Aller au contenu principal

Coronavirose aviaire : Prévenir l’entérite de la dinde

Le coronavirus européen de la dinde (TCoV) circule dans le Grand Ouest. En l’absence de vaccin, la prévention passe par l’hygiène et les procédures de nettoyage désinfection.

Agent viral principal des entérites multifactorielles, le coronavirus TCoV affecte surtout les dindes de moins de six semaines.
Agent viral principal des entérites multifactorielles, le coronavirus TCoV affecte surtout les dindes de moins de six semaines.
© P. Le Douarin

Une étude a été réalisée par l’Anses et le Centre technique des productions animales (CTPA) dans cinquante élevages de dindes de chair du Grand Ouest. Dans 68 % des élevages, il y avait des problèmes digestifs chez les dindes, le plus souvent des entérites non spécifiques.

Rozen Souillard, épidémiologiste  (Anses Ploufragan) : « Le TCoV circule dans des élevages de dindes avec ou sans problème digestifs. »
Rozen Souillard, épidémiologiste (Anses Ploufragan) : « Le TCoV circule dans des élevages de dindes avec ou sans problème digestifs. »
© V. Bargain

« La présence d’anticorps vis-à-vis du virus TCoV a été relevée dans sept lots, dont pour quatre d’entre eux également une détection virale par PCR », indique Rozenn Souillard, de l’Anses. C’est donc 14 % des lots qui ont rencontré le virus.

Le TCoV est l’agent viral principal des maladies entériques multifactorielles qui affecte surtout les dindes de moins de six semaines, mais potentiellement tous les âges. Les signes cliniques sont des diarrhées, de la léthargie et de l’anorexie entraînant des retards de croissance.

Paul Brown, virologiste (Anses Ploufragan). « Ce virus est très infectieux (délai de transmission entre dindes de 2 heures et demie en moyenne) et est excrété par la dinde infectée pendant au moins six semaines. »
Paul Brown, virologiste (Anses Ploufragan). « Ce virus est très infectieux (délai de transmission entre dindes de 2 heures et demie en moyenne) et est excrété par la dinde infectée pendant au moins six semaines. »
© Anses
 

 

« Le virus est très infectieux (délai de transmission entre dindes de 2 heures et demie en moyenne) et est excrété pendant au moins six semaines », a souligné Paul Brown de l’Anses, lors d’une conférence au Space. Ces caractéristiques ainsi que le fait qu’il n’existe pas de vaccin, rendent difficile le contrôle d’une infection établie.

Un virus hypercontagieux

Le TCoV a été plus fréquent dans les élevages où il n’y avait pas d’autres espèces avicoles. Il était aussi favorisé quand l’enlèvement du fumier avait lieu après le lavage, ce qui pourrait produire des poussières recontaminantes, quand il n’y avait qu’une seule désinfection et pas d’épandage de chaux. L’absence d’un nettoyage complet du circuit d’eau (séquence base, acide, désinfection) et des abreuvoirs en système ouvert (cloche, godet) sembleraient aussi plus favorables.

La séropositivité serait plus élevée quand le lot est mis en place au printemps ou en été, ou quand il y a d’autres problèmes sanitaires (colibacillose, mortalité au démarrage). Cela pourrait suggérer le rôle favorisant des épandages et de l’immunodépression.

« Le TCoV circule dans des élevages de dindes avec ou sans problème digestifs », conclut Rozenn Souillard. Même si l’analyse des facteurs de risques ne porte que sur sept lots sur cinquante, elle souligne « l’importance de l’hygiène et de la procédure de nettoyage désinfection pour lutter contre l’entérite de la dinde ».

Un test sérologique spécifique

Pour cette étude, les échantillons ont été analysés par un test sérologique ne différenciant pas les virus TCoV et IBV, qui a dû être complété par de la biologie moléculaire. Mais depuis, un nouveau test sérologique, spécifique du TCoV, a été mis au point par l’Anses. Il permettra à l’avenir une détection plus distinctive. Le TCoV appartient au sous-genre Igacovirus de la famille des coronaviridae. Infectant les oiseaux, il comprend aussi le virus de la bronchite infectieuse de la poule (IBV) et le coronavirus de la pintade (GfCoV).

 

Les plus lus

Grippe aviaire : Où se trouvent les foyers ?
La rédaction de Réussir Volailles vous propose de visualiser sur une carte interactive la localisation des foyers d’influenza…
Julien Courbet Capital M6 poulet brésilien
L’importation de poulet brésilien épinglée par Capital sur M6
Peut-on encore manger en toute confiance ? Dans une émission diffusée le 22 janvier Capital pointe la différence de qualité entre…
La mesure du bien-être via l'application Ebene est intégrée dans l’ensemble des cahiers des charges internes et dans la charte Nature d’éleveurs du groupe LDC.
LDC veut évaluer le bien-être des volailles grâce à Ebene
Avec l’outil digital d’évaluation du bien-être Ebene, le groupe LDC veut mesurer de façon objective l’impact des cahiers des…
François Kerscaven, éleveur de dindes à Taulé (Finistère)
"La grippe aviaire : on n'en sort pas indemne", témoigne l'éleveur de dindes
L’élevage de François Kerscaven a été touché par la grippe aviaire dans le Finistère. Impacté moralement, il a choisi de parler…
Avec la hausse de l'énergie, les échangeurs de chaleur pourraient faire un retour en force.
Économies de chauffage : l’offre en échangeurs de chaleur a évolué en avicole
Les sociétés françaises Systel et Lead Le Roy Concept (LLC) dominent le marché des échangeurs de chaleur (ERC) qui a commencé à…
Un exercice négatif de 756 000 euros pour Volinéo : « pas de produit mais des charges en hausse », résume sans appel Guy Marie Brochard, son président (à l'extrême droite).
Cavac : Des activités volailles dans la tempête
Sur fond d’exercice satisfaisant pour le groupe coopératif vendéen Cavac, toutes les activités avicoles du groupement spécialisé…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)