Aller au contenu principal

Les atouts de la lumière venue du toit du poulailler

Chez Martine et Gérard Jéhannin, la lumière naturelle rentre par des tabatières occultables. Une alternative aux fenêtres sur les côtés, moins coûteuse et plus compatible avec leurs bâtiments de 1994 à ventilation transversale.

Positionnée sur les rampants, la trentaine de fenêtres fixes en toiture fait rentrer une lumière douce et diffuse dans leurs poulaillers de chair. À Bréal-Sous-Montfort (Ille-et-Vilaine), Martine et Gérard Jéhannin ont investi en 2018 dans des tabatières, commercialisées par Sodalec, pour répondre au critère de 3 % de surface en lumière naturelle. Leurs deux bâtiments de 1200 m2 ont été construits en 1994 pour produire du poulet lourd Princior. D’une largeur de 15 mètres, ils sont équipés d’une ventilation transversale et d’une entrée d’air par une jupe extérieure avec des longues trappes.

« L’installation de fenêtres sur les deux longs pans était difficilement compatible. Elle aurait nécessité de les placer sous les trappes et de revoir entièrement la ventilation. Ajouté au coût des fenêtres, l’investissement était trop coûteux et peu rentable. »

 

 
Martine Jéhannin, entourée de Christophe Balcou à gauche et de Fabrice Poisbeau, de Sodalec Distribution : « Moins coûteux que des fenêtres latérales, le système de tabatière amène de la clarté pour le bien-être des poulets sans compromettre la ventilation. » © A. Puybasset
De plus, les éleveurs craignaient que le passage des voitures sur la route communale, prochainement construite en contrebas au pied des poulaillers, ne soit une source de stress pour les volailles (bruits, phares). Le concept de tabatière offrait un bon compromis. « Il amène de la clarté pour le bien-être des poulets sans compromettre la ventilation. »

Lire aussi : La lumière tombe du ciel chez Olivier Guévelou

 

Pas d’entrée directe de rayons du soleil

L’installation des tabatières a été réalisée en 2018 par un charpentier durant le vide sanitaire. Elle a nécessité seulement 2,5 jours de travail pour les deux poulaillers. Insérées entre deux pannes et d’une surface d’1,5 m2 (1,16 m x 1,28 m), les trente tabatières par poulailler sont réparties en quinconce sur deux lignes, pour une meilleure homogénéité. « Au-delà, d’une largeur de 15 m, on préconise d’installer 4 rangées », précise Fabrice Poisbeau, dirigeant de Sodalec.

Les tabatières sont occultables à 100 % et de manière graduelle grâce à un store à lamelles. L’ouverture des volets existe en version automatisée, reliée à la régulation du bâtiment, ou en version manuelle, comme chez Martine et Gérard Jéhannin, qui actionnent les quatre treuils en deux tours de manivelle. « Toujours fermés la nuit, les volets sont ouverts en permanence en journée à partir de 4 à 5 jours d’âge, précise Martine. Sauf en cas de grosse chaleur. » La tabatière est constituée de deux plaques en polycarbonate translucides, qui permettent une diffusion plus homogène de la lumière.

« Il n’y a pas d’entrée directe de rayons du soleil, qui pourraient gêner les poussins, complète GérardL’éclairage est homogène. Les poulets sont bien répartis dans le poulailler. Pas de risques non plus de chauffer une ligne d’eau ou de dérégler la sonde de température, comme cela peut arriver avec des fenêtres sur les côtés. »

Un coût de 12 euros par mètre carré

Après deux ans de recul, l’éleveur n’y voit que des avantages. « Il est bien plus agréable de travailler à la lumière naturelle. » Il n’a vu aucun impact technique sur les résultats techniques, ni de problèmes de griffures ou de nervosité. « Habitués à la lumière, les poulets sont moins stressés, en cas d’enlèvement de jour », a-t-il remarqué. Le passage à la lumière naturelle leur est revenu à 12 €/m2, bien moins que des fenêtres latérales qui nécessitent un investissement d’environ 20 €/m2.

Une tabatière facile à installer

Pour des bâtiments neufs ou rénovés, le système de tabatières est conçu sur mesures, en fonction des dimensions de la charpente.

 

 
Le volet à lames inséré dans le caisson de la tabatière permet d'occulter la lumière de manière graduelle. © A. Puybasset
Commercialisée par Sodalec, la tabatière a une largeur fixe d’1,12 m. Sa longueur s’adapte à toutes les interpannes (surface minimale d’1,5 m2). « Elle est facile à poser, à la manière des fenêtres Vélux. Le charpentier commence par remplacer la tôle de la toiture par une tôle ondulée translucide, détaille Christophe Balcou, de Sodalec. Après découpe de l’isolant, le coffre de la tabatière est inséré entre deux pannes par l’intérieur du poulailler. » Une plaque en polycarbonate, dans un cadre en panneaux GRP Marine, est ensuite fixée par-dessus à l’aide de vis et d’un joint en silicone. Le caisson est ainsi complètement étanche, facile à nettoyer.

 

Les lames isolantes du volet d’occultation situées dans le caisson sont actionnées par un câble. La tabatière existe en deux versions d’isolation : l’une avec une seule plaque de polycarbonate de 25 mm (coefficient d’isolation Rc totale de 1,126) et une version renforcée, comme dans ces deux poulaillers, avec deux couches de polycarbonate de 10 et 25 mm (Rc de 1,911).

Témoignage : Stéphane Dahirel, éleveur à Lanouée (56)

 

 
Stéphane Dahirel © A. Puybasset
« La ventilation doit rester prioritaire »

« Le système de tabatières est une bonne alternative aux fenêtres sur les côtés, en particulier pour les bâtiments anciens à ventilation latérale. Leur installation à hauteur d’hommes et des deux côtés, liée à certains cahiers des charges, oblige parfois à faire un compromis sur l’emplacement des trappes d’entrées d’air, par manque de place sur les longs pans. La priorité numéro un est d’avoir un poulailler bien ventilé. La maîtrise de l’ambiance est un facteur clé du bien-être animal. Par ailleurs, le poulet est gêné par les rayons directs du soleil.

Je suis pour la lumière naturelle dans les poulaillers neufs et rénovés, mais on doit viser une obligation de résultat et pas de moyens. Pourquoi pas réfléchir à des solutions mixtes pour atteindre l’objectif de 3 % de surface, avec une entrée de lumière par le toit, associée à des fenêtres translucides sur un des côtés, sans perturber la ventilation. Un compromis en faveur du bien-être animal mais aussi de notre droit à la vie privée. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Évolution comparée des indices d’exposition en médecine vétérinaire et médecine de ville (hors hôpitaux)Les indices d’exposition comparés mesurent les durées d’exposition aux antibiotiques de la biomasse animale et celle des humains en médecine de ville (hôpitaux exclus). © LegiVeille/Auzalide ...
Réduction des antibiotiques : l’élevage fait mieux que la médecine
Depuis dix ans, le secteur de l’élevage a divisé par trois l’exposition des animaux aux antibiotiques.
Vue de la poussinière de poulettes bio de 13, 5 m de large. Pour respecter la réglementation bio, il a fallu placer 8 rangées de supports © P. Le Douarin
En poulettes Bio, le perchoir complique le travail de l'éleveur
Le nouveau réglement Bio impose plus de perchoirs pour les poulettes, mais pour les éleveurs ce sont des coûts et des contraintes…
Après une saison festive sauvée, la volaille face à trois défis majeurs
Malgré un bilan positif des ventes de volailles de fin d’années, l’interprofession Anvol alerte sur les mauvaises perspectives de…
La coopérative gersoise Vivadour mise sur Cocorette pour installer encore une dizaine d'élevages dans les deux ans à venir. © VIvadour
Dans le Gers, Vivadour developpe l'œuf Bio
La production d’œufs bio est en plein essor à la coopérative gersoise Vivadour. Associée à Cocorette, elle cherche de nouveaux…
Benoît Drouin, éleveur à Rouez en Champagne et président de la commission bio au sein du Synalaf: « En volaille plein air, l’accès au parcours vaut le meilleur des enrichissements. Les dispositifs de perchage dans les bâtiments n’apportent qu’un plus. » © A. Puybasset
Les poulets de Loué ont aussi leurs perchoirs
Pour se conformer au référentiel de l’étiquetage sur le bien-être animal, les Fermiers de Loué ont équipé leurs poulaillers de…
Les Fermiers d’Argoat renforcent leur visibilité
L’organisme de gestion Fermiers d’Argoat, basé à Ploufragan (22), lance la signalisation de ses 261 élevages bretons de volailles…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)