoup moins de temps passé." © P. Le Douarin
Avec sa chaudière à biomasse, Tristan Poincloux recherche de meilleures performances dans son poulailler
Spécialisé en poulet standard, Tristan Poincloux a investi pour réduire son coût de chauffage, mais aussi pour améliorer les…
La voile repose sur un réseau de câbles tendus entre des poteaux latéraux à 4 mètres du sol © Deltex
Une volière pour protéger les canards mulards
Dans la Vienne, les frères Mitteault ont fait installer une volière pour leurs canards élevés en plein air, afin d’éviter de les…
Poulette non épointée en volière : il est important que les poulettes puissent appréhender au mieux leur environnement dès le jeune âge. © P. Le Douarin
Les conseils de l’Itavi pour limiter les risques de picage entre poules pondeuses
Le projet de recherche appliquée Casdar Epointage a permis d’élaborer un guide technique qui propose des actions pour limiter l’…
Éleveur et visiteur doivent se laver les mains soigneusement avant de revêtir l'équipement (charlotte, cotte et bottes) pour entrer dans la zone de vie des volailles. © Claire Jacquinet et Amandine ...
Règles de biosécurité : comment visualiser l’efficacité du lavage des mains
Grâce à une méthode pédagogique visuelle et pragmatique, une vétérinaire et une technicienne donnent un coup de jeune aux…
Nouvelle éleveuse et ex-formatrice, Lucie Gantier fait profiter la filière œuf de sa maitrise de la communication positive sur les réseaux sociaux. © V. Bargain
« Le Covid-19 donne aux éleveurs une occasion de communication positive sur l’élevage avicole »
Pour Lucie Gantier, éleveuse de poules pondeuses plein air très engagée sur les réseaux sociaux, la crise sanitaire actuelle peut…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)