Aller au contenu principal

L’œuf Matines cesse ses activités

Le leader de l’œuf coquille, société du groupe Avril, projette d’arrêter ses activités à l’automne. Seul le centre de conditionnement de Naizin dans le Morbihan a reçu une offre de reprise par Sanders.

La décision de cessation de Matines a créé une onde de choc au sein de la filière oeufs.
La décision de cessation de Matines a créé une onde de choc au sein de la filière oeufs.
© P. Le Douarin

Le 2 juin, Matines a annoncé l’arrêt programmé de ses activités de conditionnement et de commercialisation d’œufs (trois centres de conditionnement représentant 820 millions d’œufs par an). Bien que pressentie, cette décision du leader de l’œuf coquille a créé une onde de choc au sein de la filière œuf. Spécialisée dans la vente d’œufs en grande distribution et auprès de la restauration collective, Matines est confrontée depuis plusieurs années à d’importantes difficultés économiques, amplifiées en 2021, face aux difficultés à répercuter les hausses de coût de production. « Nous venons de vivre la plus mauvaise année en termes de niveau de pertes », confirmait Christophe Le Bars, directeur d’Avril Solutions pour l’agriculture lors de l’assemblée générale d’Armor Œufs.

Armor œufs rassuré, Eureden inquiet

Mise en vente depuis avril 2021, Matines n’a pas trouvé de repreneur pour l’ensemble de ses activités. Seuls le centre de conditionnement de Naizin (Morbihan, 340 millions d’œufs) et le site de stockage à Trémorel (Côtes-d’Armor) ont reçu un engagement de reprise par Sanders. Le projet est de faire de la prestation de conditionnement pour plusieurs entreprises commercialisant des œufs en grande distribution. Les éleveurs du groupement Armor œufs, en contrat avec Sanders, se disent « rassurés ». Pour eux rien ne change, car ils continueront à fournir le site breton de Naizin. En revanche, l’inquiétude est forte auprès des producteurs d’œufs de la coopérative Eureden fournissant Matines. « Le projet de prestations de services à Naizin ne donne aucune garantie que les œufs d’Eureden continueront à être achetés », a rapporté David Chauvin, directeur des productions animales d’Eureden contacté par Les Marchés. Sans offre de reprise avant la cessation de Matines, les sites de Chalamont (Ain, 300 millions d’œufs/an) et de Brugnens (Gers, 180 millions) seront fermés. Elle pourrait conduire à la suppression de 114 postes. Selon Les Marchés, une transaction serait en cours de finalisation concernant la reprise de la société de transformation d’œufs Ovoteam.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

volaille de chair aide coût aliment guerre Ukraine
Plan de résilience : un futur dispositif d’aide mieux calibré pour les éleveurs de volailles de chair
Pour les éleveurs de volailles de chair le dispositif, dit « intégrateur », d’aide alimentation animale du plan de résilience…
Ouverture des demandes pour le dispositif d'aide alimentation animale pour les intégrateurs en volaille
Le guichet FranceAgriMer pour l’indemnisation exceptionnelle des surcoûts alimentaires à verser aux éleveurs via leurs opérateurs…
Grippe aviaire : mortalités préoccupantes dans l’avifaune marine
Des milliers d’oiseaux marins sont retrouvés morts et porteurs de virus influenza aviaire sur les côtes de la Manche, ainsi que…
Julien Leballeur : «Ce perchoir fait maison est très facile à nettoyer et à déplacer, peu coûteux et fonctionne bien pour les lots de poulet à croissance intermédiaire. »
À la recherche du perchoir optimal en volailles de chair
Julien Leballeur a testé plusieurs types de perchoirs avant de concevoir un modèle, adapté aux poulets à croissance intermédiaire…
Loire-Atlantique : les éleveurs indépendants de volailles fermières se structurent
Le 2 juin 2022 a été créée l’association Sauve qui poule 44 qui réunit des éleveurs de volailles plein air de Loire-Atlantique…
L'interdiction de traiter en permanence contre les rongeurs dans les exploitations agricoles se heurte aux exigences contradictoires de la sécurité sanitaire et des coûts.
Lutte contre les rongeurs : l’appâtage permanent sur la sellette
La réglementation sur l’usage professionnel des rodenticides s’est fortement durcie depuis plusieurs années, notamment avec l’…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)