Aller au contenu principal

Le sélectionneur Hubbard investit pour ses poulets « Premium » non conventionnels

La filiale d’Aviagen a investi huit millions d’euros depuis deux ans pour intensifier la sélection de ses souches de poulets haut de gamme, colorés et à croissance plus lente, dits « Premium ».

Hubbard revendique la place de leader mondial du poulet coloré à croissance lente
© Hubbard

Après avoir relocalisé en Amérique du Nord son activité R&D sur le poulet à croissance rapide, le sélectionneur Hubbard s’attaque à l’accroissement du progrès génétique de ses poulets colorés à croissance lente, désormais dénommés « Premium ».

 

L’enjeu commercial dépasse largement le cadre de la France qui fut très longtemps le seul pays à produire ces poulets Premium pour le marché du label rouge. Aujourd’hui, d’autres s’y intéressent, à travers des démarches mettant en avant le bien-être animal, comme le concept GAP en Amérique du Nord ou le Européan chicken commitment en Europe.

 

Lancé voici deux ans, le projet Premium Hubbard  a pour objectif de proposer des poulets à des coûts de viande se rapprochant de ceux des produits conventionnels, grâce à des niveaux de sélection équivalents à ceux du poulet conventionnel.

 

Hubbard a investi huit millions d’euros pour augmenter sa pression de sélection. Concrètement, il fallait augmenter la taille de la population en sélection et faire éclore plus d’oiseaux candidats. Donc  rénover des fermes et  le couvoir pedigree de Courtenay (Loiret). Au niveau des élevages, il a fallu revoir la méthode de mesure de la consommation pour évaluer l’indice et le comportement alimentaires.  Il a aussi fallu investir dans des outils plus précis comme l’imagerie en 3D permettant de mesurer la qualité du squelette, de la viande et le rendement sans être obligé de sacrifier des animaux. « Nos  clients vont profiter de cet effort massif, explique Frédéric Fagnoul, directeur R&D, grâce à l’amélioration des performances, de la qualité sanitaire et du bien-être de nos animaux. »

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Grippe aviaire : Où se trouvent les foyers ? (mise à jour du 21 novembre 2022)
La rédaction de Réussir Volailles vous propose de visualiser sur une carte interactive la localisation des foyers d’influenza…
Grippe aviaire : la lutte préventive monte encore d’un cran en Bretagne, Pays de Loire et Deux Sèvres
  Une instruction technique de la direction générale de l‘alimentation (DGAL) renforce la biosécurité et la surveillance des…
Paul Daugreilh dans le bâtiment d’Emmanuel Misson à Meilhan-sur-Garonne. La pulvérisation sans filtre se fait sur les zones cibles, à savoir sous les mangeoires, les pesons et au bas des parois.
Volailles de chair : Une lutte biologique efficace contre les ténébrions
Retour d’expérience d’un éleveur technicien sur l’utilisation d’une solution de lutte biologique intégrée contre les ténébrions…
L'équipement est aux normes d'élevage les plus récentes. Rien ne laisse penser que ce bâtiment a presque 40 ans.
Rénovation d'un poulailler de chair : Les frères Quilleré refont du neuf avec du vieux
Installés fin 2017 en Centre Bretagne, Nicolas et Frédéric Quilleré ont fait le choix de reprendre un site aussi âgé qu’eux pour…
Poule pondeuse : Les ambitions de croissance du couvoir Lanckriet
Basée dans la Somme, la société d’accouvage Lanckriet veut se développer sur l’ensemble du territoire.
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)