Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Miscanthus : récolter des tiges bien sèches

La coupe des tiges de miscanthus génère beaucoup de poussières.
© S. Leitenberger

Mars-avril est la période la plus propice à la récolte des longues tiges d’environ 1 cm de diamètre. « Après mi-avril, les tiges ne perdent plus beaucoup d’humidité », estime Martin Pichon et les rhizomes se réactivent. « Quelques jours venteux et sans pluie sont idéaux pour avoir un produit bien sec, stockable en l’état et prêt à l’emploi », remarque Karel Kaptein. Chez lui, l’entreprise agricole fournit une ensileuse à quatre rangs munie d’un bec rotatif type Kemper (avec deux grandes toupies latérales) de manière à garder un bon rythme d’avancement. Ce dispositif évite les bourrages et rend la coupe plus régulière. Le broyage des tiges sollicite fortement l’ensileuse qui ralentit dès que la hauteur du miscanthus augmente. « Bien que la coupe s’effectue à environ 20 cm du sol, il ne faut pas trop retarder la récolte, sous peine d’étêter une partie de la repousse », ajoute Karel Kaptein. Selon la parcelle et l’année, il faut compter entre 100 et 200 m3 récoltés par hectare, pour une masse de 100 à 120 kg par m3. La récolte peut être compromise si la parcelle est trop humide. Cependant, une fois arrivés à leur diamètre maximal, les rhizomes améliorent la portance. Le miscanthus pas assez sec peut être fauché, andainé et ballotté mais cela nécessite plusieurs opérations, fait perdre de la matière et les ballots difficiles à compacter se tiennent mal.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

L’influenza aviaire est hors de contrôle en Hongrie
Un sérotype H5N8 hautement pathogène de l’influenza aviaire a très largement diffusé dans le sud-ouest de la Hongrie, alors que…
Le groupe volailler LDC candidat au rachat de Ronsard
Le groupe Eureden a entamé des négociations exclusives pour la vente de ses actifs industriels avicoles Ronsard au groupe LDC,…
Nouvelle éleveuse et ex-formatrice, Lucie Gantier fait profiter la filière œuf de sa maitrise de la communication positive sur les réseaux sociaux. © V. Bargain
« Le Covid-19 donne aux éleveurs une occasion de communication positive sur l’élevage avicole »
Pour Lucie Gantier, éleveuse de poules pondeuses plein air très engagée sur les réseaux sociaux, la crise sanitaire actuelle peut…
Poulette non épointée en volière : il est important que les poulettes puissent appréhender au mieux leur environnement dès le jeune âge. © P. Le Douarin
Les conseils de l’Itavi pour limiter les risques de picage entre poules pondeuses
Le projet de recherche appliquée Casdar Epointage a permis d’élaborer un guide technique qui propose des actions pour limiter l’…
La voile repose sur un réseau de câbles tendus entre des poteaux latéraux à 4 mètres du sol © Deltex
Une volière pour protéger les canards mulards
Dans la Vienne, les frères Mitteault ont fait installer une volière pour leurs canards élevés en plein air, afin d’éviter de les…
Éleveur et visiteur doivent se laver les mains soigneusement avant de revêtir l'équipement (charlotte, cotte et bottes) pour entrer dans la zone de vie des volailles. © Claire Jacquinet et Amandine ...
Règles de biosécurité : comment visualiser l’efficacité du lavage des mains
Grâce à une méthode pédagogique visuelle et pragmatique, une vétérinaire et une technicienne donnent un coup de jeune aux…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)