Aller au contenu principal
Font Size

L'équipementier Ocene a mis au point une arche qui désinfecte les chariots de supermarché

Ocene a conçu un portique pour désinfecter les chariots des grandes surfaces. Simple à utiliser et mobile, cette innovation a vite fait le buzz.

L'arche de désinfection peut désinfecter 15 chariots en moins d'une minute. © Ocene
L'arche de désinfection peut désinfecter 15 chariots en moins d'une minute.
© Ocene

Il aura fallu à peine 15 jours entre la conception d’un premier prototype et la mise en place fin avril d’une ligne de fabrication dédiée à l’arche Arc’Protect. L’innovation d’Ocene a été très médiatisée durant le confinement. Mi-mai, une cinquantaine de grandes surfaces étaient équipées. Une centaine de demandes étaient en cours. « On a d’abord ciblé les magasins de propriétaires. Nous démarchons désormais les centrales d’achats pour référencer notre produit », explique Jean-Philippe Lavigne, son dirigeant. L’équipementier a mis à profit son savoir-faire dans les solutions de nettoyage et de désinfection en élevage et en agroalimentaire pour concevoir un matériel, qui facilite la désinfection des chariots, une opération jusqu’ici réalisée manuellement. L’arche est composée d’un châssis en PVC sur 4 roues, d’une rampe de 5 buses et d’une pompe doseuse Dosatron. Le désinfectant est pulvérisé par microgouttelettes lorsque l’opérateur passe les chariots sous l’arche (jusqu’à 10 simultanément). Il faut moins d’une minute pour désinfecter 15 chariots. Le succès de cette innovation s’explique aussi par sa praticité, en tenant compte des contraintes logistiques et de l’urgence du moment. Livrée en kit, l’arche est montée en 30 minutes. Légère (22 kg) et sur roues, elle est mobile. Son prix (1 500 euros livré) la rend très accessible par rapport à l’offre concurrente tout en inox. L’entreprise travaille déjà à un second modèle semi-automatique, à installer sur les parcs de chariots. Elle réfléchit aussi à un tunnel de désinfection entièrement automatisé, si la nécessité de désinfecter les chariots perdure sur le long terme. « Notre ligne de fabrication de 50 arches par semaine pourra être complétée par une deuxième, voire une troisième ligne. Ce produit peut aussi s’adresser aux magasins de distributeurs ou de bricolage, équipés de chariots. Motivante pour nos équipes, cette innovation permet de générer du chiffre d’affaires et de compenser partiellement la perte de fabrication sur nos secteurs de vente habituels. Elle pourrait être comblée d’ici 5 à 6 mois avec la production de quelques centaines d’arches. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Pendant la période dérogatoire du nouveau règlement bio, le parcours pourra faire au minimum 1 mètre de large, à condition que le bâtiment ait été certifié bio avant le 31 décembre 2020 © P. Le Douarin
L’Inao adopte en urgence des règles transitoires pour les poulettes bio
Pour continuer à produire des poulettes bio et bénéficier d’une dérogation européenne, les éleveurs de poulettes devront être…
Les canards Grimaud Frères sexés dans l’œuf dès 2021
Le sélectionneur Grimaud Frères a mis au point un procédé pour déterminer au stade embryonnaire le sexe des canards barbarie et…
Sur le modèle utilisé fin 2018 par Seleggt, les œufs contenant des mâles sont retirés par un bras automatique, après avoir subi le test de détection du sulfate d'œstrogène. © Seleggt
L’Itavi fait un état d’avancement des recherches sur l’ovosexage des poussins
Plusieurs solutions techniques de sexage de l’embryon de poulet in ovo sont en cours de développement dans le Monde, avec des…
 © P. Le Douarin
« Orvia commercialisera des canetons mulards ovosexés en 2021 »
Avec la finalisation du prototype de sexage in ovo de ses canetons, le président du groupe Orvia, Benoît Gourmaud, annonce une…
En développant la volaille traditionnelle chez les petits fermiers africains, comme ici en Éthiopie, l'objectif est d'apporter aux populations rurales une source de protéines et de revenu à travers les œufs et la viande.  © Hendrix Genetics
Sasso contribue au développement du poulet villageois en Afrique
Le sélectionneur de souches colorées Sasso est impliqué dans deux projets de développement de l’aviculture rurale africaine,…
Bernard Guignard a commencé à planter massivement en même temps  qu'il a fait construire. © L. Vuillen
Des poulets sous les cerisiers et les abricotiers
Dans la Drôme près de Romans sur Isère, Bernard Guignard a associé l’élevage des poulets label rouge de l’Ardèche avec la…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)