Aller au contenu principal

Pour Hervé Le Prince, « Les filières animales doivent reprendre la parole »

L’agriculture et l’agroalimentaire ont trop longtemps laissé le champ libre aux défenseurs de la cause animale, analyse Hervé Le Prince, communiquant en stratégie de marques. Il encourage les filières, à commencer par les éleveurs, à réoccuper l’espace public.

Hervé Le Prince, fondateur de l’agence Newsens à Rennes. « Au-delà de l’abolition de l’élevage sous toutes ses formes, les végans, notamment ceux de L214, sont des antispécistes qui ont planifié un changement de civilisation. » © Newsens
Hervé Le Prince, fondateur de l’agence Newsens à Rennes. « Au-delà de l’abolition de l’élevage sous toutes ses formes, les végans, notamment ceux de L214, sont des antispécistes qui ont planifié un changement de civilisation. »
© Newsens

Qu’est ce qui a changé pour les filières animales depuis une quinzaine d’années ?

Hervé Le Prince - « Deux éléments fondamentaux. D’abord, nous sommes bien dans une mutation profonde qui impacte les filières, et non dans une succession de crises liées à des accidents déclencheurs. Par définition, la crise est un pic puis une retombée au point de départ. Nous ne reviendrons pas à la situation d’avant-crise. Il ne s’agit plus de faire le dos rond, mais de réagir et de s’adapter. Ensuite, l’éthique se substitue désormais à la loi et à la réglementation et entraîne des changements imposés à la filière. Les œufs issus de poules en cage en sont l’exemple. »

Comment en est-on arrivé là ?

H. L. P. - « Il y a eu le travail de sape d’organisations animalistes et abolitionnistes. Avançant sous le masque de la défense des animaux, elles finissent par susciter une défiance alimentaire quasi généralisée, du moins dans les médias. Ces mouvements ont réussi à politiser notre alimentation en construisant un récit militant. Ils ont su donner du sens à notre alimentation en jouant sur quatre tableaux : l’animal souffrant, la dégradation de notre santé, la destruction de la planète et en dernier lieu la facette anti-industrie (vaches à hublot récemment). Ils veulent changer le monde en commençant par l’alimentation. Pendant ce temps, les filières tenaient un discours de marques visant nos estomacs. »

Les filières animales portent donc leur part de responsabilité…

H. L. P. - « Elles ont laissé à d’autres le soin de soulever le capot de l’élevage et de l’abattage. D’où les images choquantes qui soi-disant ne mentent pas. C’était à la profession de le faire et de le gérer. Il y avait des éleveurs ou des abattoirs non conformes : il fallait les accompagner pour s’améliorer ou s’arrêter. Il aurait fallu fixer un seuil de tolérance aux différents stades des filières. On doit changer les pratiques qu’on ne veut pas montrer. Il est important de s’inscrire dans une démarche de progrès et de prendre de la hauteur. Cela permet de répondre aux attentes en annonçant un agenda d’améliorations et pas le couteau sous la gorge. »

Comment reprendre la main ?

H. L. P. - « Continuer à faire du marketing produit, mais pas uniquement. Les professionnels ont à construire un récit militant qui redonne du sens à l’alimentation. Ce qui veut dire parler de l’élevage et des process agricoles et industriels. Le consommateur veut savoir d’où vient et comment est fabriqué ce qu’il a dans son assiette. Il faut redire pourquoi adopter un régime alimentaire omnivore équilibré est ce qu’il y a de mieux. »

Sous quelles formes communiquer et avec qui le faire ?

H. L. P. - « La recette est simple : ouvrir les portes et aller à la rencontre des citoyens-consommateurs. C’est ce qui a démarré en Bretagne avec les portes ouvertes à la ferme d’agriculteurs de Bretagne, avec les visites dans les entreprises agroalimentaires de Breizh agri Food, avec les Happig hour du comité régional porcin de Bretagne : des éleveurs vont à la rencontre des consommateurs à l’heure de l’apéritif ou encore au festival des Vieilles Charrues cet été… Chacun peut le faire et surtout les éleveurs. Qu’ils n’hésitent pas à faire visiter leur élevage. C’est là qu’ils sont le plus à l’aise et inattaquables pour parler de leur quotidien, montrer qu’ils travaillent bien et qu’ils ont su évoluer. Cela vaut également pour les salariés de toutes les entreprises. En résumé, ils doivent entendre les attentes, agir pour y répondre en tenant compte de leurs contraintes (marché, rentabilité…) et le faire savoir. »

Faut-il tout montrer ?

H. L. P. - « Les opposants qui veulent éliminer l’élevage de la planète ont brisé un tabou, en montrant la souffrance et la mort que personne n’a vraiment pas envie de voir. On peut raconter sincèrement la mise à mort, mais la montrer est la limite à ne pas dépasser, même au nom de la transparence. »

« Entendre, agir et communiquer »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Filière canard à foie gras : Un rapprochement entre Euralis et Maïsadour ?
Ce 28 juillet, les deux poids lourds coopératifs du sud-ouest annoncent être entrés en discussion pour travailler ensemble sur…
Audrey et Pierre Besançon ont réinvesti 60 000 euros (aides non déduites) dans 90 m2 de fenêtres, afin de continuer à produire après 2025 et en espérant un retour rapide d'investissement. © P. Le Douarin
Lumière naturelle : Audrey et Pierre conseillent de « bien préparer et suivre le chantier de pose des fenêtres »
Engagés dans Nature d’éleveurs depuis deux ans, Audrey et Pierre Besançon ont fait poser des fenêtres dans leurs deux poulaillers…
Les déchets et plaques amiantés sont emballés dans des contenants identifiables (logo A), avant d’être livrés à une décharge habilitée ou stockés au maximum un an sur l’exploitation. © P. Le Douarin
Fenêtres en rénovation de poulaillers : une amiante très embarrassante
La présence d’amiante dans les plaques fibrociment des poulaillers antérieurs à 1997 augmente les coûts de mise en conformité et…
Ingénieure agronome spécialiste des matières premières depuis trente-cinq ans, Patricia Le Cadre a rejoint le Céréopa en 2007. Ce bureau d’études associatif s’intéresse à la compétitivité et aux enjeux des agroactivités en matière d’alimentation et de production, de durabilité des systèmes, d’environnement et de relations sociétales. © Céréopa
Matières premières agricoles : « La Chine mène la danse du commerce des céréales »
Pour Patricia Le Cadre, experte des marchés des matières premières agricoles au Céréopa, après avoir mis la main sur le commerce…
Pignon orienté à l'est. Idéalement, il faudrait des ouvertures au nord ou à l’est (ensoleillement le matin, avant la montée en température). © P. Le Douarin
 « La lumière naturelle rend la gestion du bâtiment plus complexe »
L’impact de l’entrée de lumière naturelle peut être envisagé sous deux angles, celui du comportement animal et celui de l’apport…
L’éclairage naturel s’impose en volaille standard
Mis sous pression depuis 2016, les trois principaux groupes d’abattage demandent à leurs éleveurs d’élever des volailles au…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)