Aller au contenu principal

Le virus de la maladie de Gumboro est toujours présent sur le terrain

De nouveaux virus réassortants de la maladie de Gumboro sont détectés en France depuis 2021. Avec des signes cliniques peu visibles sur les poulets, ils induisent toutefois une baisse des performances.

Répartition géographique des 84 virus réassortants identifiés depuis 2021(1)(1) Entre janvier 2021 et août 2022
Répartition géographique des 84 virus réassortants identifiés depuis 2021(1)(1) Entre janvier 2021 et août 2022
© Ceva

Même si les cas de maladie de Gumboro provoquant une forte mortalité en poulet de chair sont devenus très rares, le virus de la bursite infectieuse aviaire circule toujours sur le territoire. C’est ce que confirme une récente étude, réalisée par le laboratoire Ceva. Elle a permis de détecter la présence d’un nouveau type de virus réassortant de la maladie de Gumboro dans plusieurs régions françaises. Entre janvier 2021 et août 2022, ces virus ont été identifiés 84 fois, sur des lots pris de façon ciblée ou aléatoire. « Dans les cas d’analyses réalisées lors de suspicions subcliniques avec des performances régulièrement dégradées, le virus a été détecté dans un lot sur deux. Les analyses réalisées sur des lots prélevés au hasard ont montré une présence du virus dans un lot sur cinq », a détaillé Simon Mouchel, responsable technique et marketing volaille de Ceva lors de la journée technique de l’association des techniciens avicoles de Ploufragan.

Une prévalence élevée du virus

La particularité de ces virus réassortants est d’être dotés d’une protéine VP2 de virus très virulent (vvIBDV) et d’une protéine VP1 de virus classique. Ils doivent être identifiés par une analyse PCR spécifique et par séquençage génétique, les méthodes habituelles ne permettant pas toujours de les mettre en évidence. Ce type de virus réassortant a été détecté à partir de 2010 en Europe du Nord.

 

 
Simon Mouchel, du laboratoire Ceva lors de la réunion de l’Association des techniciens avicoles de Ploufragan : « Le virus Gumboro a été identifié sur 50% des cas de suspicion et sur un lot sur cinq en prélèvement aléatoire. » © A. Puybasset

 

« Les signes cliniques sont peu marqués (abattement, mais pas toujours visible) mais le virus a un effet immunodépresseur, avec des conséquences sur les performances (indice de consommation, GMQ, hétérogénéité) et le développement de pathologies intercurrentes pouvant conduire à une antibiothérapie. Cela a été constaté en élevage de poulet de chair ainsi qu’en poule pondeuse. » Les solutions de lutte contre ce virus réassortant restent le binôme vaccination et biosécurité. Le nettoyage et la désinfection du bâtiment doivent être renforcés, car le virus Gumboro, non enveloppé, est très résistant dans l’environnement.

Les plus lus

Julien Courbet Capital M6 poulet brésilien
L’importation de poulet brésilien épinglée par Capital sur M6
Peut-on encore manger en toute confiance ? Dans une émission diffusée le 22 janvier Capital pointe la différence de qualité entre…
De gauche à droite, Jacques et Pierre Lagrève, producteurs d’œufs à Louvigné du Désert, et Olivier Dauloudet, technico-commercial Ouest pour Patura
Volailles plein air : Sécuriser les parcours contre les intrus avec des clôtures électrifiées
Pour protéger les parcours des intrusions humaines et animales, les clôtures électrifiées assurent une protection efficace et…
Un exercice négatif de 756 000 euros pour Volinéo : « pas de produit mais des charges en hausse », résume sans appel Guy Marie Brochard, son président (à l'extrême droite).
Cavac : Des activités volailles dans la tempête
Sur fond d’exercice satisfaisant pour le groupe coopératif vendéen Cavac, toutes les activités avicoles du groupement spécialisé…
Fils de producteur d’œufs, Raphael Collet n’a aucune inquiétude vis-à-vis de ses choix techniques et de la commercialisation de ses œufs.
Œufs de consommation : Première installation d’une volière pondeuse Combo Plus
Dans les Côtes d’Armor en Bretagne, Raphaël Collet a repris l’élevage de pondeuses de son père pour voler de ses propres ailes.…
La ventilation dynamique est le premier poste de charges dans un poulailler de chair avec des économies importantes possibles dans les débits intermédiaires.
Dépenses électriques : Comment économiser avec une ventilation dynamique
La ventilation dynamique étant le principal poste de consommation électrique des bâtiments avicoles qui en sont équipés, modifier…
Selon l’Itavi, l’épointage est interdit en Norvège (1973), Finlande (1986), Suède (1988), Danemark et Autriche (2013), Pays Bas (2019), dans certains Länder d’Allemagne. La Suisse n’interdit pas mais les professionnels ne le font pratiquement plus.
Comment se préparer à la fin de l’épointage des poules bio
Arrêter l’épointage des poules pondeuses entraînera un risque accru de picage et cannibalisme. Une alimentation adaptée et l’…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)