Aller au contenu principal

Rémunérer ses haies grâce au label bas carbone

En séquestrant le carbone, les haies jouent un rôle positif sur le climat. La méthode « Haie » du label bas carbone donne l’opportunité aux exploitants de rémunérer ce service environnemental.

Le plan de gestion durable des haies porte sur la plantation ainsi que sur l’amélioration du linéaire mis en place. © A. Puybasset
Le plan de gestion durable des haies porte sur la plantation ainsi que sur l’amélioration du linéaire mis en place.
© A. Puybasset

Implantée aux abords des bâtiments, sur les parcours ou dans les parcelles des exploitations en polyculture-élevage, la haie présente de multiples intérêts environnementaux. Favorable à la biodiversité, source de bois énergie, frein à l’érosion, elle contribue également au stockage du carbone.

Lire aussi : L’enjeu du bas carbone pour la volaille n’est pas qu’environnemental

On considère qu’un kilomètre de haie adulte stocke trois tonnes de carbone par an. Longtemps considérée comme une charge, l’exploitation de la haie devient une source de valorisation économique pour l’agriculteur, en lui permettant désormais d’accéder au marché du carbone. En novembre 2020, la méthode Haies, portée par les chambres d’agriculture des Pays de la Loire et de Bretagne, a été approuvée comme méthode de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour le label bas-carbone. Elle permet aux exploitants engagés dans une gestion durable de leurs haies de vendre leurs crédits carbone à des entreprises ou des collectivités souhaitant compenser leurs émissions de CO2. Les tout premiers contrats signés portent sur un rachat de 80 euros la tonne de carbone, un montant qui permettrait de couvrir le coût d’entretien des haies.

Un atelier économique à part entière

Les exploitants intéressés s’engagent dans un plan de gestion durable des haies sur quinze ans, évalué tous les cinq ans. Il porte sur la plantation ainsi que sur l’amélioration du linéaire mis en place pour augmenter la biomasse et la capacité de stockage du carbone. Il est aussi possible de valoriser le carbone en l’exportant via une filière de bois énergie. Cela nécessite d’adhérer au « label Haie », une démarche de certification, dont la méthode est reconnue par le label bas carbone. Elle garantit de bonnes pratiques de gestion des haies et une filière de production de bois éthique, durable et locale. « La production de bois issue des haies est devenue une production agricole à part entière sur mon exploitation », a témoigné Quentin Gougeon lors d’une visioconférence du Gis Relance agronomique. Certifié label haie, cet éleveur de bovins et de volailles bio exploite 130 hectares de cultures et 9 km de haies. L’atelier haie apporte une rémunération annuelle de 4 500 euros, toutes valorisations incluses (bois énergie, label haie…).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Théo Ripoche, 23 ans, s'est installé avec un nouvel atelier avicole pour diversifier l'exploitation bovine.
Un poulailler autoconstruit pour diversifier l’élevage bovin
Le Gaec de La Rouillère a largement participé à la construction de son poulailler polyvalent de 1 800 m2. L’économie…
Violaine Quéré, productrices d'œufs bio : « Le principal objectif de l’agroforesterie est d’inciter les poules à sortir davantage et à aller jusqu’au bout du parcours enherbé. »
Un parcours arboré et source de protéines pour les poules pondeuses
Pour inciter ses poules pondeuses bio à occuper les parcours, Violaine Quéré a planté des haies et des arbres de bois-d’œuvre et…
Trois astuces d’éleveurs de volailles primées par les Chambres d'Agriculture de Bretagne
Les Chambres d’Agriculture de Bretagne ont dévoilé le 16 décembre les gagnants de leur concours Trucs et Astuces de 2021. Trois…
Le ballot de paille est un enrichissement particulièrement apprécié par les poulets car il leur permet de se percher, d’explorer grâce aux brins de paille qui dépassent, mais aussi de se reposer en s’adossant contre les bords.
Bien être animal : choisir les enrichissements de ses poulets
Des enquêtes approfondies en élevage réalisées par l'Itavi ont permis d’évaluer l’impact de différents enrichissements favorisant…
Génétique poule : Le groupe allemand EW acquiert Novogen et Verbeek
Le Groupe Grimaud a décidé, « suite à une réorientation stratégique », de céder sa division de sélection et accouvage de…
La distribution du granulé de paille se fait à partir d’une trémie poussée le long d’un rail en circuit fermé.
Une trémie « fait maison » qui facilite le repaillage du poulailler
Théo Ripoche utilise une trémie suspendue à un rail en circuit fermé pour ajouter du granulé de paille sur les zones de litière…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)