Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Anne Richard, directrice de l’Itavi et de l’Anvol
« L’Itavi joue le rôle d’éclaireur »

À l’occasion des 50 ans de l’Institut technique de l’aviculture (Itavi), Anne Richard précise les missions d’un « petit » institut technique agricole. Elles ont considérablement évolué dans un monde qui s’est globalisé et complexifié.

Fille d’éleveur laitier aveyronnais et ingénieur agricole de Purpan, Anne Richard a œuvré une vingtaine d’années dans le secteur du lait (interprofession du Roquefort, Conseil national des appellations d’origine, Maison du lait) avant de prendre la direction de l’Itavi en janvier 2013 et d’enclencher la transformation de l’institut technique de l’aviculture.
© P. Le Douarin
Qu’est-ce qui a changé entre l’Itavi de 1968 et celui de 2018 ?
Anne Richard - « Autrefois, notre mission principale était le développement agricole, avec un appui technique et économique aux producteurs. Interface entre la recherche et le terrain, nous faisions des études dont les résultats étaient vulgarisés par les chambres d’agriculture. Maintenant, l’objectif est d’aider les filières avicoles, cunicoles et piscicoles à gagner en compétitivité tout en tenant compte de leurs impacts et du regard sociétal. Nos travaux s’inscrivent dans une approche globale du système de production (de la fourche à la fourchette). On raisonne intermétiers. Nous sommes une équipe de 45 personnes au service d’un secteur animal qui pèse 120 000 emplois (aval compris), 18 % de la valeur de la production animale française (4,9 milliards d’euros) et 6 % de l’agroalimentaire (11 milliards). »
Concrètement, comment cela se traduit-il ?
A. R. - « Chaque étude, même technique et spécialisée, doit prendre en compte ses impacts (acceptation sociétale, coût et rentabilité…). Comme nous avons adopté une approche de plus en plus transversale. Mais comme nos 30 ingénieurs sont des spécialistes, il nous faut travailler plus en équipe et réseau, y compris avec les professionnels. Depuis cinq ou six ans, l’Itavi se rapproche du terrain, avec le renforcement des antennes régionales. La dernière en date est celle des Pays de la Loire, créée à Angers. Nos responsables d’antennes se rencontrent très régulièrement pour coordonner leurs activités. »
Vers quels systèmes de production évolueront les filières avicoles ?
A. R. - « Notre rôle n’est pas d’orienter vers tel ou tel système, mais d’éclairer les choix des professionnels sur ce que pourraient être les méthodes de production à venir, en prenant en compte la technique, l’économie et le sociétal. Ce sont les piliers du concept de durabilité. Notre devoir est d’anticiper les questions qui vont se poser aux filières et de proposer des études pour avoir des données et pouvoir réagir à temps. Ce travail d’anticipation peut parfois créer des tensions avec les filières et amener des prises de bec, mais ces échanges sont salutaires. "
Produire est-il de plus en plus compliqué ?
A. R. - « Nous entrons dans une époque passionnante. Les filières avicoles offrent de réelles perspectives. C’est une viande moins chère que les autres, consensuelle, avec une technicité élevée et qui va évoluer grâce à l’élevage de précision. Les challenges sont nombreux mais le challenge majeur est de permettre à la filière volaille d’évoluer en intégrant les attentes sociétales tout en restant compétitive. »
Est-il compatible d’être à la tête de l’institut et de l’interprofession de la volaille de chair (Anvol) ?

A. R. - « Trois secteurs agricoles sont déjà dans ce cas : les fruits et légumes, les oléo protéagineux, le cidre. Je les ai rencontrés avant d’accepter le poste. L’institut technique est la « boîte à outils » des interprofessions, avec une coordination des travaux qui évite les doublons : à l’interprofession la politique, l’économie de filière et la communication ; à l’institut (ou à d’autres structures) les sujets aux compétences techniques. Je souligne que de nombreuses problématiques sont communes à la volaille de chair, à l’œuf et au foie gras (environnement, bien-être animal, sanitaire…). Le travail réalisé sur une filière profite aux autres. Par exemple, la méthodologie mise au point sur l’influenza aviaire a très vite été transposée à la VHD du lapin. »

« Rester le poil à gratter des filières »
 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Le groupe volailler LDC candidat au rachat de Ronsard
Le groupe Eureden a entamé des négociations exclusives pour la vente de ses actifs industriels avicoles Ronsard au groupe LDC,…
Nouvelle éleveuse et ex-formatrice, Lucie Gantier fait profiter la filière œuf de sa maitrise de la communication positive sur les réseaux sociaux. © V. Bargain
« Le Covid-19 donne aux éleveurs une occasion de communication positive sur l’élevage avicole »
Pour Lucie Gantier, éleveuse de poules pondeuses plein air très engagée sur les réseaux sociaux, la crise sanitaire actuelle peut…
Poulette non épointée en volière : il est important que les poulettes puissent appréhender au mieux leur environnement dès le jeune âge. © P. Le Douarin
Les conseils de l’Itavi pour limiter les risques de picage entre poules pondeuses
Le projet de recherche appliquée Casdar Epointage a permis d’élaborer un guide technique qui propose des actions pour limiter l’…
Les poules colorées destinées aux petits producteurs sont élevées avec le même soin que celles destinées aux circuits longs. © Groupe Michel
Le groupe Michel cible les éleveurs de poules bio en vente directe
Avec LV’Direct, le groupe Michel lance une nouvelle offre de produits et de services spécifiquement destinée aux producteurs d’…
La voile repose sur un réseau de câbles tendus entre des poteaux latéraux à 4 mètres du sol © Deltex
Une volière pour protéger les canards mulards
Dans la Vienne, les frères Mitteault ont fait installer une volière pour leurs canards élevés en plein air, afin d’éviter de les…
Éleveur et visiteur doivent se laver les mains soigneusement avant de revêtir l'équipement (charlotte, cotte et bottes) pour entrer dans la zone de vie des volailles. © Claire Jacquinet et Amandine ...
Règles de biosécurité : comment visualiser l’efficacité du lavage des mains
Grâce à une méthode pédagogique visuelle et pragmatique, une vétérinaire et une technicienne donnent un coup de jeune aux…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)