Aller au contenu principal

Ovosexage des canards mulards : le dispositif d'Orvia en phase préindustrielle

Fin juin, le groupe Orvia a mis en service la deuxième version de son prototype d’ovosexage des canetons mulards. La troisième version industrielle sera opérationnelle mi-2023.

La pose des œufs à sexer sur six lignes d’empreintes mobiles est encore manuelle avec la version 2 préindustrielle.
La pose des œufs à sexer sur six lignes d’empreintes mobiles est encore manuelle avec la version 2 préindustrielle.
© Orvia

Lancé en juillet 2020, le premier prototype de la machine Soc pour « Sexage de l’Œuf de Canard » avait la taille d’un petit incubateur. Il avait pour but de fiabiliser les paramètres de la technologie de repérage dans l’œuf de la couleur des yeux des embryons de mulards Orvia autosexables : rouge pour les canetons mâles et noir pour les femelles.

2400 œufs par heure actuellement

Depuis la fin du mois de juin, la version V2 a été installée au couvoir Orvia de la Seigneurtière en Loire-Atlantique. Plus imposant, ce dispositif préindustriel nécessite un espace dédié conséquent. Le cœur du système comporte six caméras fixes qui comme pour la V1, flashent les œufs effectuant une rotation complète. Les images sont retraitées puis analysées par des algorithmes d’intelligence artificielle auto-apprenants (deep learning). Plus le système fonctionne et meilleurs sont ses résultats.

Avant de parvenir à ces caméras, les œufs sont posés manuellement sur des empreintes mobiles, saisis par deux bras préhenseurs automatisés qui les déposent entre deux ventouses placées au-dessus des caméras.

 

 
Des bras préhenseurs tenant chacun trois œufs, les déplacent vers les postes de prises d’images, puis vers les tapis de tri.
Des bras préhenseurs tenant chacun trois œufs, les déplacent vers les postes de prises d’images, puis vers les tapis de tri. © Orvia

 

Une fois l’acquisition d’images réalisée, deux autres préhenseurs reprennent les œufs pour les déposer sur trois tapis de tri : clair, femelle, mâle. À la sortie, les œufs sont reconditionnés manuellement sur des grilles avant de repartir vers l’incubation (les mâles) ou vers la valorisation en alimentation animale (clairs et femelles).

L’association de la lecture optique à travers la coquille et de l’intelligence artificielle permet de différencier dès neuf jours les œufs clairs, les œufs femelles et les œufs mâles avec une fiabilité de 95 %. Le directeur général Éric Houël insiste sur la nécessité d’un diagnostic précoce avant dix jours et sur le caractère non invasif du processus, sans altération de la coquille.

 

 
Après sexage, les œufs sont déposés sur trois tapis et recompactés manuellement.
Après sexage, les œufs sont déposés sur trois tapis et recompactés manuellement. © Orvia

Faire un saut technologique

À terme, le sexage Soc sera amené à remplacer la mireuse automatique au couvoir, ce qui implique un changement d’échelle. La forte cadence, l’automatisation du dépôt des œufs et leur recompactage sont les enjeux de la troisième étape du projet. « Le système actuel atteint 2 400 œufs traités par heure, précise Éric Houël, et l’objectif est d’arriver à 20 000 œufs par heure. » Les neuf secondes actuelles de traitement par œuf sont compressibles. « Nous pouvons déjà sexer des lots entiers. Mais pour fournir tous nos clients, nous avons besoin de cette cadence importante. » Cela nécessitera aussi de franchir un nouveau saut technologique dans l’acquisition des images, autour d’un dispositif radicalement différent, notamment par son fonctionnement et le nombre de caméras.

Le modèle finalisé devra aussi réduire le coût par caneton sexé. Cela passe par la recherche d’un taux de rendement synthétique (TRS) de 95 %. Communément employé dans l’industrie, le TRS représente le pourcentage du temps utile sur la ligne de production, par rapport au temps prévu. L’objectif est de parvenir à une première machine opérationnelle à l’été 2023. « Nous disposons de deux ans pour optimiser les paramètres techniques, économiques et industriels. Ensuite, cet équipement sera déployé dans les couvoirs désireux de s’en équiper pour fournir les clients courant 2024. »

Les conditions techniques à remplir

  • Sexer avant 10 jours de développement embryonnaire ;
  • Respecter l’intégrité de l’œuf ;
  • Détecter 95 % de vrais positifs ;
  • Sexer 20 000 œuf à couver/heure (2 400 actuellement) ;
  • Garantir un taux de rendement synthétique de 95 %.

 

L’ovosexage ne se fera pas « à l’œil »

Si l’euthanasie des canettes mulardes devait être interdite, l’ovosexage a la préférence de l’interprofession du foie gras, par rapport à leur élevage pour la viande ou l’engraissement.

Oui, mais à quel prix ? Aucune des trois entreprises ayant développé un prototype (Grimaud Frères, Maïsadour et Orvia) ne l’a annoncé. Or, « les recherches et le développement ont déjà coûté des millions d’euros qu’il faudra bien rentabiliser », souligne Benoit Gourmaud, le président du groupe Orvia.

Le cifog estime qu’un surcoût d’un euro (comme en filière œuf) est insupportable pour la filière, mais si des clients n’acceptent pas d’augmentation de prix, des opérateurs pourraient choisir d’élever les canettes.

L’interprofession souhaite que l’interdiction d’euthanasie ne soit pas prise avant que les systèmes d’ovosexage ne soient vraiment opérationnels et qu’elle ne pénalise la compétitivité française par rapport à la Bulgarie ou à l’Espagne.

Les plus lus

Passé du lait à la volaille, Emmanuel Rochelle n'envisageait pas de faire le saut vers une production de poulet conventionnel.
"Je suis passé du lait à la volaille, avec mon poulailler statique équipé d'un jardin d'hiver"

Après avoir hésité entre la pondeuse plein air et la volaille Label rouge, Emmanuel Rochelle a finalement choisi un poulailler…

Baptiste Combréas (Ets Braud) avec Yannick Lardeux (Gaec de l'Erdre) en Loire-Atlantique.
Volailles différenciées : Le jardin d’hiver prend racine dans le groupe Michel

Lancé voici cinq années par le groupe de nutrition animale Michel, le poulailler Terre-Neuve d’élevage de poulet et dinde avec…

Volailles label rouge : Comment mieux occuper les bâtiments

Lorsque l’offre de poulets label rouge ne peut être résorbée par un accroissement de la demande ou par un élargissement du…

Pascal Laurent accompagné de son technicien Guillaume Gannat (à gauche) : « Poser le diagnostic et trouver l’agent responsable a été un premier soulagement. Je ...
« Le virus variant Gumboro a été vraiment insidieux sur mes poulets lourds »

Chez Pascal Laurent, un virus réassortant de la maladie de Gumboro, responsable d’immunodépression sur ses poulets lourds…

Poulets label à cou nu élevés en liberté dans la forêt landaise.
Volailles label rouge : la filière sud-ouest traumatisée par l’influenza aviaire

Chamboulée par l’influenza aviaire depuis 2016, la filière Label rouge de Maïsadour reprend espoir, mais avec un éventail…

Yannick Lardeux est un adepte de la ventilation dynamique.
"Mon élevage s'est renforcé avec un poulailler dynamique à jardin d'hiver"

 

Aux Vallons-de-L’Erdre en Loire-Atlantique, le Gaec de l’Erdre compte trois associés, Yannick et Michel Lardeux,…

Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)